CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
le 13 janvier 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

Vader
Clisson - Hellfest
(23 juin 2007)
Paris - La Locomotive
(01 mai 2008)

Rotting Christ
Hellfest (Clisson)
(22 juin 2013)

04 octobre 2005 - Lyon - CCO


Anorexia_Nervosa_-_Nile_-_In_Quest_-_Vader_-_Rotting_Christ_Lyon_-_CCO_20051004

BRUTAL GONES FEST

Béni soit ce 04 Octobre 2005 à Lyon! En effet, Hammer of Gones, une association de metalleux brutaux du coin, a l’excellente idée et initiative que d’organiser en ce jour son festival. Et pas n’importe lequel, de 18h à 23h ce sera du black ou du death sans concession à se prendre dans les cages à miel. Jugez plutôt de l’affiche: Rotting Christ, Anorexia Nervosa, In Quest, Nile, Vader (cherchez l’intrus). Pas mal non? Bref, le tout Lyon ne s’est pas trompé et c’est un CCO de Villeurbanne presque à plein qui accueille comme il se doit tous ces jolis petits groupes. D’ailleurs, heureusement qu’il est plein vu la petitesse de la salle et la grandeur de l’affiche! Mais encore une fois, malgré la bonne volonté des organisateurs, on se rend compte que si la salle avait été plus grande, elle n’aurait sûrement pas été remplie… C’est désolant.


Mais retournons donc à la musique. Rotting Christ débarque sur les planches et c’est avec grand bonheur qu’on les rate pour cause d’embouteillages (merci les grèves). Petite déception pour ma personne, mais cruelle pour mon acolyte Count D, grand fan du dernier album. C’est donc Anorexia Nervosa qui nous accueille dès notre arrivée. Pas le temps de respirer et d’arriver que le groupe attaque et balance la sauce. Ne connaissant pas du tout le groupe (si ce n’est de nom), je suis bien agréablement surpris par leur musique, que pas mal de gens présents connaissent visiblement bien. Le groupe est bien en place, pas desservi par un son honorable et Hreidmarr, même s’il manque peut-être d’un peu de présence physique, manipule le public à sa guise. Très bonne mise en bouche avec du black brutal et symphonique qui donne envie d’en découvrir plus.

Festival oblige, les groupes s’enchaînent et ne jouent pas longtemps. Anorexia Nervosa jouera ses trois quarts d’heure et pas plus. Enchaînement sur In Quest, l’inconnu de la soirée. Après un long check, le groupe déboule pour du death carré, bien joué mais sans génie. Personnellement, je n’ai pas du tout été marqué par leur set d’autant plus que le chanteur n’est pas bon. Sympa mais sans plus en gros. Vient ensuite le gros morceau du soir, Nile. C’est pour eux que je suis venu, et je veux voir s’ils arrivent à rendre en concert ce qu’ils affolent sur album. Constatation : oui! Incroyable mais vrai, le groupe joue sans sourciller tout ce qu’il enregistre en studio. Le nouveau batteur assure comme un chef les parties de Laureano et c’est un déluge permanent (ou presque) de notes qui nous assaille.

Car il faut l’admettre, Nile c’est du p**ain de rapide! Les blasts fusent, les notes inondent vos tympans et les roulements de toms sont légions. Bref, vous en prenez plein la gueule. Malheureusement, le son trop dominé par la batterie (et surtout la double grosse caisse qui dénature les morceaux de ce fait), s’il n’empêchait pas de reconnaître les morceaux, fait se dire que Nile, c’est mieux sur disque (qu’ai-je osé écrire?). Cela vient de la vitesse surnaturelle à laquelle jouent nos gaillards. Mais nul doute que leur concert fut très impressionnant. Seulement, Nile n’a pas vraiment de chanson à concert. Par contre, Nile devait quitter la scène à 22h, et c’est à 21h55 qu’ils la quittent effectivement. Problème, ils avaient commencé à 21h15…

Après cette menue déconvenue, voilà Vader qui débarque. Déjà, le groupe n’a pas d’impératif temporel, c’est mieux. Ils pourront donc jouer leur (petite) heure. Ensuite, ils bénéficieront du meilleur son de la soirée. Précis, puissant et pas écrasé par la batterie, il est nickel. Seul le chant a du mal à se faire entendre pleinement, mais c’est quand même du tout bon. Et surtout, il y a un groupe qui ne ménage pas sa peine sur scène. Une présence impressionnante, une technique imparable (moins que Nile certes…), notamment le bassiste qui fut un régal à voir jouer et des chansons qui meulent tout en concert! Voilà, contrairement à Nile, Vader possède dans son répertoire des morceaux taillés pour la scène.

Personnellement, Vader a tout écrasé sur son passage pour ce Brutal Gones Fest édition 2005. J’avais eu l’occasion de les voir déjà pour la fête de la musique 2004, et c’était bien bon, mais là, ils ont confirmé au-delà de mes espérances. Et bien entendu, le public a répondu présent à cette excellente prestation. Je ne possède toujours pas le moindre de leurs albums, mais je commence à être convaincu qu’il faudrait que ce manque soit réparé. En tout cas, un concert admirable de bout en bout qui prouve que le groupe maîtrise son affaire et n’a de leçon à recevoir de personne. En plus, cerise sur le gâteau, ce sera une reprise de "Raining Blood" qui clôturera le set. Autant vous dire que d’agité, le public est devenu hystérique! Yamsy!


Au final, une excellente soirée seulement ternie par la faible durée des concerts, festival oblige. Une excellente initiative de Hammer of Gones et je ne puis que les encourager à persévérer!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4