CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
le 01 août 2009




SETLIST

Delight And Angers
The Hive
Trigger
Cloud Connected Disconnected
Only For The Weak
Embody the Invisible
Come Clarity
Dead End
Alias
The Chosen Pessimist
The Mirror's Truth
The Quiet Place
Take This Life
My Sweet Shadow

AFFILIÉ

In Flames
Rouen - Le 106
(13 novembre 2015)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2015)
Wacken
(04 août 2007)
Milan - Live Club
(19 novembre 2009)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2008)

31 juillet 2009 - Wacken Open Air


In_Flames_Wacken_Open_Air_20090731

Le live report qui suit a failli être écrit sous la contrainte de la mafia dijonnaise, dont des représentants étaient présents durant cette vingtième édition du Wacken. En effet, des menaces de « pétage de gueule » ont été évoquées dans l'hypothèse où le présent article ne parlerait pas en bien du concert d'In Flames donné jeudi soir sur la scène principale. Chez les Éternels, nous croyons en la liberté de la presse, nous faisons fi de la corruption et des tentatives d'intimidation. Ainsi, nous révélons la vérité, toute la vérité. Et je n'aurai même pas à me faire casser la figure, parce qu'In Flames cette année au Wacken, c'était vraiment top.

Il n'y a qu'à voir le monde présent pour voir le groupe, dont une grosse partie n'a eu qu'à tourner la tête ou se déplacer de quelques dizaines de mètres pour quitter la True Metal Stage où Mötorhead donnait son set quelques minutes auparavant et se diriger vers la Black Stage où les Suédois s'apprêtent à débarquer. Une fois là, le groupe envoie sa bonne purée à base de death mélodique à tendance metalcore. Et c'est alors que l'on peut se rendre compte que lorsqu'In Flames joue au Wacken, les choses se passent à fond. Tout d'abord, le son est nickel chrome : les guitares sont distinctes à souhait, la grosse caisse n'est pas trop forte comme souvent sur le festival tandis que le reste de la batterie ne recouvre pas les autres instruments, la basse se ressent sans problème et le chant est bien positionné dans le mix. À cela s'ajoutent des lumières réglées au millimètre près qui ajoutent un peu de vie dans le jeu scénique du groupe, ainsi que des écrans géants disposés derrières les musiciens, diffusant des animations représentant le groupe, les clips des titres en disposant ou passant simplement en mode « Windows Media Player ». Que l'on soit proche de la scène ou au contraire outrageusement éloigné, le spectacle, en plus d'être parfaitement audible, est aisément visible, les écrans géants disposés entre les scènes aidant à voir Anders et sa bande de près, même de loin.

Aidé par le son, le groupe offre une prestation pro et carrée à souhait, tout en ayant l'air de se faire très plaisir, se souvenant visiblement de l'accueil qu'il a reçu deux ans auparavant. Seul la voix d'Anders faiblira légèrement à partir du dernier quart du set, sa voix décrochant de temps à autre lorsqu'il passe en chant clair. Concernant ses hurlements, le bonhomme est excellent, doté d'un punch contagieux. Heureux d'être de retour en Allemagne, le chanteur s'adresse assez souvent au public, le remerciant, racontant des blagues et, évidemment, annonçant les titres qui suivent. On a donc forcément droit à l'habituel moment lumineux à base de briquets, cigarettes ou téléphones portables sur "Come Clarity" suite à la demande du groupe pour un moment classieux à souhait (même si certains trichent en ne levant que leurs bières). Le public est au taquet et reprend les refrains des titres les plus connus des Suédois, s'égosillant sur "Take This Life", "Only for the Weak" ou "The Quiet Place". À l'inverse du concert au Hellfest en 2008, Anders n'oublie pas les paroles du second couplet sur ce titre (chanté de toutes manières par une bonne partie de la foule). Surprise amusante pour le groupe, un circle pit se crée pendant que celui-ci joue une chanson calme, recevant les félicitations du chanteur : « Vous êtes le meilleur public au monde ! Vous faites un circle-pit sur un slow !»


In Flames a sorti le grand jeu pour le final, alliant la pyrotechnie des tours présentes sur le site à un feu d'artifice qui remplit son contrat en matière d'effet bœuf. Hormis les problèmes de chant sur la fin, le groupe aura délivré un set professionnel et chaleureux à la fois, faisant de nouveau une superbe impression. Et ce n'est pas le fait que j'ai un Colt. 45 braqué sur la nuque qui me fait dire cela.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1