CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 03 août 2009




SETLIST

Battalions Of Steel
Let Me Feel Your Power
Lionheart
Strong Arm Of The Law
Killing Ground
Metalhead
Wheels Of Steel
Unleash the Beast
Dogs Of War
Rock N' Roll Gypsy
Rock The Nations
Motorcycle Man
Forever Free
Solid Ball Of Rock
Crusader
Power And The Glory
Princess Of The Night
Heavy Metal Thunder

Rappels :

Live To Rock
747 (Strangers In The Night)
Stallions Of The Highway
Denim And Leather

AFFILIÉ

Saxon
Wacken
(03 août 2007)
Paris - Elysée Montmartre
(14 novembre 2004)
Paris - Elysée Montmartre
(17 avril 2006)
Strasbourg - La Laiterie
(25 février 2009)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2013)

01 août 2009 - Wacken Open Air


Saxon_Wacken_Open_Air_20090801

Si on m’avait demandé quel groupe serait forcément là pour les vingt ans du Wacken Open Air, j’aurais probablement répondu Saxon. Entre les Anglais et le festival c’est une passion qui dure depuis de nombreuses années, et il est fort logique de retrouver Biff et sa bande sur la True Metal Stage pour plus d’1h40 de show. Cerise sur le gâteau, la setlist a été choisie par les fans via un vote en ligne. Autant dire que le best-of est assuré...

Le groupe ayant tout de même un nouvel album sous le coude, il commence son set par "Battalions of Steel". Ce titre épique est beaucoup plus massif et grandiloquent que ce que Saxon propose habituellement et l’impact est en proportion : le public est happé dans cette vague de décibels, et le côté grandiose de la compo met tout de suite dans l’ambiance. Par contre cette démesure tranche avec le côté cheap de l’écran de fond de scène : celui de Machine Head prenait toute la place et affichait logos et vidéos alors que celui de Saxon est découpé en bandes verticales et ne donne à voir que des effets de couleur. Le son est pour sa part à la limite de la perfection : la grosse caisse un peu trop présente en début de show sera vite remise à niveau, permettant au public de profiter à fond de chaque instrument, basse comprise. Par contre le groupe n’entend pas le public : comme le fera remarquer plusieurs fois un Biff Byford très en voix et toujours aussi classieux, les retours sur scène sont trop forts et l’empêchent de profiter des réactions de la foule. Cela ne l’empêchera pas de remercier sans cesse les gens pour leur participation, affirmant que Wacken est l’endroit où il préfère jouer au monde (ce qui est probablement vrai).

Saxon n’est pas assez exposé en France et c’est vraiment dommage. Car l’âge des musiciens et l’ancienneté du groupe pourrait laisser croire à une musique ringarde alors que c’est tout le contraire : le spectre heavy abordé est très large, passant d’un hard-rock typé seventies ("Motorcycle Man", "Wheels of Steel", etc) à un heavy traditionnel NWOBHM racé ("Crusader", "Power And Glory") voire à un métal moderne, syncopé et catchy (les énormes "Metalhead" et "Unleash the Beast"). L’artisan caché de cette variété est le sous-estimé Nigel Glockler : malgré ses 56 ans, le batteur dispose d’un jeu riche où les boum-paf de base cohabitent avec des plans de double-pédale n’ayant rien à envier aux batteurs de metalcore. La paire Quinn / Scarratt ne démérite pas non plus, au point qu’il est surprenant qu’elle ne soit pas citée plus souvent dans les duos de guitaristes heavy notables. Malheureusement l’effet best-of de la set-list étouffe un peu cette variété qui fait la force de Saxon : le fan de heavy étant passéiste par nature, les titres de heavy syncopé ou de power-thrash mélodique sont très minoritaires par rapport à ceux de hard-rock et de heavy-metal. On voit bien que les albums plus récents sont les seuls à n’être représentés que par un titre...

Parlons-en de cette setlist best-of : Biff annonce systématiquement quel album va être joué, puis quelle chanson a été élue par les internautes. Parfois il s’étonne : au moment d’explorer Denim & Leather, il affirme qu’il aurait cru que la chanson-titre serait choisie alors que c’est "Princess of the Night" qui a récolté le plus de voix. Sauf que "Denim & Leather" sera jouée de toutes façons en titre final, et que tout set de Saxon comporte les deux chansons ! Idem pour l’album Wheels Of Steel : « Ah tiens, c’est "747 (Strangers in the Night)" qui a gagné, je pensais que ce serait "Wheels of Steel" »... chanson qui a été jouée quelques dizaines de minutes plus tôt. Du coup on se demande à quoi a servi le vote. Taquin, Biff annoncera qu’ayant débordé sur l’horaire (ce qui est vrai) le groupe ne jouera pas "Crusader" (ce qui est évidemment faux). Contrairement à l’édition 2007 Saxon n’accueillera pas d’invités, la seule surprise du concert étant la remise d’un special award par monsieur Wacken lui-même. Dommage, car avec quelques copains de plus sur scène le concert aurait été plus marquant et varié : 1h40 ce n’est pas rien, et l’uniformisation déjà citée du répertoire fait qu’on finit par trouver le temps un tantinet longuet sur la fin.


Conclusion : Saxon c’est bien, mais l’abus est dangereux. Avec un show moins long et une setlist moins taillée pour les fans et plus axée sur les derniers efforts du groupe, ce concert serait probablement passé du statut de bon souvenir à celui de moment énormissime. Le groupe reste impérial dans son genre et mérite bien des éloges, mais l’impact du concert de 2007 n’y était pas tout à fait.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7