CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
le 11 juillet 2009




SETLIST

The Passing
In Your Words
Set to Fail
Walk With Me in Hell
Now You've Got Something to Die For
Ruin
Dead Seeds
Grace
Broken Hands
Laid to Rest
Contractor

-------------


Redneck
Black Label

AFFILIÉ

Lamb Of God
Londres - Wembley Arena
(10 novembre 2007)

07 juillet 2009 - Lyon - Ninkasi Kao


Lamb_Of_God_Lyon_-_Ninkasi_Kao_20090707

Au vu des quelques manifestations video-diffusées des Américains, on se doutait bien que l'on prendrait une grosse claque... Mais rien ne nous avait préparé au rouleau compresseur Lamb Of God. Pour leur premier passage dans la Capitale des Gaules (ça fait toujours bien de dire ca), LoG à sorti les armes de destruction massive : une heure de bombes thermo-nucléaires qui laissera les gônes pantelants.

Le temps de laisser l'ami Pistolero sur le carreau - le groupe joue à guichets fermés ce soir - et c'est dans un Kao déja bien rempli que votre serviteur tente de se frayer un chemin. Exit la fosse, déja pleine de metalheads bien décidés à en découdre, c'est au balcon que l'on trouvera refuge, juste à temps pour le début du set de Frontal. Servant un metalcore blindé de breaks, de syncopes et autres mesures asymétriques avec une bonne énergie, les Grenoblois embarquent l'audience et chauffent l'ambiance juste ce qu'il faut pour l'arrivée de God Damn. Les locaux de l'étape se mettent très vite le public dans la poche et font monter la température d'un cran avec leur stoner Downien. Un set carré et efficace mais qui laissera votre hareng dubitatif : le manque d'originalité de la musique et l'attitude légérement « poseuse » des musiciens ayant raison de son enthousiasme. Qu'importe, ce soir le Kao est entiérement tourné vers Richmond, Virginia et quand les premières lumières s'éteignent au son de "The Passing" (un sample, dommage) la tension monte d'un cran et tout le monde se tient prêt. Le crescendo de l'intro vient mourir sur le riff de "In Your World" et c'est le déferlement de violence dans le Kao : les ricains ne sont pas venus pour beurrer les sandwichs et assènent les kids de leur metal incandescent : c'est la guerre dans le pit. Et c'est parti pour 1h10 de pure american metal sans répit. Toutes les missiles de croisière du groupe sont là : "Set to Fail", "Walk With Me in Hell", "Now You've Got Something to Die For", "Ruin",...

Minuscule pause, puis retour de Wilie Adler qui vient poser l'arpège de "Grace" seul sur scène, vite rattrapé par le reste de la bande. Parlons-en de la bande! Un Chris Adler impérial - qui perché sur son estrade débaroule tout sur son passage avec un plaisir manifeste et une facilité déconcertante - un Mark Morton peu expansif mais salement efficace et un bassiste dont je parlerais avec plaisir si j'avais eu le loisir de le voir, caché qu'il m'était par un chevelu me rendant 40 bons centimètres. Et puis il y avait ce brave Randy, dont on attendait beaucoup : on ne sera pas décus. Très en forme, plutôt bavard et au taquet de bout en bout, le versatile chanteur semble à l'étroit sur la petite scène qu'il arpente de bout en bout et hurlant à pleins poumons. Si les Américains nous avait déjà mis à terre sur la première moitié, "Grace" ouvrira les vannes du déluge : le combo "Broken Hands"/"Laid to Rest"/"Contractor" finira par avoir raison des cervicales du public (le brave hareng mettra d'ailleurs plusieurs jours à s'en remettre) et transformera le Kao en conflit ouvert. Les dernières notes de "Contractor" s'égrènent, le groupe quitte la scène. Lyon n'aura même pas le temps de le rappeler que les gaillards réapparaissent déjà, clope au bec, pour balancer une torpille sortie de Burn The Priest, puis d'enchainer sur un "Redneck" d'anthologie (quelle maitrise du groove et de la violence!). Puis c'est l'intro de "Black Label" qui retentit et l'auditeur averti sait qu'il ne lui reste que ce morceau pour lacher ses dernières cartouches. Ce qu'il fera avec délectation.


Le groupe quittera la scène sous un déluge de hurlements, non sans remercier le public lyonnais. Puis les lumières se rallumeront, les kids quitteront la salle, aphones et suants, mais heureux d'en avoir pris plein la gueule. Vous auriez dû être là...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5