CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 03 juillet 2008




SETLIST

Dr Rock
Stay Clean
Be My Baby
Killers
Metropolis
Over The Top
I got Mine
One Night Stand
Rosalee
In the name of tragedy
solo Mikkey Dee
Just cos you've got the power
Going to Brazil
Killed by Death
Ace of Spades
Overkill

AFFILIÉ

Motörhead
Paris - Zénith
(07 décembre 2006)

22 juin 2008 - Hellfest


Motörhead_Hellfest_20080622

Motörhead est un des rares groupes qui, même sur un festival, peut drainer une grande partie du public sur son seul nom. Il fallait voir toutes ces personnes munies du bracelet bleu symbolisant le billet d'entrée pour le dimanche seulement, massées devant la scène principale, ignorant majestueusement le show atomique d'At The Gates sur la scène d'à côté. Cette foule qui, pendant le retrait temporaire des Suédois en quête d'un rappel, en profita pour beugler « Motörhead ! Motörhead ! ». Oh oui, la Légende anglaise était très attendue….

Bien entendu, un concert de Motörhead ne pourrait commencer autrement que par cette déclaration limite blasée de Lemmy : « We are Motörhead and we play rock n' roll ! ». Peut-on décemment imaginer une autre façon de débuter sans décevoir la foule, qui applaudit cette phrase à tout rompre comme si Lemmy venait d'annoncer l'abolition pure et simple des impôts ? C'est donc parti pour à peine plus d'une heure de wok n' wol, puisque Motörhead n'utilisera étonnamment pas tout le créneau qui lui était imparti (1h15 en principe). Qu'importe si le début du set est poussif faute de morceaux manquant de relief, que le champ d'action de Lemmy se limite à un mètre de chaque côté de son pied de micro, qu'il se contente de baragouiner ses paroles sans qu'on puisse y piger un traître mot : Motörhead c'est aussi ça, et c'est pour ça qu'on va les voir. Mais mine de rien, il aura quand même fallu attendre une bonne vingtaine de minutes et l'arrivée de "Over the Top" pour commencer à prendre son pied.

Voir Motörhead sur scène, c'est vraiment une sensation étrange. On a du mal à croire que ces 3 mecs jouent ensemble depuis si longtemps tant ils semblent vivre différemment leur concert, chacun dans son coin. Lemmy bouge peu et reste très détaché, quasi imperméable aux ovations répétées du public. Au contraire, Mikkey Dee est à fond les ballons du début à la fin, agitant sa tignasse comme dans une pub l'Oréal. Le blondinet nous fera pourtant vivre un cauchemar qu'on croyait impossible en festival : un solo de batterie, évidemment chiant comme la pluie. Et puis, il y a le débonnaire Phil Campbell, qui se ballade en balançant ses riffs et ses soli le plus tranquillement du monde. Campbell qui doit être le seul musicien du monde à assurer des chœurs avec sa clope au bec (même Weiki la retire dans ces cas-là). Campbell qui nous aura aussi bien fait marrer en promettant le nom du nouvel album si le public gueulait bien fort : merci Philou, mais même la pochette circule déjà sur le net depuis 2 bonnes semaines !

D'un point de vue musical, tous les plus grands titres de Motörhead sont là. Il a fallu attendre, mais il faut reconnaître que les classiques s'enfilent comme des perles vers la fin de show : peu de groupes peuvent se vanter de pouvoir claquer des titres aussi puissants que "Going to Brazil", "The Ace of Spades" évidemment, ou encore "Overkill" qui clôt le show sur une bonne note. S'il faut pinailler, on regrettera l'absence de "Iron Fist". D'autant que ce titre aurait largement eu sa place au milieu du show, au moment il ne se passait pas grand chose d'intéressant. Seul "Killed by Death" est venu réchauffer un peu l'atmosphère, avec la présence de 5 jeunes filles très courtement vêtues, probablement recrutées sur diplôme. Avec au passage un petit bécot pour Lemmy avant de sortir de scène : plutôt cool la vie de rock star ! Bref, lorsque la célèbre intro de "Overkill" retentit, tout le monde comprend que c'est la fin de ce concert qui a manqué cruellement de rythme, et qui s'achève près de 10 minutes avant le terme prévu.


Petite déception que ce concert de Motörhead. Attendu comme le Messie par un gros de fans, les Anglais ont donné l'impression de se contenter du minimum syndical. Autant dire qu'on attendait plus de ce groupe annoncé comme la tête d'affiche de ce dernier jour. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7