CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
le 13 janvier 2008




SETLIST

Inferno
Wicked
Evolution
Communion and the Oracle
King Of Terrors
Out Of The Ashes
Accolade I
Accolade II
Smoke and Mirrors
Sea Of Lies
Of Sins And Shadows

Rappels:

The Odyssey

AFFILIÉ

Symphony X
Bordeaux - Rock School Barbey
(01 mars 2016)
Paris - Zénith
(05 octobre 2007)
Paris - Zénith
(19 avril 2003)
Montpellier - Rockstore
(27 octobre 2003)
Paris - Elysée Montmartre
(19 octobre 2003)
Paris - Bataclan
(05 mars 2008)
Toulouse - Le Phare
(01 février 2011)
Hellfest (Clisson)
(23 juin 2013)

26 octobre 2003 - Lyon - Transbordeur


Symphony_X_Lyon_-_Transbordeur_20031026

Salut les gonzes ! Alors vous roulez méchant ? Sévère ? Tant mieux car ça signifie que vous ne m’en voudrez pas d’avoir loupé Headline ! Ben oui, vu l’heure inhabituelle à laquelle commençait le concert (18 heures!) je me disais que c’était pour les premières parties locales donc je suis venu que bien plus tard (on est metalleux merde !). Erreur ! Et c’est ainsi que le concert de Headline (pour lequel en plus j’ai sûrement dû payer) fut honteusement loupé. Bon d’un côté j’ai rencontré un type qui m’a lâché que ç’avait été pas mal, mais il débordait visiblement pas d’enthousiasme (en tout cas, pas plus que pour le hot-dog qu’il était venu chercher) et puis de l’autre les camarades immortels m’ont fait comprendre que c’était pas non plus le groupe du siècle donc au final, on s’en caille.

Le gros morceau maintenant, Romeo … euh non !!! Désolé, j’ai pas pu m’en empêcher tant la vision de ce gros lard promenant ses doigts boudinés sur sa gratte m’a mis sur le cul. Je m’attendais à un type limite l’air intello et voilà t-y pas que je me retrouve avec un bon gros bouseux américain bien graisseux (sur les apparences bien évidemment). J’ai du mal à imaginer que c’est ce type, principalement, qui compose la musique si recherchée de Symphony X… Enfin bref, cela nous amène à un point important, c’est qu’avant ce concert je n’avais jamais entendu de Symphony X de ma vie, à part "The Divine Wings Of Tragedy" (la chanson) sublime. Pas la peine non plus d’ajouter que je ne pourrais vous dire quelles chansons furent jouées (reportez vous aux autres compte-rendu pour ça).

En tout cas ça n’a pas empêché votre rédacteur préféré de prendre un bon pied (si ce n’est les deux, mais c’est casse gueule) durant ce concert quasi matinal. Première impression donc. Ca déchire bien. Le groupe est bien en place sur la scène et Russell Allen est un fantastique frontman. Il dégage, en plus de sa carrure impressionnante, une sacrée énergie communicative et sait faire se bouger une salle le bougre. Il n’hésite d’ailleurs pas à titiller notre ego pour nous remuer les tripes. Deuxième impression (qui en fait est la première chronologiquement, faut suivre) le metalleux présent à ce concert, en plus de Symphony X évidemment, aime beaucoup Rhapsody et Blind Guardian à en juger les styles vestimentaires. Du coup avec mon pull Emperor, je me sentais un peu seul. Heureusement un camarade était là !

Enfin la musique. Les fans commencent à chauffer leur larynx. Je les aide un peu. Pas de raison pour que je fasse de la figuration. Le son est bien bon et il ne dessert aucunement le groupe. La technique du groupe est aussi à la hauteur puisque chacun restitue parfaitement ses parties (du moins cela en donnait l’impression) avec un Romeo qui vous accule dans les cordes avec un déluge quasi permanent d’accords, le batteur, sans tout déchirer, assurait, le bassiste claquait bien tout en proposant quelques soli en duo avec Romeo (excellente initiative et bien bon à voir et entendre) tandis que le rôle du claviériste m’a semblé un peu léger et que Allen assurait grave comme une bête ses lignes de chant.

Surprise aussi, leur musique est quand même sacrément heavy ! Dire que je m’attendais plus ou moins à du bon vieux metal prog des familles, c’est-à-dire quand même avec ses passages tout chiants par moment et bien calmes, que nenni ! Symphony X ça remue la chaumière les pépères ! C’est donc tout naturellement que je me suis senti headbanguer et gueuler comme un putois. Raaaaaaaaaaah !! Putain que c’est bon d’être en concert ! Incomparable l’ambiance. Ca fait vraiment du bien aux boyaux. Et puis faut dire que le groupe assure sur scène. Ca bouge et ils font le spectacle.

Les parties de soli guitare/basse sont délicieuses et puis ce Russell ! Ah il m’aura bien bluffé. Il parle pas français pour un pet, mais il en a de la présence ! Il ira même jusqu’à nous gratifier d’un solo chevelu !! Et oui, il a aidé Romeo pour un solo avec la partie supérieure de son encéphale. Un grand moment. Et comme en plus il est taquin il nous a mis au défi de gueuler le plus fort possible, et ce à plusieurs reprises, pour les motiver à donner le meilleur d’eux-mêmes sur scène. Inutile de préciser que le public a répondu présent et mon aphonité c’est grandement développée. Mais non content de ça, il nous a mis en compétition, le public à droite et le public à gauche. C’était à celui qui gueulerait le plus. Bien marrant. Et pour finir on gueula tous de concert. Ca ramone bien.

Mais le temps passait et il a bien fallu se dire au revoir … avec un petit rappel préparé bien sûr ! "The Odyssey", morceau fleuve de l’album du même nom. Tout le monde était ravi de la chose, et moi aussi. Un excellent moyen de finir le concert tout comme un excellent moyen pour Allen d’expliquer pendant bien longtemps que le groupe était parti en tournée juste pour jouer ce morceau. Bref, vingt-six minutes de bonheur qui clôturèrent ce concert. Et ce fut le temps des adieux. En forme de Dalton d’ailleurs ce qui permit de constater que Romeo est très gros mais aussi très petit. Hi hi.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5