CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
le 08 septembre 2007




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Dimmu Borgir
Marseille - Espace Julien
(06 octobre 2007)
Hellfest (Clisson)
(17 juin 2012)
Paris - Bataclan
(23 janvier 2020)

03 août 2007 - Wacken


Dimmu_Borgir_Wacken_20070803

Le groupe est programmé à 23h ce vendredi, proche donc des horaires des plus grosses têtes d'affiche, et effectivement Dimmu mérite ce statut. Ses derniers albums ont été de gros vendeurs et la taille plus que conséquente de la foule présente à ce concert est une confirmation éclatante de la popularité des norvégiens adorateurs de l'Art noir, même dans un festival a tendance plus heavy.

D'ailleurs, comme pour confirmer ces vérités, Dimmu commence le concert avec une intro grandiose toute en grandiloquence dans la veine de ce qu'on est en droit d'attendre d'un tel groupe. Intro qui annonce en fait "Progenies of the Great Apocalypse". Yamsy ! C'est le titre phare de Death Cult Armaggedon et autant vous avouer tout de suite qu'il rend toute sa classe et sa puissance en live ! Riffs imparables, claviers ou samples d'orchestre majestueux, batterie imposante, tout y est. Le passage avec le chant clair de Vortex est restitué avec une maestria qui rassure ceux qui se demandaient si Vortex est aussi en voix live que sur disque : OUI. Et un grand oui car le monsieur est réellement impressionnant dans son chant clair. D'une il possède une voix véritablement unique avec un timbre indéchiffrable, de deux, il assure divinement même en direct. Vortex, je te veux dans mon lit ! Quand on sait en plus qu'il assure ses parties de basse sans souci, aux doigts svp, tout en adoptant une posture de contrebassiste pour jouer (la basse à la verticale pour résumer), il a de quoi en écoeurer plus d'un par son talent ... Mais Dimmu Borgir c'est aussi un Shaggrath au chant et force est de constater qu'il possède un certain charisme, grimé bien évidemment des maquillages black de rigueur (tout comme les autre membres du groupe). De plus le groupe a mis les petits plats dans les gros et propose des jets de flammes entre autre effet pyrotechnique. Sympa.

Mais quelque chose cloche dans ce concert. Déjà, si le son est surprenamment peu fort (ceci est loin d'être un reproche, bien au contraire) on a du mal à entendre les guitares. La conséquence directe de ceci est qu'il est difficile de reconnaître les chansons jouées ... Problématique. Surtout lorsqu'on est censé connaître les ¾ des albums ... En plus, le batteur a tendance à jouer ses parties légèrement plus rapidement que sur disques, alors que le reste du groupe garde la même allure, ce qui fait qu'il paraît un peu en décalage. Ce problème s'entend plus particulièrement lors des blasts. Et quelque chose de très étrange se produit. Alors que Shaggrath parle d'un retour à Spiritual Black Dimensions, il annonce la chanson "Dreamside Dominions". Jusque là, pas de problème. Le groupe commence à jouer ... une toute autre chanson !!! Je suis resté un peu circonspect, d'autant que "Dreamside Dominions" est un peu LE tube de Spiritual Black Dimensions, quel dommage que de ne pas l'entendre !


En tout cas, ce concert aura été un semi-déception couplée de frustration entre des guitares proche de l'inaudible et des chansons très difficilement reconnaissables et des musiciens particulièrement bien en place (qui a parlé de Vortex ?). On se prête alors à rêver de ce qu'aurait été le concert parfait de Dimmu avec un son nickel : probablement fabuleux. Là, on restera avec un bon concert, mais salement décevant quand même ...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2