CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
le 06 avril 2009




SETLIST

Backyard Babies

Degenerated
Star War
Back on The Juice
Fuck Off and Die
Brand New Hate
Minus Celsius
Abandon
Everybody Ready?!
Nomadic
Dysfunctional Professional



Danko Jones

The Rules
My Time Is Now
I Want You
Play the Blues
King of Magazines
Never Again
Baby Hates Me
First Date
Forget My Name
Sugar Chocolate
Sugar High
Invisible
Woogie Boogie
Fucked Up
Lovercall
Cadillac
Mountain

rappels :

Code of the Road
Bounce
Sleep Is the Enemy

AFFILIÉ

Danko Jones
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2008)
Hellfest (Clisson)
(23 juin 2013)

31 mars 2009 - Strasbourg - La Laiterie


Danko_Jones_-_Backyard_Babies_Strasbourg_-_La_Laiterie_20090331

Que demander de plus après une journée ensoleillée qu’un bon concert de rock’n’roll ? C’est donc ce à quoi nous avons droit en ce mardi soir avec les Suédois de Backyard Babies et les Canadiens de Danko Jones. C’est dans une Laiterie qui s’emplie petit à petit que vont s’éteindre les lumières pour laisser place à la première partie.


Les premières notes de "Degenerated" résonnent très fortement, ce qui effraye le public, et les Backyard Babies envahissentt la scène énergiquement. Le son paraît assez fort durant le début de ce premier morceau mais le problème se règle rapidement. La qualité du son est particulièrement bonne ce soir, tous les instruments sont à l’honneur malgré le retrait visible du bassiste qui fait un peu tache parmi les autres membres du groupe. Certes il assure comme il se doit, semble plutôt heureux d’être là mais ne délivre pas la même énergie que les deux chanteurs/guitaristes. Dregen quant à lui est totalement possédé, déchaîné, et cette puissance se transmet d’abord aux premiers rangs du public pour ensuite conquérir toute l’assemblée. Ca y est, le show est lancé et le rythme est donné. Cette soirée s’annonce d’ores et déjà résolument rock’n’roll. La part belle est faite au dernier album en date de nos Suédois (chronique ici) mais on retrouve d’autres tubes du groupe dont l’incontournable "Star War". C’est sur ce même titre que le public se lâche véritablement et notamment deux charmantes demoiselles qui dansent en faisant abstraction de leur entourage.

Nos compères nous livrent donc un set très enjoué et dynamique sans aucun blanc. Le chanteur principal balance quelques blagues immédiatement suivi par le batteur qui agrémente la réaction du public du symbolique « roulement de la blague ratée ». Il est d’ailleurs tout sourire le temps du concert et ça se transmet aux autres membres, en particulier Dregen qui ne s’arrête plus dans le dynamisme. Le premier rang du public doit donc être heureux de pouvoir prendre une douche de sueur de salive de celui-ci durant ses soli qu’il exécute à la perfection toujours devant les trois mêmes groupies à l’avant, nous sommes en présence d’un grand musicien et lorsqu’il utilise sa voix force est de constater que de ce côté-là le talent ne lui manque pas non plus. D’ailleurs l’alliance entre la voix grave de Nicke Borg et celle plus aiguë et criée de Dregen est parfaite. Nous arrivons ensuite à la ballade du dernier album "Abandon" pour enfin passer à la dernière partie du show qui débute parfaitement avec "Everybody Ready ?!". Il est inutile de dire que le public est plus que réceptif à l’annonce du titre et dès la première note s’active en dansant. C’est sur "Nomadic" que le groupe tire sa révérence pour laisser place à Danko Jones.

Le temps de changer le matériel et d’effectuer les balances et Danko Jones apparaît au son de "The Rules" et enchaîne immédiatement avec "My Time is Now". S’en suit la première intervention de Danko avec son public et ça ne sera pas la dernière. Rarement un frontman aura autant communiqué avec la salle. S’épongeant le front et constant la sueur il réprimande le public en affirmant que c’est de sa faute, puis avoue qu’il adore sentir ses « couilles dans la sueur ». Ce musicien est un vrai phénomène. Vous l’aurez compris, l’ambiance était clairement au rendez-vous pour le plus grand plaisir de la salle qui était bien remplie. Niveau son nous frôlions l’excellence, et notons particulière la basse qui fut puissante et groovy à souhait. Le reste n’est pas en rade non plus : une batterie bien réglée ni trop forte ni trop en retrait et une guitare complétant parfaitement la voix d’un Danko très en forme en ce mardi soir. Voguant aisément d’un registre très hard rock à la Lemmy à un registre plus calme pouvant laisser entrevoir le spectre des Backyard Babies. Le groupe prend plaisir sur scène et ça se sent.

La set-list est très variée et couvre la totalité de la carrière des Canadiens. Nous noterons l’excellent "First Date" durant lequel le public pousse la chansonnette sur les entraînants « Do you kiss on the first date ? ‘Cause I do ! ». L’énergie qui fut à l’honneur toute la soirée repart de plus belle avec l’humour de Danko qui annoncera « This next song is about oral sex ! You know what I mean ? No, not cocksucking ! This song is about licking pussy, and you French people are really amazing for it ! ». Je ne sais pas comment il sait ça mais il en a l’air convaincu et la musique reprend pour ne laisser dans la salle qu’une ambiance de fête comme rarement la Laiterie en aura vu. Présentant son groupe sur l’intro de basse de "Lovercall" il laissera le public hurler son nom. Et on approche à grand pas de la fin du concert. Puis le groupe quitte la scène pour ne revenir que quelques instants plus tard sous les acclamation d’une salle totalement conquise. Le rappel débute sur "Code of Road" puis Danko stoppe pour rendre hommage à ses idoles (dont une grande partie sont décédées) et nomme ainsi entre autres Dimebag Darrell, Cliff Burton et le grand Johnny Cash. Le set se finira après deux autres morceaux et les remerciements du groupe.


Une laiterie très bien remplie pour un mardi soir, voilà ce que furent capable d’amener les deux groupes grâce à leur rock frais et entraînant. En sortant de la salle on ne peut se dire qu’une chose : ces groupes sont faits pour la scène. Voilà un concert comme on en aimerait plus souvent !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4