CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 13 janvier 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

05 août 2005 - Wacken


Bloodbath_Wacken_20050805

Il y a deux concerts historiques cette année au Wacken: le gig d'adieu de Sentenced et ce premier concert de Bloodbath, qui restera peut-être le seul. En effet Bloodbath n'est jamais qu'un side-project dépendant de la bonne volonté et de la disponibilité de ses membres pour exister... Le line-up est identique à celui officiant sur Nightmares Made Flesh, à une différence de taille près: Peter Tätgren n'ayant pu se libérer c'est Mickael Akerfeldt (Opeth), chanteur originel du combo, qui assure les vocaux. C'est d'ailleurs une des petites inquiétudes concernant ce show : Akerfeldt a beau être une référence vocale dans le death, tout le monde s'était accordé à dire que Tätgren l'avait surclassé en matière de hurlements d'outre-tombe sur le dernier opus du groupe. Comment allait-il s'en sortir?

Le groupe commence pile à l'heure, balançant une intro symphonique honnête avant d'entamer "Cancer Of The Soul", monstrueux titre d'ouverture du dernier album. Et ça déboîte! Les musiciens -couverts de sang- assurent grave tandis qu'Akerfeldt hurle tripes et boyaux. Le son est encore brouillon, et ce défaut persistera durant le premier tiers du show: la basse est trop en avant, les guitares en arrière, et surtout le chant est difficilement audible. La première impression est donc qu'Ackerfeldt ne peut rendre justice aux titres chantés par Tätgren... mais dès que le son s'arrange (et il frisera le parfait à la fin du concert) on se rend compte que le gaillard, s'il est plus linéaire dans son growl que le chanteur d'Hypocrisy, est plus qu'à la hauteur.

Scéniquement cet homme est à part: il ne bouge presque pas et semble possédé par ses propres lignes vocales et dégage un charisme presque indécent. Je ne sais pas combien de chanteurs pourraient se démener, courir et sauter partout sans atteindre le dixième de la présence de ce type tout statique et immobile. Quand il parle au public de sa voix grave et calme on est hypnotisé, et il le sait. Il joue donc avec une foule toute acquise à sa cause, avec humour en plus: après avoir exigé que la foule ne lui réponde qu'en voix death quand il pose des questions, l'homme reprend les spectateurs d'un «death metal voice!» dès qu'ils oublient la consigne. Et quand la foule lui sort un «grrooooar» des familles, il leur demande de le refaire en aigu («high-pitched !»), puis en encore plus aigu («Dani Filth !»), et tout le monde se marre. Dan Swäno (guitare) est visiblement aux anges, et seul Jonas Renske à la basse semble un peu dans son monde.

Musicalement, c'est une tuerie. Le groupe interprète la totalité de son premier EP Breeding Death et le reste du set se partage entre Resurrection Through Carnage et Nightmares Made Flesh. Les titres du dernier album sont tous des bombes en live, et la foule pète littéralement un plomb: chaque chanson est accueillie d'une manière délirante. Les métalleux autour de moi connaissent presque toutes les chansons, et semblent assister à un concert de Dieu le père. Bloodbath possède cette vertu: ils peuvent combiner n'importe quel type de heavy à leur death sans le dénaturer.

C'est ainsi que les titres speed dévastateurs laissent la place à des passages doom écrasants voire même un ou deux plans hardcore qui font headbanguer la foule comme un seul homme. Death technique, death basique, death à tendance suédoise, heavy/death... J'en passe et tous les styles sont magistralement interprétés par ces musiciens qui semblent prendre conscience au fur et à mesure du show de l'effet (justifié) qu'ils provoquent. Il est hallucinant de voir la formation assurer comme elle le fait quand on se dit qu'on assiste au premier concert d'un side-project! Une fois le concert fini, comme les autres metalheads, j'ai le sourire aux lèvres et des étoiles dans les yeux.


Je viens de me prendre une heure de métal extrême exceptionnel dans la tronche... Et d'assister à un évènement qui ne se reproduira sans doute jamais sous cette forme, Akerfeldt ayant précisé qu'il s'agissait de son premier et dernier concert avec le groupe. Chienne de vie.... Enfin, il reste les albums.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4