CHRONIQUE PAR ...

25
Guillaume
le 20 janvier 2008




SETLIST

And We'll Go Hunting Dear
Paintbox
Dark Summer's Day
King Of The Castle
A Man Of Nomadic Traits
World's End
Black Knight
All You Need Is Love (Beatles cover)

AFFILIÉ

29 mars 2003 - Sarlat - Festival Horizons Rock


Pendragon_Sarlat_-_Festival_Horizons_Rock_20030329

Après une première soirée mémorable, avec, notamment les allemands Everon, pas épargnés par les problèmes techniques, Lords of Mushroom, et, surtout, The Gathering, qui livrèrent un show à la hauteur des espérances, je me rendais donc pour le lendemain au centre culturel de Sarlat, une bien petite ville cependant très courtisée par les touristes. Etant arrivé un poil en avance, lorsque j’entre dans la salle, une dizaine de personnes seulement sont présents. Une dizaine parmi lesquelles Nick Barett, tout seul en train de fumer une clope. Il a bien changé depuis les photos du livret de Not of this World. Si bien que je ne le reconnais pas de suite, ou tout du moins j’ai quelques doutes. Parallèlement, Arena sont en train de répéter et j’aperçois donc Clive Nolan, qui a beaucoup grossi soit dit en passant, donc assez méconnaissable aussi à première vue. Peter Gee traversera à plusieurs reprises la salle vide lui aussi. Enfin, je croiserai encore Clive dans la salle, une bière à la main, en pleine discussion avec un fan.

Le décor est posé, la soirée peut donc vraiment commencer. Je me mets donc à espérer que Pendragon, même avec un Line-up si limité (Nick Barette et Peter Gee uniquement), ne souffrira pas des cafouillages techniques de la veille. Notons qu’il n’y a pas grand bain de foule lorsque l’heure arrive. Les hollandais de Flamborough Head entament à peine leur set que, déjà, l’attente est interminable. Un set agréable, sans génie mais les chansons se laissent écouter avec plaisir . Mais ayant déjà la tête dans Pendragon, j’ai du mal à me morfondre vraiment dans leur musique.

Après une petite heure, voilà enfin Nick et Peter qui entrent sur la scène. Ils sont plutôt bien accueillis. J’ai pu voir quelques t-shirt à l’effigie de Pendragon, je ne suis donc pas seul à avoir fait le déplacement pour eux. Bien heureux d’être là en tout cas, aux premières loges, juste devant les 2 musiciens. Après un petit speach pour se présenter et discuter un peu, Nick et Peter entament les premières notes de "And We’ll Go Hunting Deer". Extrait de l’album The World, qu’on a déjà pu entendre dans cette version sur leur dernier Live Acoustically Challenged. Une version magnifique, mélancolique et douce, tout à fait dans l’esprit du groupe. Puis vient un des deux premiers titres joués en acoustique par le groupe, "Paintbox", dont la version originale apparaît sur The Masquerade Overture, et l’acoustique, en bonus sur certaines éditions de Not of this World. Superbe !

Pendragon piochent ensuite dans leur recueil de faces-B, avec "Dark Summer ‘s Day", disponible en acoustique sur le dernier Live là encore. Je n’ai jamais vraiment aimé ce morceau, mais il est vrai que la version Unplugged est plutôt réussie. C’est alors que Nick Barett annonce « une chanson d’amour » dans un français assez aléatoire, et donc plutôt drôle :D. La chanson d’amour en question, c’est "King of the Castle". Peut-être le plus beau moment du concert, tant cette chanson possède un charme exceptionnel, qu’elle soit en acoustique ou non. J’ai largement de quoi me laisser bercer par les notes et me voilà aux anges. Leur dernier album studio en date, "Not of this World" n’est pas oublié puisque, tout d’abord le sublime "A Man of Nomadic Traits", puis "World ‘s End", sont interprétés, superbement d’ailleurs, par le duo.

Puis Pendragon revient à son tout premier album, avec un titre jusque là jamais joué en acoustique, d’où la surprise, "Black Knight", mon morceau préféré de The Jewel. Et là, il y a de quoi rester pantois, car cette chanson est véritablement longue, très complexe dans sa construction, et la transcrire en acoustique ne fut certainement pas une mince affaire. Et pourtant, avec 2 simples guitares, Nick Barett et Peter Gee, lui plutôt cantonné à la rythmique, nous livrent une grande performance artistique. Je crois que je m’en rappellerai encore longtemps...L’heure de la fin du set va bientôt sonner, à mon grand damne, puisque Nick annonce la dernière chanson.Mais cette fois, il ne s’agira point d’un autre titre du groupe, mais d’une reprise. Barett annonce « une chanson connue ». Après quelques secondes de réflexion personnelle, je suis ravi d’entendre les premières notes d’une de mes chansons préférées des Beatles : "All You Need Is Love". Un grand moment puisqu’il demande au public de chanter le refrain en chœur. Tout le monde ne le fera pas mais peu importe, quel sentiment de pouvoir partager la chanson avec le groupe. Vraiment génial.


Et c’est donc la fin du concert, et les lumières se rallument, malheureusement. Il n’y aura pas de rappel. Un set vraiment superbe, qui m’a plus que satisfait, et qui démontre que, même en acoustique, Pendragon parviennent à faire rêver ses auditeurs. Par ailleurs, les deux musiciens se sont montrés d’une très grande gentillesse, n’hésitant pas à discuter avec le public et à blaguer. Très très heureux d’avoir été là, en compagnie de mon groupe culte. Vivement un prochain concert, avec le groupe au complet cette fois, car vu la qualité de ce show, je n’ose imaginer ce que cela donnera amplis branchés !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3