CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
le 20 janvier 2008




SETLIST

As I Am
This Dying Soul
Under A Glass Moon
Hollow Years
War Inside My Head
The Test That Stumped Them All
Endless Sacrifice
Honor Thy Father
Jordan Rudess solo
Trial Of Tears

Rappels :

Metropolis Pt. 1
Caught In A Web
Only A Matter Of Time
Beyond This Life
Through My Words
Vacant
Stream Of Consciousness
Finally Free

In The Name Of God

AFFILIÉ

Dream Theater
Paris - Le Palais des Congrès
(06 mars 2016)
Paris - Parc des Princes
(25 juin 2005)
Paris - Zénith
(07 février 2002)
Lille - Aéronef
(13 octobre 2005)
Frauenfeld - Festhalle Ruegerholz
(28 octobre 2005)
Clisson - Hellfest
(24 juin 2007)
Clermont-Ferrand - Coopérative de mai
(26 juin 2007)
Paris - Zénith
(31 janvier 2014)
Paris - Zénith
(05 octobre 2007)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2009)
Sonisphere France (Snowpark, Amnéville)
(08 juillet 2011)

04 février 2004 - Frauenfeld - Festhalle Ruegerholz


Dream_Theater_Frauenfeld_-_Festhalle_Ruegerholz_20040204

James Labrie est éclairé par un projecteur rouge, hargneux dans ces lignes de chant, Petrucci gratouille méchamment sa guitare, Portnoy frappe son monstrueux kit (qui n'a cessé de grossir avec les années) comme un diable... devant moi une vingtaine de jeune gens aux poils longs pogotent comme si demain n'aurait pas lieu, derrière une jeune fille chante les paroles a haute et (trop) intelligible voix (pourtant le concert de Lorie c'est un autre jour), à ma droite un vieux fan arbore fièrement un t-shirt usé de la tourné Awake et moi au milieu de tout cela, pas le plus vieux fan pas le plus jeune, je me questionne. Une simple pensée traverse mon esprit à ce moment précis: les choses changent. Ce n'est ni une constation pessimiste ni négative mais simplement un fait. Tout aussi légendaire que soit Dream Theater, il a bien fallu que le groupe évolue. Parfois pour le bonheur des fans du début (Metropolis pt.2) parfois pour le bonheur des fans les plus metalleux (Train Of Thought) mais jamais pour un consensus parfait.

Quoiqu'il en soit, le très controversé dernier album du groupe Train Of Thought a été en partie réalisé dans l'optique du live, il me paraissait donc évident d'aller juger sur place. De toute manière, un concert de Dream Theater ça ne se rate pas. Revenons donc un poil en arrière. Première constatation quand j'arrive dans la salle, cette année il y a nouveauté : des écrans géants. Deuxième: le public. Comme dit plus haut, on sent bel et bien que le public s'est diversifié avec les années. Nombreux sont les jeunes gens pas forcément au fait du monde progressif mais bel et bien désireux d'avoir une bonne dose de guitare saturée dans les oreilles. Bon ou mauvais présage? Je vous laisse seul juge.

Les images défilent sur les écrans, c'est une rétrospective de la carrière du groupe qui s'offre à nous. Le public plébiscite Images And Words mais surtout Metropolis pt.2, de toute évidence le chouchou des fans. Lorsque la pochette de Train Of Thought apparaît pour la première fois, les premières notes de "As I Am" déboulent... et là consternation... le son est absolument merdique. Difficile de juger la bouillie sonore que le mix du groupe propose. Cela dit, James a tout de même l'air en forme. De plus, le groupe joue bel et bien le jeu avec projo "diabolique" dans la tronche du chanteur pour rendre tout cela méchant ou plutôt «Metal Attitude». Même remarque pour "This Dying Soul", un son horrible même si le groupe semble à l'aise. Je commence sérieusement à douter. Heureusement, avec l'arrivée de "Under A Glass Moon", les choses commencent à prendre un nouveau visage. Le son s'améliore grandement, James LaBrie place judicieusement sa voix sans tenter d'aller chercher ses fameuses octaves images and wordsienne qui lui ont toujours posé problème. Quand à l'exécution, elle est parfaite pour cette compo qui fait partie des plus complexes de leur répertoire. Je commence à prendre mes aises.

"Hollow Years" arrive tranquillement. Un morceau que j'apprécie moyennement mais qui prouve que John Petrucci sait toujours aligner de magnifiques solis mélodiques comme personne. Le son s'améliore encore. C'est nettement mieux qu'au début. Un peu de 6 Degrees Of Inner Turbulence avec la partie bourrine de ce titre fleuve. Bonne interprétation, James est excellent sur "Test That Stumped Them All", j'aurais tout de même logiquement préféré "Solitary Shell". Encore un petit titre de Train Of Thought et je me rends compte que "Endless Sacrifice" passe moyennement en live. Si le public pogote sévère, je reste un peu sceptique tout en appréciant l'excellent passage instrumental. Je commence tout de même un peu à douter de l'intérêt de Train Of Thought en live... Seulement, un putain de "Honor Thy Father" m'arrive dans les dents et me calme gentiment. Une sacrée claque en live ce titre. Le premier set se termine sur une sacré surprise : l'excellente "Trial Of Tears" est jouée ! C’est bien la première fois que je l'entends en live, je profite avec plaisir de ce titre. Je finis donc le premier set satisfait après un début laborieux... Pourtant le meilleur était à venir.

Le second set commence avec un "Metropolis Pt. 1". C'est sans doute la cinquième fois que je la vois en live mais c'est toujours un bonheur... surtout que James est divin. On continue avec du Awake histoire d'enfoncer le clou. ça commence fort... Le groupe nous propose, sans crier gare, un "Only A Matter of Time" sorti tout droit du premier album ! J’ai peine à le croire ! C’est profondément plaisant d'avoir de redécouvrir un titre qui n'était plus joué depuis des années. Mais j'aurais toutefois préféré l'instru "Ytse Jam". Toujours au rayon surprise, le groupe propose un jam Zappaesque pendant l'excellente interprétation de "Beyond This Life". De toute évidence le groupe semble vouloir revenir un peu sur ses racines prog (reprise de Yes à Paris), comme il l'a fait pour les tournées de 6 Degrees où le groupe reprenait des standards metal. On peut donc sans trop s'avancer penser que le prochain album du groupe sera prog. Je mets "Through My Words" de coté car ce titre me gonfle pour arriver au point d'orgue de la soirée : "Vacant", "Stream Of Consciousness" et "Finally Free". La suite "Vacant" et "Stream" était déjà fantastique sur album, sans aucun doute ma partie préférée, et le live lui rend bien justice, c'est vraiment grandiose. Quand à "Finally Free", c'est toujours un titre fabuleux en live où Portnoy se lâche complètement !


On finit la soirée sur les genoux avec "In The Name Of God", parfaitement taillé pour le live. Mine de rien, je me rends compte que cette seconde partie était limite parfaite. Vraiment, Dream Theater nous confirme encore qu'il reste un énorme groupe de scène ! La grosse surprise venant de James, royal sur le long de ces trois heures de concert. A noter que John Myung a bougé ! Ho pas de beaucoup, mais c'est déjà un exploit. Voila donc pour ce concert assez bluffant malgré mon intro quelque peu désabusée. Ce n’était pas loin d'être la meilleure performance que j'ai vu du groupe ! Et selon les échos, c'était valable pour les autres dates ! Dommage pour les amateurs déçu par Train Of Thought qui n'ont pas fait le déplacement... Vous avez peut être bien raté l'une des meilleures tournées du groupe qui laisse augurer du meilleur pour l'avenir.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1