CHRONIQUE PAR ...

50
Anthony
le 20 janvier 2008




SETLIST

Apocalypse Please
Hysteria
New Born
Sing For Absolution
Thoughts Of A Dying Atheist
Showbiz
Citizen Erased
Piano Interlude
Space Dementia
Endlessly
Feeling Good
Butterflies & Hurricanes
Micro Cuts
Sunburn
Forced In
Muscle Museum
The Groove
Time Is Running Out
Bliss
Plug In Baby

Rappels:

Blackout
Stockholm Syndrome

AFFILIÉ

10 novembre 2003 - Lyon - Halle Tony Garnier


Muse_Lyon_-_Halle_Tony_Garnier_20031110

Ce lundi 10 novembre à Lyon à la Halle Tony Garnier , nous avons vécu un moment d’exception grâce à Muse qui nous a gratifié d’une prestation à la mesure de son talent. En effet, ce soir nous étions près de 10 000 fans de source non confirmée à vibrer au son de la guitare distordue de Mattew Bellamy. Après une première partie des métalleux Cave In et quelques minutes d’entracte où la foule se débattait pour obtenir les meilleurs places, le show débuta dans une moiteur comparable à celle de cet été… caniculaire.

Leur première chanson "Apocalypse Please" convenait tout à fait au contexte dans lequel elle était jouée. En effet, c’était vraiment l’apocalypse dans la fosse, les gens allaient et venaient dans tous les sens et formaient des déferlantes humaines qui emportaient tout le monde. Me trouvant en plein cœur de cette fosse je pris la décision de me mettre un peu en retrait pour ne pas finir compresser dans cette foule hystérique. D’ailleurs hystérique est vraiment à propos car le deuxième morceau fut "Hysteria". Le bassiste Christopher Wolstenhome pouvait dés lors montrer toute l’étendue de son talent sur son jeu de basse totalement addictif. Cela n’allait pas arranger la frénésie des fans qui bougeaient et sautaient dans tous les sens.

Ils enchaînèrent avec "New Born" et sa transition impressionnante entre le piano hypnotique et la montée crescendo de la guitare en deuxième partie de morceau. Première bouffée d’air quand le groupe entame "Sing For Absolution", une chanson plus calme est très bien retravaillée pour la version concert. La foule était calmée nous avions atteint un niveau à la limite de la rupture. Le trio poursuivi avec "Thoughts Of Dying Atheist", un morceau vraiment excellent en concert surtout au moment du solo final qui transporta le public dans les hautes sphères. Après cet instant de rêve éveillé, retour en plein coeur de la fosse ou le groupe allait nous faire un véritable cadeau en jouant "Showbiz", morceau encore jamais joué pendant la tournée. Mis à part un petit problème lors de l’éxecution du solo déjanté (Mattew a du changer de guitare en plein milieu du solo à cause d’une corde cassée), la chanson fit vibrer le public tout entier qui reprenait les paroles de la chanson en coeur. Du grand art.

Le morceau suivant fut tout autant magnifique, "Citizen Erased" mêlant l’adrénaline de la guitare saturé et la délicatesse du piano au terme de plus de six minutes de bonheur qui transportèrent le public sur la lune comme on pouvait le voir sur l’écran derrière le groupe. Après un cours interlude au piano, le groupe exécuta "Space Dementia", où nous pûmes apprécier toute la virtuosité du pianiste prodige sur un morceau tout autant prodigieux. Ils poursuivirent par "Endlessly" une chanson bien rythmée tout en progression. Nous arrivions à la moitié du concert la foule était déchaînée, le trio joua "Feeling Good" … et tout le monde était vraiment bien. Le groupe poursuivit par "Butterflies And Hurricanes" un morceau que je n’appréciais pas dans sa version studio et qui m’a agréablement surpris lors du concert. En effet, les alternances entre passages calmes et riffs de guitare enjoué pour finir sur un incroyable solo au piano on permis de faire monter la ferveur du publique d’un cran.

Toute la grandeur de Muse prit forme lors de "Micro Cuts" la voix incroyable de Mattew mis le public dans un état d’hystérie inimaginable, les pogos étaient de rigueur. Suite à ce bref moment de folie collective, "Sunburn" nous imposa un superbe retour aux sources, "Forced In" fut une bonne transition pour le morceau manifeste du groupe repris en cœur par toute la foule : "Muscle Museum". Un grand moment. S’en suivit "The Groove" une Face B que je ne connaissais pas mais qui fut appréciée poliment par le public. "Time Is Running Out", le single du nouvel album, fut véritablement plébiscité par le public, je remarquais la surprenante notoriété qu’avait acquis le groupe en trois album. "Bliss" et "Plug in Baby" clôturèrent de belle manière le set avant le rappel.


Le public en redemandait et le trio ne se fit pas (trop) prier pour venir jouer "Blackout" avec Chris Wolstenhome aux claviers. Le concert s’acheva par "Stockholm Syndrome" perturbé par une panne d’ampli d’une trentaine de secondes, le public, bon joueur, soutenu le groupe en applaudissant jusqu'à la remise en route du son. Un final un peu raté mais le reste fut tellement bon qu’ils étaient pardonnés. Merci Muse pour cette soirée inoubliable.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7