CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 20 juin 2009




SETLIST

n/a

AFFILIÉ

20 juin 2009 - Hellfest


All_Shall_Perish_Hellfest_20090620

Les figures de proue du deathcore californien All Shall Perish continuent de rouler leur bosse depuis plus de cinq ans, avec une ténacité certaine. Ils sortent album moyen/plus après album moyen/plus et on continue à les retrouver dans les festivals européens chaque année. La tournée accompagnant la sortie d'Awaken The Dreamer (chronique ici) n'étant pas très loin derrière nous, il est donc on ne peut plus logique de les retrouver cette année au Hellfest.

Une donnée semble se confirmer : le son sous le chapiteau Terrorizer Stage est plutôt bon, meilleur que celui des scènes centrales. Le métal extrême / hardcore d'All Shall Perish étant particulièrement touffu c'est heureux, car l'auditeur moyen peut du coup apprécier pleinement la technicité et la violence du tout. Les musiciens sont en effet particulièrement en place, et l'enchaînement entre les plans thrash/death et les bons gros beatdowns qui font le sel du genre est parfait. Entre la vélocité impressionnante du batteur Matt Kuykendall, les hurlements possédés de Hernan Hermida (qui, plus que tout autre, maintient le groupe éloigné du metalcore et ancré dans l'extrême) et les changements incessants de rythmique et de plans, cela fait une bonne machine à concasser les crânes lancée en pleine vitesse. Le début de concert est donc une bonne petite claque.

Les éclairages sont assez mal pensés et ne permettent pas de profiter visuellement du show : les projos sont souvent bleus sombre alors que la toile de la tente est bleu nuit, plongeant le set dans une ambiance sombre assez peu en rapport avec la musique jouée. De toutes façons le groupe bouge peu, adoptant l'attitude évimetawl de base du chanteur pied sur le retour accompagné de zicos plantés sur leur jambes qui headbanguent. Et si le niveau du groupe et la dose de violence impressionnent d'entrée de jeu, un quart d'heure plus tard ce n'est plus la même chose. All Shall Perish reste un groupe d'amalgame, dont le principal talent est de fusionner des plans pondus par d'autres : un blast death, un beatdown core, une mélodie heavy, une rythmique thrash, une accélération melodeath, un break de death technique… on met tout ça dans un shaker et on obtient une musique très puissante, mais dépourvue d'âme pour fasciner plus de vingt minutes d'affilée.


All Shall Perish sur scène est donc très semblable à All Shall Perish sur disque : un truc qui sait s'y prendre pour mettre des baffes et fait passer un bon moment, mais ne marque pas réellement l'auditeur. On applaudira le groupe pour sa niaque et son niveau de jeu, mais pour provoquer autre chose qu'un enthousiasme modéré il faudra quand même qu'ils se forgent une réelle identité à un moment donné.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3