CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
le 08 septembre 2007




SETLIST

Leaves Scar
The Smoke
Against Widows
In the Beginning
Karelia / Sign from the North Side
Alone
My Kantele
House of Sleep
Black Winter Day

AFFILIÉ

Amorphis
Toulouse - Zénith
(26 novembre 2015)
Paris - La Locomotive
(14 octobre 2009)
Lyon - Ninkasi Kao
(17 novembre 2011)

03 août 2007 - Wacken


Amorphis_Wacken_20070803

Ce vendredi à midi, on ne saura jamais si Amorphis s'apprêtait à mettre le feu au public du Wacken, mais au moment de brûler les planches, c'est carrément le site qui prend feu : un incendie se déclare, sûrement dû à une cigarette mal éteinte négligemment jetée sur la paille, et voilà les organisateurs contraints à diriger les mouvements de foule à l'aide d'un mégaphone et surtout à revoir à la hâte leur copie au niveau des horaires des différents groupes. Résultat, le groupe est reprogrammé à 13h15… ce que votre serviteur n'apprendra qu'à 13h35 environ (et c'est même pas parce qu'il était occupé à boire des bières en plus). Et vu la deuxième moitié du set, il ne peut que regretter d'avoir manqué la première, et notamment "The Smoke" (très raccord avec les circonstances non ?), un de ses morceaux favoris ! Il faudra donc espérer une séance de rattrapage en France, mais il semble qu'aucun crochet n'y soit prévu sur leur prochaine tournée…

Mais parlons plutôt de ce que votre serviteur a pu voir, c'est à dire à partir de la fin de "Sign from the North Side". Il a donc vu un groupe appliqué, qui ne respirait pas forcément la joie de vivre (il paraît que c'est pas très fréquent en Finlande), mais qui affichait une relative décontraction. Il a surtout vu un chanteur réellement impressionnant en la personne de Tomi Joutsen. Certes, il n'a rien du frontman ultime : il se contente d'arpenter la scène de long en large en agitant ses longues dreadlocks mais sans enchaîner les poses, et la communication n'est visiblement pas son point fort. Mais quel chanteur ! La musique d'Amorphis n'a cessé d'évoluer avec le temps, passant d'un doom/death à un metal atmo lorgnant vers le rock 70's, en passant par le folk metal. Inutile d'ajouter que le spectre vocal correspondant est très largement étendu. Et bien ce Tomi Joutsen a tout. Oui, tout.

Certes, vous me direz, on le savait déjà depuis l'album Eclipse, qui constituait en quelque sorte la synthèse de tout ce qu'Amorphis avait produit jusque là (hormis les éléments folk peut-être). Sur ce premier effort en studio avec le groupe, Joutsen démontrait une parfaite maîtrise à la fois du growl et du chant clair/agressif, ainsi qu'une belle capacité à monter dans les aigus avec sa voix chaude et cristalline. Mais il est également capable de restituer en live ces 3 registres, et de les enchaîner sans sourciller. Cela permet de pouvoir apprécier de nouveau certains morceaux emblématiques des débuts du groupe, plus ou moins laissés de côté par l'ancien chanteur Pasi Koskinen du fait des voix death. Quel plaisir de pouvoir entendre "Black Winter Day" chanté de cette façon, avec une parfaite maîtrise du growl et du chant clair ! A l'instar de leur hit "House of Sleep" impeccablement posé, voilà un show pas forcément clinquant mais marqué par une interprétation remarquable de la part de musiciens humbles et respectueux des fans, visiblement ravis de l'accueil qui leur a été réservé au vu des sourires à la sortie de scène. On en redemande, et plutôt deux fois qu'une !




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7