CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 21 juin 2009




SETLIST

Imperium
Ten Ton Hammer
Beautiful Mourning
Old
Halo
Struck a Nerve
Descend the Shades of Night
Davidian

AFFILIÉ

Machine Head
Clisson - Hellfest
(22 juin 2007)
Wacken
(05 août 2005)
Lille - Aéronef
(20 février 2016)
Paris - Bataclan
(10 novembre 2014)
Paris - Bercy
(02 avril 2009)
Wacken Open Air (wacken)
(01 août 2009)
Hellfest (Clisson)
(16 juin 2012)

20 juin 2009 - Hellfest


Machine_Head_Hellfest_20090620

Machine Head en live, bis repetita. Après un set proprement atroce à Bercy alors que leur talent n’était pas du tout en cause (le son était insupportable), il était temps pour eux de redresser la barre et aussi de monter qu’il leur était possible de se renouveler. En effet, depuis quand n’avait-on pas eu de surprise lors d’une setlist de Machine Head ? La discographie du groupe semblait s’être réduite à quelques titres emblématiques, ce qui est toujours dommage quand on a sorti six albums…

En tous cas on ne pourra jamais leur en vouloir sur un point précis : Machine Head en live, ça mouille le maillot. Attaquant avec l'ultrapuissant "Imperium", le groupe se montré déchaîné comme à sa grande habitude. Robb Flynn est comme toujours à fond dedans et harangue la foule à coups de « Hellfest, motherfuckers ! » entre les textes des couplets. Ca cogne sévèrement, les soli comme les accélérations du titre sont exécutés parfaitement… mais une fois encore le son gâche pas mal l'affaire. Trop de double, trop de basses fréquences, pas assez de rythmique, c'est le coup classique. Au final il n'y a que les parties lead du toujours fabuleux "Halo" qui sortiront vraiment du mix, occasion de constater que l'osmose guitaristique Flynn / Demmel semble un peu totale à chaque nouvelle interprétation du titre. Par contre sur des chansons comme "Old" ou "Ten Ton Hammer" c'est de la bonne bouillie, pas au point de Bercy mais au point de rendre certains plans difficilement reconnaissables.

Et cette histoire de set-list, donc ? On va dire qu'il y a eu un effort faute de mieux. Le groupe a eu la bonne année de faire l'impasse sur les dix minutes de "Clenching the Fists of Dissent" histoire de proposer plus de chansons, et l'inhabituel "Beautiful Mourning" débarque. De la même manière voir "Struck a Nerve" ressortir des tiroirs fait très plaisir, même si ce titre thrash rapide est massacré par le son. Mais tout de même, quid des "A Thousand Lies", "A Nation of Fire" et autres "Days Turn Blue to Gray" ? Le groupe a-t-il oublié qu'on trouve "Violate" et "Bay of Pigs" sur The More Things Change ? L'impasse totale faite sur les deux albums néo est très parlante, alors qu'on y trouve des tueries telles que "Five", "I Defy" ou "Trephination". Mais non. Donc à défaut de surprise réelle on se réfugie dans les moments de puissance attendus, telle l'émotion brute de "Descend the Shades of Night" ou l'explosion finale de "Davidian". Le public exulte, Robb le remercie chaleureusement, rideau.


Parce qu'au final on y peut rien : pour peu que les différents instruments soient audibles (et c'était tout de même le cas), Machine Head en live ça tue forcément. C'est comme ça. Avec un son parfait le concert aurait été objectivement irréprochable, et si votre serviteur fait son râleur c'est surtout parce qu'il a vu le groupe un peu trop de fois. Mais gageons que les gens qui ont découvert le groupe ce soir en ont pris plin la gueule, et qu'une bonne partie des autres aussi.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5