CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
le 07 octobre 2007




SETLIST

Valhall Awaits Me
Runes to My Memory
Death in Fire
Cry of the Black Birds
The Fate of Norns
Asator
Pursuit of Vikings
Victorious March

AFFILIÉ

Amon Amarth
Paris - Olympia
(18 novembre 2013)
Clisson - Hellfest
(23 juin 2007)
Paris - Trabendo
(10 mars 2009)
Summer Breeze 2009 (Dinkelsbühl)
(14 août 2009)
Bruguieres - le Bascala (Toulouse)
(29 octobre 2011)
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2016)
Casino de Paris - Paris
(07 novembre 2016)
Tournée
(07 avril 2017)

06 octobre 2007 - Marseille - Espace Julien


Amon_Amarth_Marseille_-_Espace_Julien_20071006

En ce samedi soir, alors que la France entière a les yeux rivés sur le Stade Millenium de Cardiff où le XV de France s’apprête à réaliser un exploit historique, un millier de chevelus préférant le métal scandinave aux joies du ballon ovale s’entasse dans l’Espace Julien de Marseille. Drôle de lieu pour un concert de métal extrême, avec ses lustres en imitation cristal au plafond et ses portraits de Benjamin Biolay, Anaïs ou encore IAM sur les murs… Ce qui n’empêche pas une configuration idéale avec un public proche de la scène et une visibilité excellente pour tous.

Alors que l’on s’attendait à Engel pour ouvrir les hostilités en remplacement de Hatesphere, c’est la musique d’intro de Amon Amarth qui retentit dans les enceintes lorsque les lumières s’éteignent, alors que la pochette de leur dernier album apparaît en fond de scène. On apprendra plus tard que le combo de Gothebörg ne pouvait pas être à Marseille, sans plus d’explications. Dès l’apparition des vikings suédois sur scène, on est impressionné par la qualité du son. C’est simple, il est parfait, puissant mais parfaitement clair ! Premier très bon point d’une prestation absolument renversante. Le combo de Stockholm sait qu’en position de première partie il ne dispose pas d’un set très long, il donne donc tout ce qu’il a d’entrée de jeu et enchaîne les morceaux sans temps morts. Pas de combats de vikings ce soir, que de la musique !

Les 2 premiers titres du dernier album suffiront pour rendre le public complètement fou: tout le monde chante, pogote, slam, headbangue dans une ambiance bon enfant qui fait plaisir à voir. Johan Hegg, hurleur de la formation, ne cache pas sa joie et c’est le sourire aux lèvres qu’il remercie le public et présente le bassiste de session du groupe (jouant son dernier concert avant le retour de Ted Lundström dès le lendemain) avant d’annoncer le morceau suivant, rien de moins que l’hymne "Death In Fire", qui clôturait les concerts précédemment. L’ambiance monte encore d’un cran, le frontman suédois n’hésitant pas à laisser le public marseillais hurler tous les «death in fire!» du morceau. Le public sera encore à la fête sur les hymnes "Fate Of Norns" et "Pursuit Of Vikings", alors que le brûlot "Asator" déclenchera un circle pit d’une rare intensité dans la fosse. Tout cela se finira en beauté sur l’épique "Victorious March" tiré du premier album.


Ce concert a baigné dans une véritable émotion, fruit d’une complicité parfaite entre groupe et public, ce genre de sensations qui font qu’on aime tellement cette musique, un moment de fraternité inoubliable. «Santé!» hurle notre viking charismatique en buvant dans sa fameuse corne. Une prestation absolument énorme, une claque monumentale dont il est bien difficile de se remettre. On se demande comment Dimmu Borgir va pouvoir passer après ça…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2