CHRONIQUE PAR ...

13
Dupinguez
le 29 août 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Nightwish
Toulouse - Zénith
(26 novembre 2015)
Wacken
(04 août 2005)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2015)
Oslo – Sentrum Scene
(01 décembre 2007)
Lyon - Halle Tony Garnier
(10 avril 2008)
Paris - Zénith
(06 avril 2008)

02 août 2008 - Wacken


Nightwish_Wacken_20080802

Ces dernières années, il s’en est passé des choses au sein de la maison Nightwish : la popularité du groupe a explosé en Europe, les albums se vendant par poignées de millions, et le groupe a perdu au passage son emblématique chanteuse, priée d’aller voir ailleurs. Cela ne les a pas empêchés de réitérer ce succès avec le dernier album Dark Passion Play, de s’embarquer dans une tournée mondiale, et d'en profiter pour headliner ce samedi, rien que ça. Voilà pour le résumé de ces 4 dernières années, place au spectacle maintenant.

Et si certains ont déjà eu l’occasion de voir les Finlandais avec leur nouvelle chanteuse à l’occasion de leur passage un peu partout en Europe, Anette Olzon doit encore fait ses preuves sur les planches pour une bonne partie du public. Et comme sur l’ensemble de la tournée, le concert s’ouvre sur "Bye Bye Beautiful", en guise de doigt levé à Tarja Turunen (comme si elle n’en avait pas eu assez), qui permet à Marco Hietala d’échauffer en passant sa voix rauque et aiguë. On est rassurés d’entrée sur la forme vocale d’Anette : comme à Paris ou Lyon, elle est en forme et passe ses lignes sans aucun problème. Elle semble même parfois tellement à l’aise que c’en est déconcertant. Les titres de l’ère Tarja étant plus durs à chanter, elle a également l’intelligence de les adapter à son registre légèrement plus grave, comme ça peut être le cas sur "Dark Chest of Wonders", même si en poussant parfois un peu, elle arrive à passer les lignes d’origine. Mais mieux vaut assister à un concert de qualité tout le long que d’entendre quelqu’un s’arracher les cordes vocales. Bref, pas grand-chose à redire de ce côté-là. Dommage par contre au niveau du son, que l’on n’entende pas plus que ça la guitare de Emppu, surtout que celui-ci est un des rares à bouger partout sur scène et à mettre l’ambiance, toujours avec le sourire et la bonne humeur.

Pourtant, par rapport aux concerts en salle, la sauce ne prend pas ce soir. Les titres phares ("The Poet and the Pendulum" par exemple) n’ont pas l’effet escompté et les singles succèdent aux titres calmes et aux longs speeches creux de Anette ou dispensables de Marco. Celui-ci nous annoncera par exemple un titre bourrin pour déboucher finalement sur une ballade. La bonne blague, on ne demandait que ça. Bref, le public s’endort un peu et la sauce ne prend donc pas plus que ça, d’autant que la setlist est allégée par rapport aux concerts en salle. Bizarre, car le temps de jeu prévu pour Nightwish, 1h30, est la durée exacte de ces mêmes concerts. Quand résonne alors le premier rappel avec l’efficace et classique "Wishmaster", on commence même à se poser quelques questions. Et oui, après le final "Wish I Had An Angel", la triste vérité éclate enfin : on a eu droit, en tout et pour tout, a 1h15 à tout casser de concert, privilégiant les titres moins pêchus du répertoire de Nightwish. De plus, un aspect qui faisait le sel des shows en salle, à savoir une pyrotechnie de tous les diables, a elle aussi été partiellement reléguée au placard. Dommage, quand on sait que ce genre d’effets se prête bien à l’exercice du festival.


Bref, c’est un peu déçus que l’on repart de ce concert, donnant l’impression que Nightwish s’est installé dans une routine consistant à en faire le minimum sans prendre de risque, tout en s’asseyant sur le succès des albums studios. Car vu la richesse discographique du combo, ils auraient pu tenir la scène une heure de plus sans aucun problème. Bref, dommage, le groupe était jusque là sur une note positive en concert mais rate ce qui aurait dû être la conclusion de sa tournée européenne.


Crédit photo : Michael Wiesner


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5