CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 21 juin 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Apocalyptica
Wacken
(05 août 2005)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2011)
Festival des Artefacts - Strasbourg Zenith
(25 juin 2016)

21 juin 2008 - Hellfest


Apocalyptica_Hellfest_20080621

Apocalyptica en festoche, c'est censé être la claque absolue et automatique. Votre chameau cosmique préféré l'ayant constaté par deux fois déjà (Wacken 2005 et Hellfest 2007), il s'attend à une logique rebelote. Et visiblement le message est déjà passé auprès du public : alors que Candlemass a fini son set devant une foule clairsemée sur la Secondary Stage, le mouvement de foule vers la Main Stage à l'heure du show des violoncellistes de la mort ne laisse aucune ambiguïté quant à leur statut de groupe culte.

Après une intro surprenante (un morceau de hard rock seventies n'ayant rien à voir avec la choucroute) les cinq Finlandais prennent la scène d'assaut… et pour la première fois depuis le début du festival on se retrouve confronté à un problème de mix flagrant. Car si le batteur Mikko Sirén est toujours aussi éblouissant de groove et de puissance ce n'est pas une raison pour le sur-mixer outrageusement ! Il est tout de même paradoxal qu'un groupe basé sur l'utilisation des violoncelles voie ces derniers mixés en arrière et ce problème perdurera une bonne partie du concert. La foule (massive) semble n'en avoir cure : dès "Fight Fire With Fire" les ovations entre les morceaux deviennent hystériques. Par contre un détail est frappant : alors qu'un concert d'Apocalyptica est censé être le karaoké métal ultime on n'entend pas vraiment les voix des Hellfesterz s'élever jusqu'au ciel. Quid ?

Ne me faites pas dire ce que j'ai pas dit… bien sûr qu'ils chantent (sur "Nothing Else Matters" le contraire relèverait du surréalisme) mais par rapport aux deux concerts cités dans l'intro la différence saute aux oreilles : le groupe n'est jamais couvert par le public, et ce même depuis la fosse. D'ailleurs en règle générale on sent un enthousiasme ambiant indéniable mais pas cette magie propre au groupe, cette impression d'écouter une bande originale épique d'un film pas encore sorti. Est-ce la faute au mix défaillant ? Aux compos originales jouées ce soir qui penchent plus vers le métal brutal ("Last Hope", vlan !) que vers l'épique ? La faute au soleil qui ne s'est pas encore couché alors qu'Apocalyptica est de ces groupes qui prennent une autre dimension de nuit ? On ne le sait… mais le fait est que pour la première fois votre serviteur assiste à un concert d'Apocalyptica "juste" bon et pas gigantesque. Damned.


L'accueil réservé au groupe avant, pendant et après leur show confirme que mon impression n'est visiblement pas partagée par la majorité des métalleux présents : l'ovation est constante, bruyante et franche. Apocalyptica semble être un de ces groupes toujours très bons en live mais qui ont besoin des bonnes conditions pour être énormes. Ce soir ils ont donc été très bons, et on ne va non plus leur en vouloir pour ça.


Cliquez ici pour la galerie photo !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6