CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 03 juillet 2008




SETLIST

Slaughtering the Pigs
Undead Stillborn
Son of the Jackal
Bleed for Me
Werewolf Corpse
Diabolist
Legion of the Damned

AFFILIÉ

Legion Of The Damned
Paris - Trabendo
(10 mars 2009)

21 juin 2008 - Hellfest


Legion_Of_The_Damned_Hellfest_20080621

Un festival, c'est aussi fait pour les surprises, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Et assurément, Legion of the Damned aura fait partie de la première catégorie lors de ce Hellfest 2008. Pourtant, votre serviteur n'avait pas hésité à afficher son scepticisme vis à vis des Hollandais, coupables de proposer un thrash/death très basique et des prestations live pas forcément bandantes, comme ce show parisien sur la tournée Kreator/Celtic Frost. Alors j'avoue : je me suis bien planté, car ce show fut tout simplement énorme.

Visiblement, les Hollandais étaient bien à leur place à 12h40, car peu de gens dans le public semblaient au fait de leur œuvre avant ce show atomique. L'intro symphonique pompeuse agit en véritable trompe l'œil, car elle ne laisse en rien augurer de la déflagration qui va suivre. Car dès le premier titre "Slaughtering the Pigs", seul extrait de leur dernier album Feel the Blade (un réenregistrement de leur dernier album sous le nom d'Occult), les Bataves vont prendre le public à la gorge pour ne plus lâcher pendant une bonne demi-heure. Rien que l'intro martiale de ce titre suffit à provoquer un brisage de nuques collectif, alors quand surgit ce riff sauvage puis ce refrain imparable ponctué de « Kill ! » sauvages, c'est le carnage assuré. Fidèle à son habitude, aucune fioriture dans le jeu du batteur Erik Fleuren, mais un seul mot d'ordre : efficacité !

Mais la grande différence avec le concert parisien sus-mentionné, c'est un Maurice Swinkels tout neuf, beaucoup moins statique et bien plus à l'aise avec son chant de psychopathe sadique. En voilà un qu'on n'aurait pas été chambrer après la surprenante élimination des Oranje le soir même ! Le reste du show est réparti à parts égales entre le premier album éponyme et son successeur Sons Of The Jackal. Malgré un soleil de plomb annonçant la terrible journée du samedi, Legion of the Damned parvient à faire ce qu'il veut du public. Que ce soit avec des brûlots thrash ("Son of the Jackal") ou des mid tempo bulldozer death ("Diabolist"), la réponse du public est aussi enthousiaste que surprenante. C'est une mer de poings qui se lève sur chaque morceau, et qui s'étend quasiment jusqu'à la régie. Pas une seule des 30 minutes de ce set, ni le groupe, ni le public ne débande.


On peut toujours douter de la capacité de Legion of the Damned à tenir sur une distance plus longue, du fait de morceaux malgré tout assez proches. Mais ce qui est sûr, c'est que le format festival leur va comme un gant : une demi-heure, 7 pains dans la tronche, et voilà un show rondement mené. Comme le veut cette expression extraite d'un célèbre hymne d'Exodus : « you've learned a lesson in violence ». Tout simplement radical.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6