CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 01 août 2009




SETLIST

n/a

AFFILIÉ

31 juillet 2009 - Wacken Open Air


Mambo_Kurt_Wacken_Open_Air_20090731

Si vous ne connaissez pas Mambo Kurt, c’est que vous n’êtes jamais allés au Wacken. Tout festivalier digne de ce nom connaît cet OVNI comme seule l’Allemagne peut en créer : seul derrière son orgue électronique, l’homme s’est rendu célèbre pour ses reprises Bontempi de standards métal comme "South of Heaven" ou "Thunderstruck". Au point de jouer à Wacken tous les ans, trois jours durant... au bar.

Coup de chance : alors qu’il y avait toujours eu un concert à couvrir en même temps les années précédentes, cette année Motörhead est pris en charge par mon camarade Dexxie. Du coup ô joie, il est possible d’aller voir Mambo Kurt ! Vingt minutes avant l’heure prévue, la minuscule Beer Garden Stage est déjà prise d’assaut par une bonne trentaine d’Allemands éméchés qui beuglent « Mambo Kurt ! Mambo Kurt », et quand l’intéressé arrive ils lui feront une ovation. Installé derrière son orgue surmonté d’une boule à facettes, l’homme attaque avec "I Was Made for Loving You" de Kiss et l’effet sur la foule est immédiat. Le côté musique d'ascenseur totalement assumé, la tronche improbable du musicien, sa voix débile et le fait qu’il soit à fond dedans, tout ça crée instantanément une ambiance culte. Au point que quand des soucis techniques font sauter le son ça ajoute au charme.

Mambo Kurt a bien compris le fonctionnement du métalleux moyen, et s’assure le soutien inconditionnel de son public... en faisant monter deux gogo danseuses sur scènes. Ces deux demoiselles se trémoussent à fond les cochonnes sur "Beat It" de feu Michael Jackson ou "Dancing Queen" d’Abba, et deux membres masculins du public seront même invités à monter sur scène pour faire les gogo boys, ce qu’ils feront avec beaucoup d’enthousiasme et d’autodérision. Sauf qu’une fois les tubes susnommés passés, le concert dévie dans une enfilade de standards allemands (chansons à boire, variét’ locale, etc) totalement dénués d’intérêts pour le public étranger. Les locaux s’éclatent mais les autres se font chier, et en une heure de concert il n’y aura que "Killing in the Name", "The Final Countdown" et l’intro de "Reign in Blood" pour compléter le registre métal. Un peu maigre...


Ça aurait pu être cultissime, ça ne sera que sympatoche. Le choix de la set-list n’a fait que confirmer une impression désagréable de ce Wacken 2009, à savoir un sentiment d’exclusion pour les non-germanophones. Peut-être aurait-il fallu revenir tous les soirs pour avoir droit à plus de tubes... mais soyons honnêtes, on n’a pas que ça à foutre non plus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2