CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 08 septembre 2007




SETLIST

The Butcher Strikes Back
Curse the Gods
Nailed to the Cross
Mad Butcher
The Alliance of Hellhoundz
Soul Collector
Death Trap / Unconscious Ruins
Life Without Sense
Reject Emotions
Thrash 'till Death
Total Disaster
Eternal Ban
Bestial Invasion

AFFILIÉ

Destruction
Summer Breeze (Dinkelsbühl)
(16 août 2008)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2009)
Hellfest (Clisson)
(18 juin 2011)
Paris - La Maroquinerie
(02 octobre 2016)

04 août 2007 - Wacken


Destruction_Wacken_20070804

A l'instar de Sodom qui fêtait ses 25 ans et qui avait par conséquent préparé un show spécial, Destruction a mis les petits plats dans les grands. Fêtant lui aussi son anniversaire, le groupe a décidé de filmer ce set pour un DVD à venir et a donc mis au point un certain nombre de surprises destinées au public du Wacken. Il faut dire aussi que le groupe entretient une relation spéciale avec le festival depuis 1999 et ce show apocalyptique de reformation, qui avait définitivement convaincu le groupe de remettre le couvert.

Ce n'est donc pas étonnant de voir Destruction ouvrir les hostilités par "The Butcher Strikes Back", chanson de remerciements aux fans figurant sur All Hell Breaks Loose et écrite justement après ce show. On notera la présence épisodique sur scène de la mascotte du groupe, le fameux Mad Butcher, qui n'aura de cesse de haranguer le public en compagnie de 2 filles assez dénudées, sortes d'esclaves sexuelles. Anecdote amusante : les 3 pieds de micro disposés sur la scène ont été placés trop proches des sources de pyrotechnie, et Schmier n'a pas dû passer loin du cramage de sourcils en règle dès sa première intervention au chant. Vu le regard noir jeté en direction des roadies, le responsable a dû entendre parler du pays à la fin du set ! Compte tenu de la sortie de Thrash Anthems en début d'année, on pouvait logiquement s'attendre à un show très axé old school, puisque cet album est un best of de la période 1984-1990 avec des versions réenregistrées des plus grands classiques du groupe. Et bien il n'en est rien, à l'image de ce "Nailed to the Cross" explosif balancé dès le début du set ! En tout, ce ne seront pas moins de 5 titres récents qui seront interprétés, notamment "The Alliance of Hellhoundz", extrait du dernier album Inventor of Evil. Cette chanson a la particularité de regrouper une dizaine de chanteurs célèbres dans le milieu du metal, comme Biff Byfford (Saxon), Shagrath (Dimmu Borgir), Speed (Soilwork), Paul Di'Anno ou encore Doro, avec des paroles sous forme de clins d'œil aux classiques de leurs groupes respectifs.

Pour cette version live, Schmier a recruté parmi les vocalistes présents sur le site, et le voilà donc rejoint par Blitz Ellsworth (Overkill), Leif Stensland (Communic) et Peavy Wagner (Rage), tout juste sorti de son propre set avec sa serviette sur les épaules. On notera aussi la présence imprévue de Tom Angelripper (Sodom), qui a visiblement 3 grammes dans chaque bras et qui se contentera de headbanguer avec les musiciens. L'occasion de vérifier avec ces 3 specimens (Schmier, Peavy et Angelripper) que le bassiste/chanteur allemand est un sacré bestiau ! Forcément, l'interprétation est légèrement décousue : seul Stensland a eu le temps de mémoriser les paroles, tandis que les autres (y compris Peavy, pourtant présent sur la version studio) les lisent sur une feuille. Chaotique, mais franchement sympa, bien dans l'esprit d'un festival ! Mais ce n'est pas tout. Après une version tronquée mais explosive de "Death Trap" et une autre tout aussi convaincante de "Life Without Sense", Destruction dévoile son deuxième atout : la présence de 2 autres kits de batterie, placés de chaque côté de l'estrade principale et cachés derrière des backdrops amovibles. Voici donc Olly Kaiser et Sven Vormann, 2 anciens batteurs du groupe, qui font leur entrée sur scène aux côtés du cogneur actuel Marc Reign.

Après un premier intermède où chacun répète tour à tour un tempo imprimé par Reign, voici que les 3 batteurs entament ensemble le début de "Reject Emotions" ! Finalement, seul Kaiser jouera ce morceau en intégralité, tandis que Vormann se chargera de "Thrash'till Death". Certes, cela n'apporte pas grand chose du point de vue musical, mais c'est très original sur le plan visuel. Au moment d'entamer "Total Disaster", classique parmi les classiques, c'est cette fois 2 autres anciens membres qui font leur apparition. L'ancien guitariste Harry Wilkens, véritable pois sauteur, déboule sur scène pour épauler le chétif Mike Sifringer, tandis que Tommy Sandmann, le batteur originel du groupe (qui en aura compris un certain nombre !) vient assurer les chœurs. Le morceau le plus surprenant de ce set est à coup sûr "Eternal Ban". Enregistré en 1986, il ne figure même pas sur la tracklist de Thrash Anthems. Néanmoins, avec ses paroles très typées 80's traitant de l'anticonformisme et appelant à l'unité des fans de metal, sa place est tout à fait indiquée, et son refrain est d'ailleurs repris en chœur par les vieux fans nostalgiques (les jeunes semblant moins la connaître). Mais le temps passe vite, et c'est déjà l'heure du dernier morceau, "Bestial Invasion", sur lequel tout ce beau monde est convié sur scène. Les 3 batteurs sont de retour et jouent ce morceau simultanément, tandis que Wilkens revient affublé d'un drôle de masque à gaz et que Sandmann assure une nouvelle fois les chœurs avec un large sourire, lui qui n'avait pas foulé une scène depuis près de 20 ans.


Même si Destruction n'aura pas eu tout à fait droit au même traitement que Sodom, qui a pu jouer 1h45 le jeudi en ouverture du festival contre 1h15 ici, cela ne les a pas empêchés de livrer un show rageur, efficace et plein de surprises. Il faut également souligner que ce sera également le seul groupe allemand qui aura fait l'effort de s'adresser au public en anglais. Enfin, la bonne humeur évidente du groupe et la possibilité de revoir tous les anciens membres ont fait de ce concert un excellent moment. Qu'ils en soient remerciés !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4