CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 20 juin 2009




SETLIST

n/a

AFFILIÉ

Parkway Drive
Lille - Aéronef
(09 juin 2015)
Cabaret Sauvage
(18 décembre 2014)
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2013)

19 juin 2009 - Hellfest


Parkway_Drive_Hellfest_20090619

Connaissez-vous la soupe australienne ? si on en croit un des stands de l'espace nourriture du Hellfest, il s'agit d'un jus de fruits et de légumes au gingembre, servi indifféremment froid ou chaud. Et comme il fait très froid à une heure du matin en ce premier soir du Hellfest, ça donne envie d'expérimenter. Une très bonne idée que voilà...

Car soudain de forts jolis arpèges en son clair s'élèvent du chapiteau voisin... et l'enfer se déchaîne. Parkway Drive démarre un set de metalcore ultraviolent face à une foule déchaînée, et les Australiens (coïncidence...) vont donner un concert proprement dantesque. La musique est agressive à l'extrême, liant moments de pur chaos (blast-beats + trilles de guitares au taquet), enchaînements d'accords presque pop, harmonies de guitares heavy et surtout terribles beatdowns écrasants. Ces moments de ralentissements pachydermiques fracassent littéralement la nuque, et sont indéniablement une des grandes forces du groupe. Leur autre atout principal : Winston McCall, hurleur effarant qui enchaîne beuglements core et growl death caverneux sans souci, se permettant même des digressions brutal-death. Autant dire que niveau rouleau compresseur c'est du massif.

Le pire c'est que ce chaos ambiant qui déferle sur la foule est maîtrisé au micropoil. Le son étant très correct on réalise que les musiciens sont très précis, prouesse d'autant plus impressionnante qu'ils sautent partout, tout le temps. Les guitaristes donnent littéralement l'impression d'en vouloir à leurs instruments tant ils les malmènent, McCall est complètement possédé... et la foule rend coup pour coup. Le public est en effet hystérique, moshant comme un seul homme et répondant présent lors des nombreux appels au circle-pit lancés par le chanteur. Ce dernier en restera même comme deux ronds de flan et leur demandera comment ils font pour avoir encore autant d'énergie à une heure pareille. Mais il n'y a pas de mystère : entre l'attitude ultra dynamique du groupe, la qualité de la musique et l'impression permanente de rouleau compressueur, il y a de quoi maintenir l'intérêt de n'importe qui.


Le groupe et le public finissent donc à la fois sur les rotules et béats de bonheur. La manière dont Parkway Drive contrôle le chaos et de maintient un niveau d'intensité constant est incroyable, et ce set restera une expérience très marquantepour beaucoup. Entre la soupe et le groupe, l'Australie gagne par KO.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2