CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
le 03 juillet 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Baroness
Paris - Scène Bastille
(04 février 2008)
Paris - Trabendo
(02 octobre 2013)
Hellfest (Clisson)
(16 juillet 2017)

20 juin 2008 - Hellfest


Baroness_Hellfest_20080620

Il y a quelque chose d'amusant avec la musique (et l'art en général) : l'importance de la subjecivité. Si mon cher et estimé confrère Dr.Gonzo n'avait pas spécialement aimé Baroness avec leur Red Album (chronique ici), il me faut avouer que les choses sont un brin différentes en ce qui me concerne.

D'emblée, il est à noter que le son est de fort bonne facture. Guitares, basse, batterie et chant ne se chevauchent globalement pas; le concert est fort agréable sur ce point. Le groupe balance riffs sur riffs, qui s'enchainent sans véritable problème et on se se surprend vite à hocher de la tête et ce, de plus en plus fort, jusqu'à ce que headbang se fasse. Les cassures rythmiques n'aident cependant pas à rester en rythme et si l'on est de ces êtres qui aiment être bien callés lors de leur cassages de nuques, la tâche est difficile. Cependant, la répétitivité des plans est telle que l'on assimile vite et bien là où il faut plier son cou. La musique du groupe est lourde et grasse à souhait sur scène, agrémentée de leads de guitare, quant au chant (pas inoubliable), il n'intervient au final qu'assez peu sur la globalité du set.

Baroness est un groupe assez peu avare quant à l'utilisation de divers effets sur les guitares, notamment le delay, tous plus spacies les uns que les autres, mais s'en sert cependant avec une certaine parcimonie, en usant principalement lors des introductions. Le set se déroule sans souci, les morceaux se suivent... et se suivent. Pas un mot n'est adressé au public, sinon à la fin de la prestation du groupe, ce qui n'aide pas vraiment à distinguer les morceaux entre eux. Heureusement que le public connaisseur applaudit et permet plus ou moins de se trouver quelques repères dans ce déluge de notes. La musique du groupe perd cependant de son intérêt à la longue et le dernier titre joué, répétitif jusqu'à en être hypnotique, relève cependant le niveau et clôt le set de géorgiens sur une note positive.


Baroness offre au final un set d'une certaine qualité, avec une musique somme toute agréable, malgré un mutisme peu entraînant. Cet aspect étant absent sur un album, j'ose croire que sur disque le groupe prend une autre dimension.


Cliquez ici pour la galerie photo !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4