CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 29 juin 2009




SETLIST

Indians
Got The Time
Madhouse
Antisocial
Fight'em Till You Can't Fight No More
Caught In A Mosh
nouveau titre ?
Only
I Am The Law

AFFILIÉ

Anthrax
Sonisphere France (Snowpark, Amnéville)
(09 juillet 2011)

19 juin 2009 - Hellfest


Anthrax_Hellfest_20090619

Ces dernières années, pour prendre des nouvelles d'Anthrax, il valait mieux lire Voici que Rock Hard. Nous sommes donc heureux de voir qu'après avoir traversé une grosse période de crise, pour laquelle le groupe ne pourra s'en prendre qu'à lui-même, la musique semble avoir enfin repris ses droits du côté des New Yorkais. Et après la date avortée de la veille à Paris, annoncée puis disparue des écrans de contrôle, c'est donc au Hellfest qu'Anthrax va célébrer ses retrouvailles avec la France.

Et une chose est sûre, ce retour était plus qu'attendu ! Par les photographes d'abord qui, répartis en trois groupes, ont tous le même réflexe : se précipiter pour avoir leur cliché de Scott Ian, qui se prête au jeu avec grand plaisir. Mais surtout par les festivaliers, dont un paquet semble avoir couché le nom d'Anthrax comme priorité de ce premier jour. J'aurais du mal à vous décrire précisément l'ambiance générale, la taille du moshpit ou la masse de fans présents vu que j'ai réussi à chopper une place au premier rang (niark niark) ; mais à voir le nombre de slammers et la tronche de mes côtes après seulement 50 minutes de show (et de pression non stop), je peux vous garantir que ça déménageait ! Surtout que fidèles à leur bonnes habitudes, les New Yorkais ont mis le feu à la scène. Entre un Scott Ian au taquet qui partage son temps entre headbanging effréné et sauts de cabri et un Frank Bello complètement frappadingue, le spectacle ne s'arrête pas une seule seconde. A côté, Rob Caggiano, complètement méconnaissable par rapport à la tournée 2004, semble complètement insignifiant. Et Dan Nelson dans tout ça ?

Parce que oui, quand même, le gros événement cette année, ça reste l'arrivée du successeur de John Bush au micro. Alors, verdict ? Et bien… je pense qu'on n'a pas fini d'en débattre au cours des prochains mois. Lorsqu'il s'agit de remplacer un frontman, vous avez deux écoles célèbres qui se sont affrontés au cours des années 90. D'un côté, Judas Priest, qui remplaça Rob Halford par son clone vocal Riper Owens ; de l'autre, l'école Iron Maiden, où Bruce Dickinson laissa sa place à un Blaze Bailey dans un style bien différent. Anthrax avait choisi cette seconde solution au moment de remplacer Joey Belladonna, avec l'arrivée de John Bush ; cette fois-ci, c'est la première approche qui a été privilégiée. Dan Nelson chante bien, c'est en fait ; contrairement à Ripper en son temps, il a déjà pas mal de présence scénique et semble bien intégré au groupe, comme en témoigne ses jams avec Bello ou Ian ; mais quelle est sa propre personnalité ? En effet, il sonne comme un simple compromis entre la puissance de Bush et le côté mélodique de Belladonna. C'est bien pour la scène, mais cela signifie-t-il qu'Anthrax va cesser d'évoluer ?

A l'écoute du nouveau titre interprété en avant-première, "Fight'em Till You Can't Fight No More", on serait tenté de dire oui. Parce que tant au niveau rythmique qu'au niveau du riff principal, ce titre semble tout droit sorti des sessions de State Of Euphoria. Maintenant, à l'écoute de l'autre nouveau titre non-annoncé ("Revolution Screams" ?), très typé neo jumpy, on se gardera d'énoncer des conclusions hâtives. On prendra juste son mal en patience jusqu'en octobre, date avancée par le groupe pour la sortie de Worship Music. Avant cela, on se contentera de prendre notre pied sur une version survitaminée du "Got The Time" de Joe Jackson, idem pour "Antisocial" repris à gorge déployée par le public. Au passage, on constatera que deux reprises, même complètement réappropriées par le groupe, ça la fout un peu mal ; alors Anthrax va mettre un point d'honneur à montrer la force de son propre répertoire. L'ultra-catchy "Only", l'un des titres phare de la période John Bush (et d'ailleurs le seul extrait joué ce soir), et les deux tueries "Caught In A Mosh" et "I Am The Law" : y en a encore qui ramènent leur fraise ?


Que les plus inquiets se rassurent, Anthrax est encore en vie et il va même plutôt bien. Les généraux Benante et Ian pètent la forme, le lieutenant Bello est au diapason, seul le caporal Caggiano tire un peu au flanc. Et le troufion Nelson dans tout ça ? Les avis recueillis ci et là sont assez partagés, mais comme c'est moi qui tiens le clavier, c'est au mien que vous aurez droit : cette recrue est plutôt prometteuse et n'aspire qu'à progresser. Et au final, il y avait tout de même un sentiment partagé par tous : c'est qu'on aurait bien pris un peu de rab' !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2