CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
le 20 janvier 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Ultra Vomit
Hellfest (Clisson)
(20 juin 2008)
Paris - La Locomotive
(30 mai 2008)
Paris - Trabendo
(25 novembre 2010)
Strasbourg - La Laiterie
(18 octobre 2008)

18 septembre 2004 - Lyon - CCO


Ultra_Vomit_-_Forgotten_Tomb_-_Kronos_-_Act_Of_God_-_Evohe_-_Cesspit_Lyon_-_CCO_20040918

HAMMER SMASHED FEST 05



Merci Hammer Of Gones pour l’organisation de ce cinquième festival de violence Hammer Smashed Fest à Lyon (au CCO de Villeurbanne), avec à l’affiche Forgotten Tomb, Kronos, Ultra Vomit, Act Of God, Cesspit et Evohe. Après une petite entrevue avec Herr Morbid de la tête d’affiche italienne Forgotten Tomb, placée sous le signe du désespoir, de la négativité et du mal-être, la fête peut commencer. Tout se passe dans la salle du CCO, assez bien proportionnée pour les 200-250 métalleux présents ce soir du 18 septembre 2004.


Vu les groupes à l’affiche, il convenait évidemment pour tous ceux présents de sortir les grosses New Rocks, les pantalons cuir, les T-shirts affichant son groupe fétiche et surtout, un bon doigté pour détacher ses beaux et longs cheveux fraîchement shampouinés. 18H30, la piste est ouverte à Evohe, groupe de black metal savoyard, qui se trouve devant une salle encore à moitié vide. Clous et pointes en avant, les blackeux (seul groupe de ce style de la soirée) se lancent avec efficacité et puissance dans une musique violente et malsaine, plutôt bien ficelée, avec en remplacement du guitariste un membre de Nehemah. Les riffs s’enchaînent avec un chant criard particulièrement puissant. Le black metal satanique parvient à ameuter les gens dans la salle et se fait soutenir; pour une première partie, le groupe arrive à bien chauffer l’ambiance.

Une demi-heure plus tard, Cesspit monte sur scène et là tout de suite, changement de style, changement de public, headbangers et pogoteurs en avant. La fosse s’anime dès les premières notes, et pas besoin de connaître, le death/thrash plutôt brutal et gras s’impose avec un son particulièrement correct. Cesspit joue au public ce qu’il a dans le ventre, avec son style comique et ultra second degré… Un guitariste aux allures d’un fou sorti de chambre capitonnée et un chanteur bien dans son corps affichant un sourire extrême entre chaque morceau, à raconter de quoi parle le prochain titre (de sperme, de partouses des pompier de Meyzieu…). Tout va bien pour Cesspit, qui parvient à allumer le public par ce contraste comique gras et cette efficacité musicale. La fin du show sera d’ailleurs du meilleur goût, Romain le chanteur quittant son futal pour jouer le dernier morceau en tenue de cycliste «à la Bruce Dickinson» selon lui. Belle fin de set, on en aurait aimé plus.

Les lumières font place, Act Of God s’installe vite, et tout redémarre pour du death/thrash. Cette fois-ci c’est différent. Le public auparavant enthousiaste se retient un peu, recule, les pogos se calment aussi. Il faut dire que Act Of God, s’il joue bien sa musique, dégage moins que les précédents et semble moins s’investir. De plus le son est étrangement désagréable et confus. Un mur de guitare nasillarde inécoutable et ultra saturé ralentit la fureur du public. La batterie est trop forte aussi, ce qui n’arrange rien. Le chanteur ne semble pas trop dans le coup, sauf lorsqu’il quitte son T-shirt pour montrer son corps musclé. Ouais mais bon on n’est pas venu pour ça donc on écoute, et le set de Act Of God, sans non plus rencontrer l’aversion d’un public qui semble le connaître et l’apprécier, sera le groupe qui parviendra le moins à l'enflammer.

Au tour de Ultra Vomit. La formation groovy death/gore/grind nantaise est déjà bien connue et le public se rassemble pour un bon moment de délire. Et c’est effectivement bien quarante minutes de délire que nous offre là Ultra Vomit. L’humour et la bonne humeur sont au rendez-vous, avec les « wouah c’est putain brutal ce soir, villeurbaaaaaaaanne ». Les trois membres foutent complètement le feu avec des compositions courtes, carrées, brutales, et surtout une présence scénique remarquablement idiote (dans le bon sens du terme). Tout y est, blagues lourdes, sketchs débiles, reprises pourries ("Bouba") et un très bon sens de la prestation scénique, ainsi qu’une parfaite maîtrise d’un art décadent et violent. Vraiment à mourir de rire. Le public ne se force pas pour accrocher aux pitreries de Fetus et l’on finit même le set avec une reprise de Jonnhy Halliday "Allumer Le Feu "avec une interversion complète des rôles instrumentaux. Bon, tout s’est très bien déroulé pour ce groupe qui a su foutre la pêche et le sourire à tout le monde.

Les vosgiens de Kronos arrivent alors sur scène pour asséner leur brutal death ultra efficace. Pas mal de titres issus de Titan’s Awakening leur premier album, mais aussi et bien sûr du dernier Colossal Titan’s Strife. La puissance que dégage le groupe parvient à mobiliser le public. Les pogos s’enchaînent au rythme des riffs puissants (y en a même un qui s’est pété le poignet…). Bon, à part quelques soucis de plus au niveau du son (la guitare électrique de Richard qui finit en acoustique toutes les vingt secondes), le show est sympa. Quelque part, Kristof n’a pas eu la pêche escomptée, et heureusement que le bassiste était là, réellement charismatique, jouant le rôle du diablotin. La qualité de jeu des musiciens est énorme et les riffs s’enchaînent avec professionnalisme, tout comme les breaks, la grande spécialité de Kronos. Grand moment sur le titre Mythological Bloodbath, avant de laisser place aux malades de la soirée, Forgotten Tomb.

Après avoir rencontré Herr Morbid, porte parole et maître à penser du combo italien, l’envie de voir ce que donne le groupe sur scène avec son black doom dépressif ne se fait pas prier. Quelques accordages simples, quelques tests de micro à en faire mourir un mort, et Forgotten Tomb commence. Là, le public change d’attitude, rien n’est pareil. Si nous avions assisté auparavant à un déluge de violence, il s’agit là d’un déluge de pessimisme et de mal être. Forgotten Tomb et surtout Herr Morbid ne jouent pas leur musique pour les autres, mais bien pour eux, et à voir la mine du chanteur, tout n’est que souffrance non feinte. Il a suffit d’écouter le titre "Kill Life" pour s’en convaincre. Soit réellement le mal-être occupe cette personne, soit les quelques lignes avant de monter sur scène lui attribue cette capacité à rendre malade le public.

Pas de pogo, donc, mais un public attentif et réceptif à la froideur négative du groupe. Le son sait être très correct, avec un jeu de batterie lourd, propre au doom expressif. Le groupe vit pleinement sa musique en interprétant des titres de Songs To Leave, Spring Time Depression et du dernier Love’s Burial Ground. Pour ceux qui ne connaissent pas, le set peut paraître long, vu que le groupe joue pendant une heure, et que de la première à la dernière note, les longs passages dépressifs entrecoupés de passages plus rapides, avec une ambiance des premiers Katatonia, peut sembler unique, sans distinction. Le jeu de scène n’a pas besoin d’être élaboré pour ce genre de musique. D’ailleurs beaucoup s’assoient dans le fond de salle pour simplement écouter…


Au final, ce festival a su attirer pas mal de métalleux locaux dans une ambiance sympa et violente, mélangeant des styles et un public pas toujours facilement conciliable. Bonne organisation aussi dans le son, les lights et le timing des groupes.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6