CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
le 20 janvier 2008




SETLIST

Splintering Heart
You’re Gone
Thankyou Whoever You Are
Afraid Of Sunlight
Fantastic Place
Waiting To Happen
A Voice From The Past
Somewhere Else
The Wound
Man Of A Thousand Faces
Separated Out
Between You And Me
Estonia
King

Rappel:

Neverland

AFFILIÉ

Marillion
Lille - Splendid
(07 juin 2004)
Montpellier - Rockstore
(15 juin 2004)
Paris - Elysée Montmartre
(13 décembre 2007)
Paris - Olympia
(16 février 2009)

29 avril 2007 - Paris - Elysée Montmartre


Marillion_Paris_-_Elysee_Montmartre_20070429

Marillion de retour à l'Elysée Montmartre... la routine, serait-on tenté d'ajouter ! Et comme ce fut le cas avec Gazpacho pendant la tournée Marbles, la première partie actuelle est elle aussi influencée par Marillion. A Day’s Work a pour lui un chanteur talentueux, même si son jeu de scène pouvait paraître un peu forcé et pas très naturel. Si les musiciens maîtrisent leur affaire, dans une sorte de pop-rock « alternative », piochant leurs influences aussi bien dans les années 80 que 90, il faut bien avouer que les alternances « passage calme - passage électrique » finissent par devenir un brin lassantes à la longue. A Day’s Work est surtout convaincant dans les mélodies apaisantes, plus que lorsqu'ils sortent les grosses guitares !

Avec Marillion, on sait à quoi s'attendre, compte tenu de la qualité du dernier album en date, Somewhere Else. Bizarrement, les titres de Somewhere Else ne passent pas si bien que ça l'épreuve du live. Peut-être que la mélancolie qui se dégage de cet album est plus adaptée à une écoute « à tête reposée » tranquillement chez soi. Ou peut-être que les fans n'ont pas encore trop eu le temps d'assimiler ce disque qui vient juste de sortir ? Car Somewhere Else est un album de pop ô combien subtil et moins évident qu'il n'y parait. Même Ian Mosley y assure une prestation brillante, bourrée de détails techniques comme on n'en avait plus entendu depuis belle lurette sur un album de Marillion.

Si Ian Mosley est inspiré sur le disque, on ne peut pas en dire autant pendant le concert : son jeu live se ramollit d'années en années et sa force de frappe légendaire semble perdue à tout jamais. Mais les autres musiciens sont en grande forme, en particulier Steve Hogarth dont la voix n'a pas pris une ride. On aura droit à son numéro habituel de «pop-star» pendant ses interventions entre chaque morceau.

Le concert sera conforme aux attentes, avec les titres toujours très dynamiques d'Anoraknophobia ("Separated Out", "Between You And Me"), ceux plus nuancés de Marbles ("You’re Gone", "Neverland"), qui passent étonnement bien en live... comme quoi, quand l'album n'est pas joué en entier, ça passe bien mieux ! Les classiques de l'ère H ("Man Of A Thousand Faces", "King", "Afraid Of Sunlight"), les moments de bravoure ("Splintering Heart", "Estonia"), mais rien de Brave (étonnant !), ni de Radiation et Marillion.com, tant pis ! Hormis "Waiting To Happen", pas de grosses surprises à priori mais un très bon concert de rock prog... arg ouille aïe, non, pas sur la tête, pitié... un très bon concert de Marillion, pardon (même si je garde une légère préférence pour le concert de Fish à la Loco l'an passé, personne n'est parfait !).




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5