CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
le 20 janvier 2008




SETLIST

Faith Healer
Big Wedge
Moving Targets
Brother 52
Goldfish & Clowns
Innocent Party
Long Cold Day
Credo
Pseudo Silk Kimono
Kayleigh
Lavender
Bitter Suite
Heart Of Lothian
Waterhole (Expresso Bongo)
Lords Of The Backstage
Blind Curve
Childhood's End ?
White Feather

Rappels :

Fugazi


AFFILIÉ

Fish
Verviers - Spirit of 66
(25 février 2004)
Verviers - Spirit of 66
(25 février 2004)
Paris - La Locomotive
(09 décembre 2007)

08 novembre 2006 - Paris - La Locomotive


Fish_Paris_-_La_Locomotive_20061108

Fish est en tournée depuis 2005 pour fêter le 20ème anniversaire de Misplaced Childhood. Le prix des places étonnement élevé (plus de 30 euros) n'empêche pas la Loco d'être bondée pour cette soirée placée sous le signe de la nostalgie.

Un clone de Genesis en première partie (The Watch), techniquement parfait mais dont les morceaux manquent d'âme, de magie pour tout dire. Et le mimétisme du chanteur avec Peter Gabriel devient plus fatigant qu'autre chose à la longue. Mais l'accueil de leur prestation est plutôt poli et leur stand de CDs n'aura aucun mal à s'écouler. Nostalgie, toujours !

Fish et les siens, après une entrée sur "La Gazza Ladra", qui servait d'introduction pour les concerts de Marillion, n'auront aucun mal à se mettre le public dans la poche. Fish dégage une telle présence, un tel charisme qu'on en oublierait presque ses problèmes de voix. Et son groupe derrière est très bon, avec une version surpuissante de "Faith Healer" pour commencer, la présence de deux guitaristes y contribuant forcément. Même les titres les plus rock et les moins marquants de sa carrière solo (de ses derniers albums donc) se transforment en quelque chose de très expressif, mention spéciale à "Goldfish & Clowns", sublime (alors que sa version studio ne m'a jamais passionné).

On pourra toujours regretter que son set ne donne pas vraiment un aperçu très représentatif de sa carrière solo (rien de Suits et de Raingods With Zippos, seulement 2 hits : le Phil Collinsien "Big Wedge" et le dispensable "Credo", loin d'être ce qu'il a fait de mieux). Mais le thème de la soirée, c'était Misplaced Childhood et une fois encore, le traitement qui lui est réservé en live a vraiment de la gueule, comparé à la version album mollassonne. Les deux guitaristes n'éprouvent aucune difficulté à reproduire les leads de Steve Rothery, il faut dire aussi que Franck Usher (le seul ancien du line up) n'a rien à lui envier en terme de finesse.

Misplaced Childhood est un album assez calme et Fish n'a pas de problème pour le rechanter 21 ans plus tard. Par contre, dès qu'il s'agit de forcer un peu sa voix (dans les aigus ou sur les passages rageurs), on sent bien qu'il n'est plus dans le coup. On l'imagine mal rechanter l'intégralité de Clutching At Straws ou Script For A Jester's Tear. Enfin, peu importe, l'émotion présente dans la Loco compensait largement ce problème. C'est l'occasion de redécouvrir les magnifiques "Heart Of Lothian", "Blind Curve "(les larmes à l’œil ne sont pas loin dans le public), le très pop "Childhood's End" (oui, ça n'a pas commencé avec Steve Hogarth), le poignant "Bitter Suite" (la narration fait toujours son effet) et le rythmé "Waterhole" (Expresso Bongo), avant de terminer sur un "Fugazi" d'anthologie.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4