CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 18 juin 2008




SETLIST

Psykup :

Color Me Blood Red
Love Is Dead
Insipid
Birdy
Medley L'autruche
Rock 'n Roll Assistance
Libido

Rappels :

My Toy, My Satan
Do It Yourself
Sugar

AFFILIÉ

Psykup
Chaville - MJC Salamandre
(12 avril 2008)
Lille - Splendid
(29 mai 2008)

07 juin 2008 - Paris - Nouveau Casino


Psykup_-_We_Insist_exclamation_mark_Paris_-_Nouveau_Casino_20080607

Quand Pskyup joue, les Eternels y vont. C'est comme ça et ce n'est pas prêt de changer tant la formation toulousaine confirme à chaque nouveau concert sa surpuissance scénique. Donc après les récents concerts de Chaville (live-report ici) et Lille (live-report ici), c'est le concert Parisien de la tournée destinée à promouvoir We Love You All (chronique ici) que vos chroniqueurs préférés sont allés couvrir. Et une fois de plus ce ne fut pas à regret...


Les portes de la salle sont ouvertes depuis maintenant vingt bonnes minutes et la soirée débute alors réellement avec We Insist !. Les musiciens s'installent, tandis que dans la salle, assez peu remplie au demeurant, les mots «free rock, jazz, metal» circulent de bouche à oreille. Le groupe entame son set et force est de constater que les nouvelles sont juste. La musique de We Insist ! oscille entre rock, jazz (la présence d'un saxophoniste au sein du combo n'y est probablement pas étrangère), le tout saupoudré de passages lourds, voire psychédéliques. Outre la présence du saxophoniste pré-cité, l'autre particularité de cet étrange groupe est que c'est le batteur qui assure le chant, les deux guitaristes n'étant là que pour s'occuper des choeurs, voire de doubler les lignes de chant. Étrange personnage que ce batteur/chanteur, donc, qui enchaîne sans problème aucun les différents titres de son répertoire, alors parfois jusqu'à ne jouer de la batterie que d'une seule main, l'autre tenant un micro vintage. Sur le titre "The Great Disorder", il laisse totalement son instrument de côté, venant alors sur le front de la scène, avant de finir le morceau dans la fosse. Les autres musiciens ne sont pas en reste : bassiste et saxophoniste sont carrés à souhait, de même que les guitaristes, qui utilisent différents effets avec brio, pour un résultat expérimental et envoûtant. Le son est quant à lui de fort bonne facture, malgré que le saxophone soit trop en retrait. Découverte d'un groupe intrigant, prestation béton, son de qualité, toutes les conditions sont réunies pour une première partie de qualité, qui présage d'une tête d'affiche tout simplement énorme.

Car oui, Psykup sur scène c'est anormal. Anormal de puissance, anormal de talent, anormal d'humour, d'enthousiasme et de technique. On se demande encore comment le groupe fait pour obtenir un son aussi parfait, comment Ju et MiLKa peuvent dégager une telle présence et comment leurs collègues font pour jouer une musique aussi complexe sans effort apparant, le sourire au lèvres et sans en mettre une seule à côté. Et comme en plus ils ne ménagent pas leur tâche les Psykup vont faire le coup de la set-list qui change : alors qu'on attend "Birdy" juste après l'enchaînement nucléaire qu'est "Color Me Blood Red" (titre de toute évidence devenu légendaire dans le coeur des fans) et "Love Is Dead" c'est l'hystérique et génial "Insipid" du premier album qui se pointe. MiLKa est toujours aussi décalé : en plus de son imitation de Philippe Manoeuvre sur "Rock 'n Roll Assitance" il créera le gag récurrent de la soirée en appelant la salle « Dunkerque ! » pendant deux bons tiers de show, ce qui fera se plier une bonne partie du public... enfin, celle qui n'est pas obligée d'obtenir sa tranquillité à coups de coude. Car le show sera entaché par quatre golios qui confirmeront tristement qu'on ne sait plus pogoter proprement dans les concerts métal et créeront le dawa dans la fosse d'une manière totalement égoïste et dangereuse (mais arrêtez de mouliner des bras, bande de cinglés !). Ce détail énervant mis à part le concert de ce soir restera parfait de bout en bout : à peine regrettera-t-on l'absence incongrue de la doublette "To Be(tray)" / "Or Not to Be" tant la bonne humeur et la surpuissance musicale sont la valeur dominante ce soir.


Le final sur "Do It Yourself" / "Sugar" finit d'achever le public : une fois encore les Psykup ont été impériaux. Vivement qu'ils puissent assurer une tête d'affiche dans une vraie bonne salle et balancer un show de deux heures... car "L'autruche" en entier ce serait quand même la classe ultime. On vous prévient tout de suite : quand ils reviennent, on y retourne. Et si vous avez un tant soit peu de jugeotte vous ferez pareil...


Crédits photo : Morka pour les Eternels.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2