CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 04 avril 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

AqME
Paris - Bataclan
(18 février 2010)

28 mars 2008 - Paris - Elysée Montmartre


AqME_Paris_-_Elysee_Montmartre_20080328

Un peu après notre interview commune AqME / Vicki Vale (interview ici), Thomas m'avait prévenu que les préventes pour cette double date de promotion du petit dernier Hérésie (chronique ici) n'étaient pas aussi bonnes que prévues. Ce qui ne m'empêche pas d'avoir un choc quand je découvre que la salle est en petite configuration, coupée en deux par un rideau noir ! Comme quoi les difficultés rencontrées par le groupe, et de la scène dans son ensemble ne sont pas illusoires...

En tous cas le groupe profite de l'ambiance intime et du fait qu'ils jouent à domicile pour jouer la carte de la communication avec le public au maximum : Thomas connaît la moitié des gens la salle et ne se privera pas de blaguer avec eux voire de balancer des private jokes, donnant au show un côté fête de potes agréable. Par contre le public semble avoir un certain mal à rentrer dans l'ambiance... malgré l'attaque "Hérésie" / "Lourds Sacrifices" il se bouge un peu sans plus, et le groupe s'en étonnera à plusieurs reprises durant la première moitié du set, Charlotte allant jusqu'à lui dire de se réveiller un peu. Car du côté du groupe tout roule : le son est énorme et parfaitement réglé et les membres sont bien dedans. Le rythme a beau être haché par les speeches systématiques de Thomas entre les morceaux (entre fête de potes et concert rouleau compresseur il faut choisir, que voulez-vous) la qualité des titres et l'énergie de la performance devraient compenser tout ça... et ça n'arrive pas, du moins au début.

Difficile de dire quand le déclic se fera, mais au bout d'une demi-heure de show les choses commencent à devenir plus sérieuses... merci "Chaque seconde", tube de chez tube sorti de Polaroïds et Pornographie et à une boucherie totale du nom de "Casser détruire". Le titre le plus violent de la carrière d'AqME ne perd rien de sa puissance en live : Thomas hurle ses tripes (son chant sera d'ailleurs à la limite de l'irréprochable durant tout le set, les choses ont bien changé), les riffs déchirent l'assistance... et sur un simple geste de Ben le public qui pogotait déjà assez férocement se lance dans un bon Braveheart des familles. Cette intensité ne retombera pratiquement plus : l'énergie d'un titre très pop comme "Pas assez loin" comme la violence de "Uniformes" maintiennent le public attentif et investi. Le show culminera lors du rappel évident "Superstar" aux relents de Korn, avant de se terminer sur une touche intimiste avec un "Triskaidekaphobie" qui passe beaucoup mieux en live que sur album.


AqME a confirmé une fois encore (était-ce seulement nécessaire ?) son statut de groupe de scène : musiciens techniquement irréprochables, présence scénique appréciable, répertoire étendu et varié, tout y était ce soir-là. Il ne reste qu'à espérer que la crise du disque ne les flingue pas en vol... gardons espoir, ils ont tout de même joué dans une salle en configuration normale le lendemain.



Crédits photo :



Merci à Julien !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2