CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 13 janvier 2008




SETLIST

N/A

AFFILIÉ

08 avril 2007 - Saint-Ouen - Espace Mains d'Oeuvre


Temple_Of_Baal_-_Nefaria_-_Cruxifiction_-_Natan_-_Kathaarsys_-_Corpus_Christii_-_Merrimack_Saint-Ouen_-_Espace_Mains_d'Oeuvre__20070408

FESTIVAL BLACK METAL IS RISING III

Il faut de la volonté pour organiser un festoche black-metal en France, et la formidable association Les Acteurs de l'Ombre (site ici) n'en manque pas. Dédiée depuis des années à la promotion du métal et à la programmation d'évènements (tout en étant également un webzine réputé), cette assoc' a monté avec le Black Metal Is Rising un festival mine de rien assez ambitieux, rassemblant des formations nationales comme internationales de qualité. C'est donc à Saint-Ouen que ce premier jour surtout dédié aux groupes locaux s'est déroulé, à partir de quinze heures...


L'espace Mains d'Oeuvres se prête particulièrement bien à l'évènement d'aujourd'hui : entre la partie bar suffisamment spacieuse pour que les groupes aient pu y installer leur merchandising et la salle à part qui comporte une scène pas énorme mais suffisante et une sono très correcte, tout ça colle bien à l'esprit "underground-mais-pro-quand-même" du fest. Le seul bémol : l'absence de vente de nourriture, ce qui finit par poser problème quand on tourne à la bière depuis trois heures de l'après-midi et que le kebab le plus proche est à plus de dix minutes de marche. C'est en tout cas Nefaria qui ouvre le bal, et qui pose un aspect positif qui restera vrai toute la journée : le son est bon, et vu les critères des lives de black-metal en général on dira même qu'il est excellent. Le groupe pratique un black de facture assez classique qui est surtout sublimé par l'excellent (et juvénile) chanteur dont le growl malsain et déchirant provoque d'excellentes réactions du public. Mais c'est Cruxifiction qui lance réellement la journée : le groupe français balance un black brutal et précis, extrêmement bien exécuté et incisif. Les plans thrash sont compacts et massifs, la présence scénique du groupe est imposante et le tout donne une impression de professionalisme bienvenue. Un groupe à suivre!

Après ces deux combos hexagonaux de black direct, il est temps d'élargir à la fois les origines et les horizons... ce que Natan (Belgique) et Kathaarsys (Espagne) vont tenter de faire, chacun à leur manière. Les premiers cités pratique un black folk assez intéressant... sur le papier. Car malgré un niveau de jeu assez élevé et de nombreux plans festifs, la prestation du groupe est plombée par l'attitude du chanteur qui tourne systématiquement le dos au public, et surtout par une tendance à se répéter qui gêne rapidement. La charmante claviériste/chanteuse maîtrise très bien son sujet mais ça ne suffit pas : le concert restera plus dans les mémoires à cause de la prestation ridicule du guitariste de Kathaarsys au chant clair que grâce à la performance du groupe. Tout le contraire du groupe en question, qui va laisser un souvenir proprement mémorable! Emmenés par un frontman aussi doué dans les hurlements que dans un chant clair proche de celui de Vurtox (Disillusion) et par une bassiste monstrueuse de technique brute - mais malheureusement sous-mixée -, les Espagnols vont distiller leur black alambiqué et progressif dans une atmosphère contemplative. Très longues, truffées de breaks atmosphériques et de rythmiques brisées, les compos de Kathaarsys font penser à une version black et torturée d'Opeth. Très impressionnant en live, ce groupe mérite qu'on lui accorde une attention toute particulière.

N'ayant pas pu assister au concert d'Otargos (il faut bien manger et raccompagner les potes à la gare), je suis de retour à temps pour assister à celui de Temple Of Baal (en photo), premier groupe de la journée à disposer d'une fan-base bruyante dans le public. Et on comprend vite pourquoi : véloce, brutal, à la fois technique et primaire, le black metal à la Temple fait très mal. Les musiciens sont très présents sur scène (mention spéciale au bassiste/choriste), et le batteur s'affirme comme un des plus doués présents aujourd'hui. On notera le rendu des compositions, bien meilleur avec deux guitares, mais aussi une certaine tendance à se répéter sur la fin... quoiqu'il en soit, les Temple ont de beaux jours devant eux s'ils maintiennent ce niveau. Les deux têtes d'affiches sont Corpus Christii et Merrimack, qui jouent tous les deux sur le côté le plus malsain du genre. Le chanteur de Corpus Christii est relativement effrayant avec ses scarifications et son côté psychotique en souffrance, mais ce n'est rien face au bassiste qui pour le coup fait vraiment peur. Fixant le public de ses yeux injectés, exhalant un mal-être profond dans sa gestuelle, il rappelle Mortuus de Marduk dans son côté profondément misanthropique. A noter que la formation rencontre un succès mitigé : leur true black ne se dégage pas vraiment de la masse, et comme le frontman se refuse à interagir avec la foule l'ambiance est spéciale... surtout quand il descend de scène après la dernière note jouée, se frayant un passage au milieu du public pour quitter la salle immédiatement.

Cette sortie à la « je vous hais tous » sera reprise par le chanteur de Merrimack, géant viking plus qu'impressionnant (Combien mesure-t-il? Deux mètres dix?) et dont le groupe aligne un black pas inintéressant mais... mais cela fait depuis quinze heures que l'on entend des blast-beats enchaînés avec des parties doom et thrash, et tout cela commence à être un peu lassant. Pas que le groupe soit mauvais, mais on a la désagréable impression qu'il aurait pu échanger sa place avec un des autres groupes de l'affiche sans que cela ne dérange... car au final seuls Cruxifiction, Temple Of Baal, Natan et Kathaarsys auront réussi à véritablement tirer leur épingle du jeu. Les deux premiers ont prouvé que le true black pouvait être autre chose qu'un simple enchaînement de plans simplistes, et les deux derniers auront eu le mérite de proposer une musique plus variée et plus ambitieuse que leurs petits camarades, même si le soufflé est retombé rapidement pour Natan. Ce festival Black Metal Is Rising III aura eu donc pour mérite de présenter des groupes prometteurs, mais aura aussi rappelé que le nombre de formations se contentant d'appliquer une formule reste trop élevé. Le black-metal reste en tous cas un genre profond et passionnant, et espérons que les Acteurs de l'Ombre pourront continuer à organiser ce genre de festival à l'avenir... et que les gens iront les voir!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4