CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
le 13 janvier 2008




SETLIST

Symphony X:
Intro
Evolution
Inferno (Inleash The Fire)
Wicked
Communion And The Oracle
King Of Terrors
Out Of The Ashes
The Accolade
The Accolade II
Sea Of Lies
Of Sins And Shadows


Stratovarius
Eagleheart
Find Your Own Voice
Kiss Of Judas
Speed of Light
Soul Of A Vagabond
Father Time
Destiny / Fantasia
Medley: Tears Of Ice / We Are The Future / Dreamspace / We Hold The Key
Forever
Stratofortress
Elements
Will The Sun Rise?

Rappels:

Season Of Change
Paradise
Hunting High And Low
Black Diamond

AFFILIÉ

Stratovarius
Wacken
(31 octobre 2007)
Paris - Trabendo
(01 novembre 2015)
Paris - Elysée Montmartre
(13 novembre 2005)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2009)
Paris - La Cigale
(31 mars 2013)

Symphony X
Bordeaux - Rock School Barbey
(01 mars 2016)
Paris - Zénith
(05 octobre 2007)
Montpellier - Rockstore
(27 octobre 2003)
Lyon - Transbordeur
(26 octobre 2003)
Paris - Elysée Montmartre
(19 octobre 2003)
Paris - Bataclan
(05 mars 2008)
Toulouse - Le Phare
(01 février 2011)
Hellfest (Clisson)
(23 juin 2013)

19 avril 2003 - Paris - Zénith


Stratovarius_-_Symphony_X_Paris_-_Zenith_20030419

J'avais acheté ma place le jour du concert car j'avais décidé en dernière minute de me rendre à Paris pour le week-end de Pâques, et surprise, il restait encore des places ! Je vais enfin pouvoir aller voir Stratovarius que j'avais pas pu voir à Lyon en 2000 à cause de ces enculés de militaires et et leur journée de recensement...

Thunderstone débute avec 20 minutes de retard et joue un speed mélodique quelconque, fortement inspiré par Stratovarius, surtout au niveau des claviers. Leurs morceaux speed n'ont aucun intérêt, enfin c'est pas pire que At Vance non plus lol ! Mais ils ont quand même quelques titres plus atmosphériques sympathiques. J'ai été étonné du bon accueil qu'ils ont reçu, le public parisien m'étonnera toujours. A Lyon, je suis sur que personne n'aurait réagi à leur prestation. Mais la plupart des gens sont surtout venus pour voir Strato ou Sx, c'est d'ailleurs marrant de constater la forte dualité présente entre ces deux groupes aux yeux des fans, j'y reviendrais plus tard.

Donc Symphony X, j'ai vraiment été agréablement surpris de leur prestation, je m'attendais à un trip à la Dream Theater, c'est-à-dire une musique technique qui ne donne rien sur scène et avec des musiciens qui font la gueule. Et bien pas du tout, Sx a mis le feu au Zenith, leur musique dépote sévère en live ! Russell Allen avait l'air ravi de l'accueil. C'est qu'il bouge le Russell sur scène, il se déplace tel le Bossu de Notre Dame, il fait participer le public. Mais il en faisait un peu trop des fois, notamment avec des Oh yeeeeeeeeeaaaah à la fin des morceaux, insupportables. Les morceaux d'Odyssey, banals sur album, sont très appréciables en live, ils sont moins techniques et plus heavy. Les gros riffs du gros Romeo ont été très apprécié, toute la foule sautait, bref c'était la fête ;o) ! Mais Sx, c'est aussi des parties instrumentales de folie.

Et les meilleurs moments ont donc été pour moi les morceaux les plus progressifs comme le superbe "Communion and the Oracle" de l'album V, et la fin du set magistrale, avec des titres de Divine Wings Of Tragedy, "Sea of Lies" et "Of Sins and Shadow". La majorité du public a été conquis, bon y'avait bien quelques bouffons pour gueuler "Strato Strato", mais durant le set de Strato, on pourra aussi voir des fans de Sx se faire royalement chier et aller s'asseoir au fond sur les sièges. Perso, j'y étais autant pour Sx que pour Strato, donc pas de problème ! Le concert de Sx atteignait vraiment des sommets d'intensité et d'émotions à la fin avec les titres de Divine Wings, et j'ai été très déçu qu'ils doivent s'arrêter pile à ce moment, quel gâchis. Tout juste quand le groupe était en pleine osmose avec les fans ! Ils n'auront joué qu'une heure.

Et Strato, lorsqu'ils vont commencer à jouer, aura du mal à faire oublier Sx, malgré quelques effets pyrotechniques sympas, une scène magnifique et un écran géant derrière. Faut dire que commencer le set avec le single "Eagleheart" du dernier album, c'était pas une bonne idée tellement ce morceau est bateau (heureusement, dans le rappel, ils vont jouer "Hunting High and Low" qui est bien meilleur). En plus, les Finlandais assurent une prestation moins chaleureuse et moins dynamique que celle de Sx. Mais la zik de Strato, plus simple et plus catchy va très rapidement s'imposer comme incontournable en live. Car Strato en live, c'est bien mieux que sur disque, je m'en étais déjà rendu compte avec le live Visions of Europe, mais là j'en ai une confirmation éclatante.

En effet, à l'image du dernier album Elements Part 1, le choix des morceaux est très équilibré, entre les titres speed, mid-tempo, épiques et les ballades, si bien qu'on ne retrouve pas la linéarité des albums studios, et ça, c'est vraiment un plus! Et puis, même si Elements Part 1 a été surnoté dans les mags (et chez les Immortels aussi ;o)), il faut bien reconnaître que Strato a pris un gros risque dessus en essayant de sortir du carcan des titres typés speed-mélodique, trop présents sur Infinite. La preuve : "Elements" n'a pas fait que des heureux parmi les fans. Le pari est réussi en tout cas, puisque Elements est vraiment bien, moins classique qu'Infinite, mais ce n'est pas le chef-d'oeuvre du siècle non plus, faut pas déconner. C'est donc tout à leur honneur que d'avoir joué "Soul of a Vagabond" et "Elements", ça permet de varier le set et les riffs heavy de Timo Tolkki tuent tout sur ces morceaux, le public semble apprécier aussi ;o) ! Sans être exceptionnels, ces deux morceaux épiques restent de haut niveau, mais n'atteignent pas les sommets d'émotions des vieux classiques (enfin pas si vieux que ça) comme l'imparable Kiss of Judas et Paradise, les refrains de ces deux là me font frissonner à chaque fois !

Strato laisse la part belle aux albums Visions et Episode, avec un choix pas tellement surprenant puisque la majorité des titres figuraient déja sur Visions of Europe, donc on retrouve pas mal de titres speed : "Will The Sun Rise ?", "Father Time", "Speed of Light" et "Black Diamond" pour le rappel. Sans oublier "Find Your Own Voice" du dernier album, excellent titre ! La double pédale de la batterie de Jorg Michael en adéquation avec les jeux de lumière donnent un effet "trance", comme dans les concerts de Slayer, et ça déchire tout ! Un p'tit medley des premiers albums est proposé avec notamment "Fright Night", je suis sur que personne ne connaissait ce morceau, mais en tout cas c'était une démarche fort sympathique ma foi et on peut voir que sur "Fright Night", le style du groupe était déjà clairement défini.

J'allais oublier la berceuse "Forever" qui a surtout pour interet de faire chanter le public et "Season of Change", un morceau un peu plus prog comme le précisera Timo Kotipelto et vraiment magnifique, avec de superbes arpèges, une grande montée en puissance et des passages plus atmosphériques comme sait si bien le faire Strato. Petite déception pour "Destiny", l'interprétation de ce titre n'est pas sans faille, entre Jorg Michael qui va à fond la caisse et un Timo Tolkki qui semble un peu à la rue dans le rythme. Timo Tolkki n'a d'ailleurs pas tellement été impressionnant, surtout au niveau de ses solos ; ceux de Michael Romeo me paraissent nettement plus beaux, plus inspirés, plus techniques et mieux exécutés. Mais bon, Sx ne compose pas de tubes, alors qu'avec Strato, des hits il y en avait à la pelle ce soir là et c'est pour ça qu'entre Sx et Strato, j'ai pas eu de préférence, les deux groupes ont été complémentaire, c'était parfait !


Strato aura joué deux heures et j'ai pas vu le temps passé, mais j'aurais quand même préféré qu'il y ait un meilleur équilibre dans le temps entre Sx et Strato, genre que Sx joue 1H30 et Strato aussi. Quoiqu'il en soit, qu'une salle comme le Zenith soit aussi remplie pour deux groupes de metal qui étaient encore inconnus en France il y a 5 ou 6 ans fait vraiment chaud au coeur. Ça prouve que le metal ne doit pas seulement se contenter de petites salles et peut attirer un public nombreux.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5