CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
le 28 juin 2009




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Samael
Estavayer Le Lac - Open Air Estivales
(29 juillet 2005)
Paris - La Locomotive
(08 novembre 2004)
Paris - La Locomotive
(08 novembre 2004)
Wacken
(03 août 2007)
Rennes - L'Antipode
(01 octobre 2011)
Madrid - Sala Changó
(09 décembre 2016)
Dunkerque - 4 Ecluses
(15 mai 2019)

19 juin 2009 - Hellfest


Samael_Hellfest_20090619

Dans la catégorie groupe hypnotique que beaucoup de gens n'aiment pas tellement sur CD, mais qui sont étonnés de l'excellence des performances live, je voudrais Samael. En effet, c'est ce genre de groupe qui ne lésine pas sur ses shows, non pas dans le matériel avec une grosse scène ou quoi ce soit. Cela concerne l'attitude quasi biblique des membres sur scène, les lights magnifiques bref une expérience bien sympa malgré un dernier album dont je me passerai de commentaires...

Justement c'est avec deux titres de Above que les Suisses entament leur set dans une Rock Hard Tent fort bien remplie. A vrai dire je ne suis vraiment pas le seul à ne pas aimer le dernier opus et le cap du live est mal passé pour ces compos, le son est brouillon, les guitares absolument indiscernables, bref impossible même de dire quel titre est lequel si celui n'est pas annoncé. La suite met tout le monde d'accord dès lors que Vorph annonce qu'il s'agit d'un titre du mythique Passage et là démarre "Rain", tout à coup le public se sent enfin concerné par ce qui se passe sur scène. Le clou sera l'arrivée des danseuses en tenue relativement... agréable pour ainsi dire... il n'y a pas d'autre mot, certainement deux des Fuel Girl. En effet personne n'en a compris leur utilité, mais elles sont venues, elles ont dansé, elles ont vaincu tout ça pendant que le groupe continué son bonhomme de chemin sur un air de Solar Soul.

Malgré sa très longue expérience, le groupe tente toujours de faire un mix entre l'ancien et le nouveau, les morceaux sont piochés dans plus ou moins tous leurs albums. Avec en autre un "Slavocracy" dévastateur et un "Into the Pentragram" de derrière les fagots ou encore un "Baphomets Throne" qui n'a pas pris une ride. Xytras et Masmiseim (respectivement percu+clavier et basse), martèlent leurs instruments avec hargne afin d'en extirper le meilleur. Quant à Vorph, il inspire toujours autant le respect tant dans sa rigueur scénique que ses habits ou encore de sa voix. Bien que le groupe semble donner le meilleur de soi son aspect visuel n'était pas présent pour réellement entre dans leur univers, car le concert se déroulait de jour. Et Samael est un tout en live: la musique et les lumières qui donnent la puissance et la dimension de leur musique.


Un show à la fois très bon, mais pas mémorable pour autant, tant au niveau du son, que des lights (bon ces deux éléments sont indépendants de leur volonté en festival) que de la set list, mais Samael c'est toujours un bon moment et surtout la démonstration que même avec une boite à rythme et un chanteur au look de Raël (désolé c'est sorti tout seul, il n'y a rien de méchant!) peut faire de l'excellente musique, mais c'est un groupe qui reste définitivement un groupe de salle plus intimiste.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1