CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 30 janvier 2008




SETLIST

In Trails :
Intro
20 Minutes
Purgatory
Respect Your...
Blood Trails
Stavlad
Insane Exhibition
Thirteen
The Hand of Abaddon

Hacride :
Perturbed
Fate
Deprived Of Soul
The Daily Round
Cycle
Strenght
Protect
Ultima Necat
On The Threshold of Death

AFFILIÉ

Hacride
Paris - Le Divan Du Monde
(03 novembre 2013)
Paris - Nouveau Casino
(25 avril 2009)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2009)
Paris - Gibus
(23 octobre 2009)

25 janvier 2007 - Maurepas - Café de la Plage


Hacride_-_In_Trails_Maurepas_-_Cafe_de_la_Plage_20070125

Après s'être lamentablement loupés lors du concert de la scène Bastille, les rédacteurs de l'extrême Cosmic Camel Clash et Gazus s'étaient jurés qu'ils seraient de retour avec une vengeance. C'est donc pour les Yvelines qu'ils partirent avec comme objectif le sémillant Café de la Plage de Maurepas. La rage au ventre, tout en fougue et en absence angoissante de GPS. Mais ils y parvinrent, et après s'être pris une claque du genre méchant ils devisèrent en ces mots :

CCC : Rhâ ! Ce fut bon. Enfin, pas bon tout de suite : avant Hacride il y eut In Trails...

Gazus : Dont le set ne fut pas aidé par le son, de piètre qualité, ainsi que le public fortement restreint. Néanmoins, le groupe distilla une prestation plutôt bonne, n'est-ce pas Cosmic ?

CCC : Euh ! Bon, en fait je ne saurais dire tant le son était pourri. J'ai entendu des riffs thrash/death assez communs, un chant hurlé “à la Max” assez puissant, et des passages heavy-metal (soli de guitare et tout) judicieux mais bien trop rares. Par contre le fait que le chanteur incite la foule à s'exploser la gueule m'a gêné, surtout à cause des golios de coreux et de leur soi-disant pogo. Comment peut-on décemment se mettre à balancer des high-kicks rotatifs dans le vide alors qu'on est entouré de gens ?

Gazus : Ma foi, cela m'échappe aussi (notons toutefois qu'un intéressant topic sur ce sujet se trouve sur le forum des Éternels). In Trails donc, au final sympathiques sur scène (avec un bassiste très grand, notons-le), a en tout cas mis un peu d'ambiance pour ce début de soirée. Il ne faut cependant pas se tromper : l'ambiance sera radicalement différente lorsque le groupe en tête d'affiche arrivera sur scène...

CCC : ...même si l'affluence ne dépassera jamais les trente personnes à vue de nez. Mais est-ce que ça empêchera Hacride de se donner à fond tel des acharnés ? Que non ! C'est tout de même très impressionnant de constater le contraste entre Sam le type cool et sympa qui nous a conté la tournée du groupe avec Divine Heresy avant de monter sur scène et Sam le chanteur d'Hacride, possédé et vocalement magistral dès les premières secondes de "Perturbed"... même si le son n'est pas top.

Gazus : "Perturbed" qui une fois l'intro samplée passée, met les choses au clair : Hacride est un groupe fait pour la scène. Les musiciens sont en place et d'emblée le headbang se fait, au rythme des crashs. Le son n'est pas top, en effet; la basse se trouvant trop en avant, la guitare est peu audible (un problème qui se corrigera au fur et à mesure du concert). Tu parles d'un chanteur possédé et c'est le bon qualificatif. Dieux, quel moment surprenant que celui où Sam délaisse son micro pour hurler le dernier crescendo avant reprise du refrain de "Fate" !

CCC : Tu m'étonnes ! Déja que son chant agressif est bluffant tant il tient ses hurlements pendant des heures, quand on le voit poser le micro et se faire entendre tout de même on se dit qu'il est vraiment effrayant dans son genre... surtout que niveau présence c'est pas rien non plus. Adrien et Benoist feront d'ailleurs comme lui et se donneront devant trente personnes comme si nous étions plus de cent. Même si Adrien, on ne l'entendra pas beaucoup : Benoist a monté sa basse en début de set et noie en effet la guitare. Et que dire du jeu hallucinant du batteur ?

Gazus : Qu'il est hallucinant. Qu'en est-il des morceaux d'Amoeba sur scène ? Tout s'enchaine parfaitement, des passages extrêmes aux accalmies atmosphériques. La setlist, principalement axée sur Amoeba se voit tout de même agrémentée de "Protect", extrait du premier album du groupe, Deviant Current Signal et du titre "The Daily Round", tiré de la compilation Revolution Calling!. Ces deux titres s'intègrent parfaitement à l'atmosphère créée sur scène par le groupe.

CCC : Atmosphère qui pâtira un peu du sous-mixage d'Adrien durant les parties calmes, mais qui culminera à mon sens durant l'outro légendaire de "On The Threshold Of Death". Rarement un plan de fin de concert aura été aussi implacablement jouissif, démontant nos pauvres nuques et rendant le pogo derrière nous encore plus violent. C'est proprement monstrueux et l'intensité universelle de ce plan me rappelle l'outro de "Deliverance" d'Opeth, que si tu connais pas tu ferais bien de t'y mettre. Et toi, ton moment d'anthologie du concert ?

Gazus : Cette même outro. Si "On The Threshold Of Death" clôt Amoeba avec puissance et classe, c'est encore plus intense sur scène. Ce riff meshuggien et ces hurlements, cette ambiance apocalyptique... Jamais je n'aurai rompu mes cervicales en y mettant autant de coeur à l'ouvrage. En tant que morceau du groupe que je préfère, car combinant de même que "Perturbed", les différentes couleurs et facettes d'Hacride, il ne peut à mon humble avis n'y avoir d'autre final que cette tuerie monumentale. N'en déplaise au survivant motivé qui réclamera un rappel... tout seul.


Car même si le set d'une heure cinq sera un peu court (le groupe sort d'une tournée en première partie où ils jouaient 30 minutes), on ne peut plus rien jouer après avoir balancé ça dans la tronche des gens. On ne peut que quitter la scène et se retrouver à tchatcher tranquillement avec les fans dans le bar ou au stand merchandising, en toute simplicité. Après avoir explosé tout le monde en bon groupe français le plus prometteur depuis plus de dix ans qu'on est. Hacride c'est le bien, que voulez-vous qu'on y fasse ? Et ce soir-là à Maurepas nous y étions... et vous pas. Et nous rions de vous maintenant. Hahaha !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7