CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 08 septembre 2007




SETLIST

Brave (Intro)
Liberty or Death
Knights of the Cross
The Grave Dancer
Excalibur
Silent Revolution
The Last Supper
Morgane Lefay
Scotland United
The Grave Digger
Rebellion
Heavy Metal Breakdown

AFFILIÉ

Grave Digger
Paris - Elysée Montmartre
(23 janvier 2007)

03 août 2007 - Wacken


Grave_Digger_Wacken_20070803

Ayant raté leur venue en France en compagnie de Therion, votre serviteur ne vous cache pas qu'il était tout émoustillé à l'idée de pouvoir enfin voir Grave Digger en live, et plus particulièrement de ce côté-ci du Rhin où le groupe est une véritable institution. Et une chose est sûre : Grave Digger au Wacken, devant une marée humaine, ça vaut le détour ! Pourtant, le début est assez étrange.

Tout d'abord, après l'intro "Brave" qui ouvre Tunes of War, on s'attendait légitimement à entendre "Scotland United" qui la suit sur album… et c'est le morceau titre du nouvel album Liberty or Death qui retentit. C'est d'autant plus étonnant que "Scotland United" a bien été interprétée un peu plus tard. D'ailleurs, quelques jours plus tard au Earthshaker, le groupe rectifiera le tir en remaniant l'ordre de sa setlist (en plus de jouer "In the Dark of the Sun" en lieu et place de "The Grave Dancer"). Ensuite, Chris Boltendahl se plante complètement sur "Knights of the Cross" et se désynchronise avec le reste du groupe. Grave Digger pourra éventuellement arguer qu'il s'agissait d'une tentative prog', mais c'est pas vraiment le genre de la maison… Il faut attendre "Excalibur" et son refrain fédérateur pour que les choses s'emballent enfin. Place ensuite au second nouveau titre de ce show, "Silent Revolution", et autant dire que ce morceau assez moyen dans sa version studio se révèle être une vraie tuerie. C'est toujours amusant de voir les réactions déçues des fans de Grave Digger à chaque nouvel album, du fait de l'absence de titres rapides, alors que les mid tempos sont à chaque fois des grands moments en live.

C'est peut-être même encore plus le cas pour "The Last Supper", dont le refrain repris en chœur par de très nombreux fans fait encore monter l'ambiance d'un cran. L'interprétation de "Morgane Lefay", avec son refrain en voix claire, permet de voir que Boltendahl est très en voix en cet après-midi ensoleillé. Le frontman aux tempes grisonnantes ne cesse d'arpenter la grande scène en long et en large, histoire de pousser un public pourtant déjà à fond. Tout sourire, Manni Schmidt abat lui aussi un gros boulot en tant qu'unique guitariste, avec ses drôles de mimiques, même si on ressent une certaine impression de vide pendant les soli. Par contre, une question se pose toujours : à quoi sert le claviériste HP Katzenburg ? Posté en fond de scène sans son costume de faucheuse, il donne la curieuse impression de ne jamais jouer ! La suite n'est qu'une collection d'hymnes de heavy metal, comme l'auront deviné les connaisseurs à la vue de la setlist. On remarquera que les morceaux issus de Tunes of War ("Scotland United" et surtout "Rebellion") sont vraiment parmi les plus efficaces jamais écrits par Grave Digger. Dès les premières notes de "Heavy Metal Breakdown", la sentence tombe : c'est déjà la fin ! Autant dire que l'heure passée en compagnie des Allemands est passée à vitesse grand V. L'occasion de donner une dernière fois de la voix sur ce morceau simple mais ultra efficace, qui a traversé le temps et qui fait encore les beaux jours de Grave Digger en live.


Au final, malgré un début poussif, ce concert s'est très vite apparenté à une célébration d'une certaine idée du heavy metal, avec ses clichés qui font marrer les cyniques mais qui font tant plaisir aux amateurs, surtout dans un endroit comme le Wacken et sa horde de fans en liesse. Assurément un candidat très sérieux au podium de cette édition 2007.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5