CHRONIQUE PAR ...

59
Jal
le 24 août 2008




SETLIST

Poetic Pitbull Revolutions
Infralove
Wedding March for a Bullet
Heroines
Velvet Embracer
Balrog Boogie
The Vodka Inferno

AFFILIÉ

14 août 2008 - Summer Breeze


Diablo_Swing_Orchestra_Summer_Breeze_20080814

Jeudi, 20h55, je ne peux déjà plus attendre le show de Diablo Swing Orchestra. Ce groupe ayant été une de mes plus grandes découvertes de ces derniers mois via l'album Butcher's Ballroom chronique ici), l’envie de les voir en live était plus qu’importante et le Summer Breeze édition 2008 aura rendu ça possible.

La Party Tent est bien bondée et je me retrouve plutôt vers le fond. 21h00, le groupe entre en scène avec une grande classe (costards rouges, chemises noires …). On reconnaît immédiatement le début western de "Poetic Pitbull Revolutions" et on sent bien le groupe sûr de lui. Le son est excellent ce qui est assez inhabituel dans la Party Tent pour être souligné. En revanche le public n’est pas vraiment réceptif de prime abord mais "Infralove" commencera à le décoincer pour ensuite vraiment mettre une ambiance de feu avec "Heroines", chanson qui permet au violoncelliste de s’éclater comme un enfant qui vient d’avoir un jouet. Le public est enfin réellement entré dans le côté bien barré du groupe et danse de tous les côtés, il est impossible de se retenir tellement la musique est entraînante.

Un petit côté pattonien (période Mr. Bungle) se fait sentir dans la style pratiqué par le combo et le violoncelle apporte une touche très originale au reste qui, il faut bien le dire, était déjà assez inhabituel. La touche jazz/classique des compos n’enlève rien à la puissance résolument metal des guitares et de la batterie qui utilise quelques passages de double pédale bien pensés sans forcément en abuser. Certains passages font aussi penser à de la musique de cirque, ce qui apporte un charme particulier au style. Les voix sont utilisées à bon escient, que ce soit celle du guitariste ou celle de la chanteuse, et sont utilisées comme des instruments ni plus ni moins. La basse tient également une place très importante puisqu’elle impose en quelque sorte les rythmes jazz lorsqu’ils sont nécessaires.

Le guitariste communique excellemment avec l’assemblée ce qui rend le groupe très proche de son public et le niveau technique des zicos est vraiment impressionnant. Sans parler de la chanteuse, on a beau être habitué à son chant lyrique, la puissance de sa voix est ahurissante en live. Les musiciens sont heureux d’être là et ça se sent. Finalement c’est avec "The Vodka Inferno", un nouveau morceau qui ne laisse présager que du bon pour le futur du groupe, que le set s’achève.Le public en redemande mais malheureusement le set est fini, ces 30 minutes seront passées à une vitesse phénoménale et malgré le rappel du public le groupe est contraint de ranger son matos et de laisser place aux suivants.


Ce concert restera sans conteste le meilleur du fest pour moi, premièrement de par l’originalité du groupe, et le fait qu’il soit inattendu dans un festival de metal extrême. Malgré tout ils s’en sont sortis brillamment et on n’a qu’une seule envie : de les revoir au plus vite en live.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7