CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
le 20 juin 2009




SETLIST

I'm Going In
Monkey Business
Zombie Slam
End of the Line
Walking on Glass
It's Only Them
Dancing With the Dead
Bitch
Same Old Song
Shut Your Mouth

AFFILIÉ

Pain
Strasbourg - La Laiterie
(17 février 2009)
Wacken Open Air (wacken)
(01 août 2009)

20 juin 2009 - Hellfest


Pain_Hellfest_20090620

Cette année, le Hellfest semble parti pour être encore meilleur que celui de l’année passée. Plus de scènes, plus d’espace, plus d’avantages pour nous, humbles membres de la presse, avec moult toilettes aménagées, espace presse décoré avec bon goût, prostituées et cocaïne coulant à flot et hummers pour grimper les montages qu’elles constituent… Mais ce Hellfest, c’est aussi la découverte d’une future valeur sûre lors des festivals à venir… Le sandwich raclette. Sinon, Pain jouait, aussi.

Pain, c’est le side-one-man-band project de Peter Tätgren, charmant garçon officiant dans Hypocrisy et durant un temps au sein de Bloodbath. Et comme Tätgren est seul maître à bord lors de la composition et la production des albums, c’est lui la base. Peter Tätgren, c’est (le) Pain. Histoire de changer du death, notre ami Peter a décidé dans le metal plutôt industriel, limite pop par moments, très mélodique et rudement efficace, créant ainsi une couche de salade pour tapisser le fond de son Pain. La batterie au son nickel, telle de bonnes grosses tranches de jambon cru, martèle cette base, tandis que des guitares et une basse viennent assaisonner le tout, telles des tomates bienvenues, à base de gros riffs tranchants et efficaces à souhait. Des synthés viennent assaisonner le tout, tel un délicieux fromage à raclette fondu, mais le socle de tout ce maelström de saveurs sonores, c’est le chant de Peter Tätgren. C’est (le) Pain.

Et passée l’introduction sur bandes, le groupe est là, sur scène et envoie la sauce. Le son est d’emblée nickel, jusque là l’un des meilleurs en ce deuxième jour de festival. La recette du groupe fait son petit effet sur le public qui sera là à fond durant la totalité du concert, assurant les chœurs durant les refrains, jumpant et levant index et petit doigt en direction du groupe. Si celui-ci assure un bon set, carré et précis, un membre se dresse pourtant au dessus du lot. Il s’agit sans surprise de Tätgren qui varie les registres vocaux à tire larigot, passant du beuglé criard tendance black au chant clair légèrement agressif, agrémentant de temps à autre les refrains et les breaks d’incartades growlées jouissives. Le bonhomme fait carrément penser à Devin Townsend durant certains moments, tant dans son grain hurlé mélodique que dans sa maîtrise vocale. Visiblement axé sur les derniers albums, le set fait aussi la part belle aux hits du groupe, "It’s Only Them" et le tubesque "Shut Your Mouth" en tête.


La recette ne fait pas tout, il faut un minimum de talent pour transformer un plat somme tout assez simple en résultat approchant l’excellence. Et c’est un chaud du feu de Dieu que Tätgren et sa bande ont offert cet après-midi. Si les derniers albums du groupe n’ont pas spécialement enflammé mon confrère Lucificum, les titres extraits de ceux-ci qui ont été joués aujourd’hui ont convaincu le public. Et votre serviteur, ainsi gracieusement accompagné musicalement durant sa savoureuse digestion.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2