CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 13 janvier 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

01 juin 2007 - Montreuil - La Pêche


Sleeppers_Montreuil_-_La_Peche_20070601

Après une date annulée au Nouveau Casino les Sleeppers devaient rectifier le tir... et c’est donc à Montreuil qu’ils ont posé leurs amplis, accompagnés pour l’occasion des très cultes Ephel Duath (live-report ici) en première partie. Et alors que mon fidèle sidekick TheDecline01 et moi-même arrivons à la salle portant le poétique nom de La Pêche, une évidence s’impose : il n’y a personne. Gasp!

C’est la première fois que je me rends à un concert aussi peu peuplé : il y a dix-huit personnes dans la salle (dont au moins trois journalistes) au moment où Ephel Duath entre en scène et je crains le pire... mais après un set étourdissant des Italiens, le public se renfloue un peu, bien qu’il soit principalement constitué de jeunes du coin venus voir qui est-ce qui jouait ce soir. Les Sleeppers n’en ont cure, et vont se donner à fond devant un public qui atteindra la trentaine de personnes dans les moments les plus remplis. Les trois frontmen se partagent la scène et le chant, qui se décline dans une tonalité hardcore avant tout. Les musiciens sont charismatiques, et le chant de Laul en particulier s’impose : organe unique, aussi écorché que mélodique quand il le faut, c’est du tout bon, surtout que le son est vraiment clair.

Les compos des Sleeppers sont axées autour de trois composantes principales : gros riffs rocks noisy, parties hardcore taillées pour le headbanging et plages ambient très contemplatives qui voient la formation faire tourner inlassablement quelques plans pour arriver à un état de transe. La mise en place est impressionnante, et on sent les quinze ans d’expérience du groupe. Le public en majorité collégien se lâche à la grande joie du groupe, mais au bout de quelques titres le malaise s’installe... car si elle est indéniablement ambitieuse, la musique des Sleeppers est également répétitive sur le long terme. On finit par s’attendre à voir débarquer tel plan bruitiste après tel riff en béton armé, et les passages expérimentaux contemplatifs surprennent la première fois, mais plus ensuite. C’est donc dans une ambiance frisant l’ennui que le concert s’achève, car on a l’impression d’avoir fait le tour du répertoire du groupe en une heure et demie.


Malgré d’excellentes idées et une présence scénique indéniable, Sleeppers ressort comme le groupe le moins inventif de la soirée (il faut dire qu’avec Ephel Duath en face, forcément...) et on comprend mieux au sortir de ce concert que le groupe n’ait toujours pas réellement percé. Dommage, mais c’est la dure loi de la scène...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3