CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
le 25 mai 2018




SETLIST

Balance Of Terror:
Intro
Gap
Erase
Intelligence Failure
Rest In Beast
Wave Of Panic
Ecclesiastical Putridity
Salacious Jam

Napalm Death:
Multinational Corporations
Instinct of Survival
On the Brink of Extinction
Oh So Pseudo
Smash a Single Digit
The Wolf I Feed
Practice What You Preach
Standardization
Scum
Life?
Control
You Suffer
Dead
Cleanse Impure
Narcoleptic
Victims of a Bomb Raid (Anti Cimex cover)
Suffer the Children
Breed to Breathe
Self Betrayal
Call That an Option?
How the Years Condemn
Nazi Punks Fuck Off (Dead Kennedys cover)
Cesspits
Inside the Torn Apart

AFFILIÉ

Napalm Death
Clisson - Hellfest
(23 juin 2007)
Paris - Trabendo
(21 novembre 2014)
Wacken
(03 août 2007)
Paris - La Locomotive
(13 mai 2008)
Wacken Open Air (wacken)
(31 juillet 2009)

10 mai 2018 - Béthune - Le Poche


Napalm_Death_-_Balance_Of_Terror_Bethune_-_Le_Poche_20180510

En cette semaine truffée de jours fériés, que peut-on bien faire pour tuer le temps ? Se faire dorer à la plage ? Venant du Nord, le printemps est rarement propice à ce genre d’activité (si tant est qu’une saison le soit). Regarder des choses plus ou moins intelligentes sur un écran ? Ou profiter de cette période de pause forcée pour se régénérer en vue d’une épreuve ? Vous aurez compris que cette troisième option a été choisie par votre serviteur. La bataille est prévue pour la soirée du jeudi de l’Ascension. Le lieu connu depuis quelques mois : Béthune.

C’est donc le cœur léger mais prêt à en découdre que je me rends donc au théâtre Le Poche. Ce dernier, à quelques encablures de son grand frère, le théâtre de Béthune, est sis au centre de la ville. Ne connaissant l’endroit que de réputation, quel ne fût pas mon étonnement de découvrir une salle voûtée magnifique, ancienne cave d’une maison de charité du XVIIIe siècle. Les invités du jour semblaient prompts à y mettre le feu et il ne suffit que de quelques courtes semaines pour que cette soirée soit sold-out. A l’ordre du jour, un condensé de violence. L’Artois avait en effet l’insigne honneur d’accueillir sur ses terres Napalm Death, groupe culte s’il en est. Et pour couronner le tout, les programmateurs ont fait appel à Balance Of Terror pour marcher devant les grands Anciens. Les Audomarois, ravis de fouler les planches, ont confirmé tout le bien que de plus en plus de monde pense de la formation dans la région. Ils ont offert un set implacable, d’une brutalité impressionnante. La quasi-totalité de World Laboratory a été exécutée avec brio. Le groupe a intégré en son sein un second guitariste, ce qui rend le son encore plus puissant. L’un des points forts de la formation est de proposer un death brutal mais très varié. Les riffs de Gasoil et Nico aidés par une section rythmique au top, atomisent l’auditoire, ahuri et impressionné par tant de brutalité. L’ensemble est des plus maîtrisé, à commencer par les vocaux de Flo, lourds au possible. Pour avoir eu le loisir de croiser la route du groupe il y a quelques mois, il faut noter les progrès réalisés, faisant désormais de ce collectif une véritable machine de guerre. Le public aura le plaisir de découvrir un titre du prochain disque, qui vient clore un set carré. Pas de point faible pour cette première partie que je vous encourage à soutenir, en écoutant leur premier album ou en allant vous faire martyriser en live.
Un rapide changement de plateau et résonne déjà "Multinational Corporations", annonciateur du déluge qui va bientôt s’abattre. Les prédictions étaient bonnes, tant le set offert par les Britanniques est solide. Comme d’habitude, Napalm Death s’évertue à véhiculer ses idées engagées par le biais d’une musique des plus virulentes. Le public réagit bien à la férocité des titres exécutés avec une urgence jubilatoire. Des vieilleries issues de Scum jusqu’à des extraits de leur dernière livraison, les Anglais balayent en un peu plus d’une heure une discographie vouée au grind-death. Le quartet est en forme et ne lésine pas sur les efforts fournis, qui visent à contenter un auditoire pourtant déjà conquis. Ça s’échauffe gentiment dans la fosse. Tout le monde est simplement heureux de voir de très près ces légendes vivantes. Barney est toujours aussi possédé, courant et sautant partout. Il communique énormément entre chaque morceau, montrant la passion qui l’anime. S’il y a bien une chose que l’on peut affirmer sur Napalm Death, c’est bien la sincérité de ses membres, toujours aussi ravis de présenter des compositions ayant pour dénominateurs communs intensité et violence. Quelle joie de se faire matraquer par des pièces comme "Standardisation", "Suffer The Children" ou encore "Call That An Option ? " Le seul répit viendra quand "Self Betrayal", issu de l’ep Greed Killing sera joué. Pour le reste, c’est l’énergie qui domine, même sur les reprises, "Nazi Punks Fuck Off" des Dead Kennedys et "Victims of a Bomb Raid" d’Anti Cimex. Le combo "Cesspits" et "Inside the Torn Apart " vient achever cette excellente soirée. Les musiciens prennent ensuite quelques minutes pour discuter avec leurs fans. Cette proximité n’est finalement pas étonnante. "Practice What You Preach" comme dirait l’autre.


Mille mercis à toute l’équipe du Poche d’avoir organisé cet excellent concert, qui restera longtemps dans les mémoires. Avec des ingrédients indispensables: de la sueur, de la violence et de l'euphorie. Au plaisir de revenir dans ce lieu pour écouter d’autres brutes et vivre d'autres superbes moments.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7