CHRONIQUE PAR ...

52
Franck
le 20 janvier 2008




SETLIST

Helloween :
The King For A 1000 Years
Eagle Fly Free
Hell Was Made In Heaven
Keeper Of The Seven Keys
A Tale That Wasn't Right
solo batterie
Occasion Avenue
Mr. Torture
If I Could Fly
solo guitare
Power
Future World

Rappels :

I Want Out
Dr. Stein

AFFILIÉ

Primal Fear
Hellfest (Clisson)
(19 juin 2010)

Helloween
Paris - Elysée Montmartre
(05 janvier 2008)
Summer Breeze (Dinkelsbühl)
(14 août 2008)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2008)
Paris - Trianon
(28 avril 2016)
Lyon - Transbordeur
(12 janvier 2011)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2013)
Paris - Olympia
(08 avril 2013)

11 décembre 2005 - Paris - Elysée Montmartre


Primal_Fear_-_Helloween_Paris_-_Elysee_Montmartre_20051211

En cette fin d'année les concerts de heavy metal s'enchaînent à l'Elysée Montmartre. Après Gamma Ray et Nocturnal Rites, Hammerfall et Stratovarius, c'est Helloween et Primal Fear qui se produisent le 11 décembre. Une belle soirée en perspective d'autant plus que les métalleux se sont déplaçé en masse: l'Elysée Montmartre fait salle comble

L'organisation laisse à désirer. Les portes n'ouvrent qu'à 18h30 et certains videurs se montrent franchement désagréables. Le premier groupe de la soirée, Jaded Heart, commence aussitôt son show alors que les trois quarts des spectateurs sont encore à l'extèrieur. Jaded Heart fait figure d'amuse gueule: son hard rock mélodique est certes sympathique mais bien trop quelconque. Le groupe ne parvient pas à proposer de morceaux réellement accrocheurs. Une petite demi-heure et Jaded Heart s'en va, c'est alors qu'arrive le premier gros morceau de la soirée: les Allemands de Primal Fear. Le chanteur bodybuildé Ralf Scheepers et le bucheron de bassiste Matt Sinner arrivent sur scène: le ton est donné, Primal Fear est là pour jouer du heavy metal pur et dur, à ce niveau on ne va pas être déçu.

Le groupe commence son show avec les deux premiers morceaux de son dernier album Seven Seals. Ils enchaineront ensuite sur une série de classique auxquels il faut ajouter deux autres morceaux issus du dernier album: "Seven Seals" et "Diabolus", des morceaux assez atypiques pour le groupe, d'habitude adepte d'un heavy metal simple et direct hérité de Judas Priest. Visiblement le groupe était attendu vu la réaction des nombreux fans présents, chantant en choeur les refrains. Ralf Scheepers l'ex-chanteur de Gamma Ray se révèle magistral: il enchaîne screaming sur screaming avec une facilité déconcertante. Sa performance technique est hors du commun et il offrira sans conteste la prestation vocale la plus impressionnante de cette soirée. Un petit bémol cependant: sur scène sa ressemblance avec Rob Halford est encore plus prononcé que sur album, d'autant plus que Scheepers a de nombreuses attitudes scéniques similaires au metal god anglais. Son jeu de scène robotique pourra ne pas plaire à tout le monde mais il colle bien à ce type de musique martiale et sans concession. Le concert s'achève sur un hymne à la gloire du heavy metal: "Metal Is Forever", morceau redoutable. Le heavy metal est éternel qu'ils disent? Avec des groupes comme eux on est forcés de le croire!

Après un entracte où l'on a pu entendre des morceaux de Ozzy Osbourne et Gary Moore c'est un hymne bien connu, For Those About To Rock d'AC/DC, qui se charge de servir de prologue au clou de la soirée: Helloween. Le public est en effervescence. Mais ce ne sont pas les Australiens mais bien les anciens du speed mélodique qui se présentent ce soir. Et les citrouilles n'ont pas choisi la facilité vu que c'est avec une pièce énorme de treize minutes qu'ils ouvrent le concert: "The King For A 1000 Days"! Début surprenant donc mais tellement jouissif! Ce morceau passe sans problème l'épreuve de la scéne et se révèle être un trés grand moment. Une fois ce pavé terminé le groupe enchaîne sur le classique éternel: "Eagle Fly Free". De quoi achever les fans dès le début du concert. Les Allemands joueront en tout six morceaux des Keepers, dont "A Tale That Wasn't Righ"t (plutôt rare) et un autre grand pavé inoubliable du groupe: "The Keeper Of The Seven Keys", peut être le meilleur moment du concert. Cependant le reste de la setlist est moins consensuel. Le groupe ne jouera qu'un seul autre morceau du nouvel album : "Occasion Avenue", titre sur lequel les avis sont partagés. Parmi les ceux de l'époque Deris seul "Power" est à la hauteur des anciens. On ne verra pas l'ombre ce soir des excellents "Soul Survivor" ou autres "Falling Higher".

La performance du groupe fut fort honorable. Andi Deris (qui ressemble beaucoup à Biff Byford de Saxon) a une voix doté d'une personnalité indéniable. Sa performance fut trés bonne surtout quand on sait qu'il était malade la veille (le concert d'Anvers fut d'ailleurs annulé). Markus Grosskopf est lui très joyeux et souriant contrairement à un Sascha Gerstner terne et dénué de charisme. Quant à Michael Weikath ce mec est délirant: il ne cessera de faire de l'autodérision durant tout le concert, même pendant la traditionnelle présentation des musiciens où il prendra le micro pour chanter un solo de guitare ridicule, on aime ou pas mais ça a le mérite d'être loin des standards habituels. Le groupe fera à de nombreuses reprises participer le public, notamment sur le dernier morceau avant le rappel : "Future World". On aura droit aux inévitables solo de batterie et de guitare, mais à la Helloween: c'est à dire totalement fun! En effet le batteur sera rejoint par Markus Grosskopf armé d'une mini-batterie, c'est alors qu'ils entameront un battle drum ridicule et bourré d'humour qui se soldera par la défaite inévitable du bassiste des citrouilles. Le groupe fera la même chose pour le solo de guitare, Sascha Gerstner sera rejoint par le batteur armé d'une guitare playschool, il sera vaincu par la guitare elle-même. Le solo de Gerstner fut par contre totalement dépourvu de feeling et proche d'une bouillie sonore.


Venons-en à ce qui reste la plus grosse déception de la soirée: le rappel. Seulement constitué de deux morceaux, celui-ci est expédié à la va-vite. La version de "I Want Out" est bien molle et le riff de Kai Hansen est massacré par les citrouilles. D'autant plus que la version donnée par Gamma Ray quelques semaines plus tôt dans cette même salle était bien meilleure. Dr Stein est mieux interprété mais les fameux orgues furent absents. Ce concert d'Helloween fut à l'image de la discographie du groupe: en dents de scie. Les moments de faiblesse n'ont pas pour autant occulté les grands moments du concert. Finalement cette soirée fut un grand moment à la gloire du heavy metal.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3