CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
le 08 mars 2009




SETLIST

Malariah

Close Your Eyes
…And the Punishment Comes
A Life of Agony
Last Vision
Altar of Lie
Bestial Perversion
The Cult of Devastation
Effluves (Inhumate cover)


Calciferum

Intro
Prophétie mystique
The Ghost of Death
Pour mon peuple
Unleash the Cursed Army
Release the Apocalypse
One More
Eat Their Heart

AFFILIÉ

05 mars 2009 - Strasbourg - K'Fet des Sciences


Malariah_-_Unformed_-_Calciferum_Strasbourg_-_K'Fet_des_Sciences__20090305

C’est dans une petite salle du quartier étudiant de Strasbourg que l’association Ecleksick nous propose une soirée metalique avec des groupes locaux mais commençant à se faire un petit nom sur la scène extrême alsacienne. Peu avant 21h la salle s’emplit convenablement pour un concert du genre, d’autant plus un jour de semaine.

La bataille commence avec le jeune groupe Malariah. Fort d’un premier EP, The Cult of Devastation (chronique ici) c’est un groupe motivé qui se présente devant nous et nous balance "Close Your Eyes". Le son est bon et les instruments sont parfaitement audibles, un petit bémol en revanche pour la grosse caisse qui était vraiment très discrète. En faisant abstraction de ce détail au final pas d’une importance capitale les musiciens jouent bien, sont carrés et se font plaisir. Le look du guitariste peut surprendre de prime abord mais est résolument old school dans son attitude, de fait on comprend mieux le bermuda et le fait de jouer pied nu. On sent le groupe immédiatement à l’aise sur scène et c’est un très bon point pour eux car il n’y a aucune hésitation, pas de perte de temps pour rentrer dans le truc. Les musicos sont là pour nous envoyer du death metal dans la tronche et ils le font parfaitement. On remarquera par contre que le bassiste a quelques problèmes de notion de distance : quand on ne chante pas dans le micro le public n’entend pas.

En parlant du bassiste, sa voix assez criarde et proche du black s’allie habillement à la voix du chanteur principal qui lui est dans un registre plus death à la Obituary, on aime ou non mais il maîtrise son sujet. À noter les progrès niveau chant depuis l’EP. Niveau musical le groupe s’en sort très bien, soutenu par des compos qui tiennent la route et plus particulièrement les nouveaux morceaux car il faut bien le dire, ceux figurant sur l’EP sont plutôt faiblards en comparaisons à ce qu’ils font maintenant. Malariah a trouvé sa personnalité et ça ne présage que du bon. Quelques solos laissent entrevoir une influence de Gojira mais le groupe parvient à mettre son petit truc qui fait qu’on le reconnaît et c’est sans doute ce qui fait la puissance de nos quatre gaillards. L’ambiance quant à elle était bon enfant tout du long et le groupe nous gratifie en guise de sortie une reprise d’Inhumate ("Effluves") fort bien exécutée, le tout en caleçon s’il vous plait (et à poil pour le bassiste, légèrement dérangé). Le chanteur laisse tomber sa guitare le temps du morceau et slamme tout en chantant.

C’est ensuite au tour de Calciferum d’entrer en scène. Nous voilà dans un registre différent mais tout aussi plaisant. Le groupe officie dans un death/black pas très original mais toujours sympa à écouter. Malgré quelques problèmes de micro en début de set, le son est plutôt bon et on notera que la grosse caisse est audible à présent. Niveau musical ça se défend pas mal, les riffs sont là et ça envoie du bois sans pour autant casser trois pattes à un canard, mais est-ce qu’on leur demande ? On peut en revanche reprocher au chant de ne pas être assez varié. Passant d’une voix death à une voix black on aurait pu espérer un peu plus de variantes mais les deux voix sont monocordes et malheureusement on en vient assez vite à se lasser. Outre cela l’ambiance était toujours chaude, les musiciens se font plaisir, sont heureux d’être là et ça se ressent. C’est la fête autant sur scène que dans la fosse. D’ailleurs les musicos de Malariah sont complètement dans le truc de bout en bout. Le metal est avant tout une musique festive et on s’en rend compte dans ce genre de concert.

C’est finalement au tour d’Unformed de débuter et là ce n’est plus du même acabit. Le genre déjà peut rebuter à la base : un mélange de hardcore, de death et de psyché… le tout servi sous un pseudo prog’, très peu pour moi. Après le groupe a sans doute ses adeptes mais ils n’étaient pas présents en masse ce soir, malheureusement. Pourtant les musiciens sont bons, il n’y a pas photo, mais la façon dont ils exploitent leur talent n’est peut être pas celle qui est la plus séduisante pour un public plus orienté death ce soir en l’occurrence. La voix du chanteur est ennuyeuse, allant d’un chant core pas foncièrement mauvais mais trop envahissant à un chant death en demi teinte, pour la soirée en tout cas, en passant par un chant clair faux. De plus la manière de rapper le chant n’est pas toujours très à propos, n’est pas Reuno de Lofofora qui veut. Niveau composition on ressent des influences diverses dont le punk, le hip hop, ce qui donne sans doute ce petit côté néo au groupe. En définitive ce n’est pas mauvais, mais vraiment pas ma tasse de thé, et apparemment pas celle du public non plus.


C’est ainsi que s’achève un petit concert sympa, dans une ambiance conviviale et bon enfant. Remercions l’association organisatrice (Ecleksick), et espérons qu’elle remette le couvert pour d’autres concerts du genre. À noter aussi une chose importante : la bière n’était pas chère, que demander de plus ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1