CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
le 13 janvier 2008




SETLIST

Intro
Willow man
Another Empty Haven
Dance of descent
Utopia Fragmented
Empty Haven
Strife for definition
E.Y.E

AFFILIÉ

Wastefall
Paris - Hard Rock Café
(13 janvier 2007)

03 mars 2007 - Paris - Elysée Montmartre


Wastefall_Paris_-_Elysee_Montmartre_20070303

Au cas où vous n'auriez pas remarqué, sur Éternels on aime bien Wastefall... et quand on aime bien un groupe on le soutient le plus possible, logique. Le groupe de prog-metal grec ayant la chance de pouvoir défendre son excellent Self-Exile (chronique ici) en ouverture de Pain Of Salvation sur leur tournée européenne, il aurait été dommage de ne pas aller constater de visu ce que tout ça pouvait donner...

La performance de Wastefall sera malheureusement en partie gâchée par un fâcheux problème : le son est mauvais. Le groupe n'a pas son ingé-son personnel aux manettes et le rendu est brouillon, particulièrement surchargé en basses et les deux guitares ne sont pas du tout équilibrées... si celle d'Alex Katsiyiannis reste audible ce n'est pas le cas de celle de Domenik Papaemmanouil qui vient de très loin. Et c'est d'autant plus dommage que l'homme qu'on considérait comme chanteur avant tout affiche un niveau guitaristique plus que conséquent, ne rechignant pas à assurer certains soli de shred lui-même. Si le son est mauvais il est aussi inégal selon l'endroit où on se trouve : certains membres du public me diront après le concert ne pas avoir entendu le clavier alors que la première réaction d'autres sera de complimenter les talents du claviériste! En tous cas il y a un musicien qui fait clairement l'unanimité : Domenik et son chant possédé, techniquement supérieur à celui de Gildenlöw qui le suivra. L'homme bénéficie même d'un groupe de fans rien qu'à lui au premier rang qui l'acclament à chaque montée en puissance, et c'est mérité.

Première partie oblige, les Wastefall jouent peu de temps et décident de tout axer sur Self-Exile : un seul titre de Soulrain 21 sera joué ("Empty Haven"), ce qui est compréhensible mais dommage au vu de la qualité de l'album. Wastefall confirme en tous cas son statut de groupe très heavy, et les rythmiques lourdes et syncopées font headbanguer la frange métalleuse de la foule. Le joyau "Dance Of Descent" reçoit très logiquement un accueil enthousiaste, et les différents breaks et coupures des titres sont bien reproduites, malgré la difficulté à discerner le tout à cause du son. Les musiciens jouent tous très bien mais on constate vite que le batteur a simplifié les parties si alambiquées de Self Exile et si son jeu plus sobre est toujours efficace, il ne dégage plus cette folie furieuse qui magnifiait les compos. Le groupe joue pour la première fois "Strife For Definition" et s'en sort très bien, et le final sur le presque thrash "E.Y.E" laisse la foule satisfaite. Les impressions glanées après le concert sont positives en majorité : malgré le handicap du son, Wastefall a su convaincre.


Wastefall a donc fait preuve d'une maîtrise assez respectable pour un groupe qui n'en est après tout qu'à sa première tournée internationale. Malgré un son (et des lights) très en dessous de la moyenne la formation grecque a su démontrer que son métal prog passe le cap du live, et surtout que la comparaison permanente avec Pain Of Salvation est quelque peu sans objet : les deux groupes ne pratiquent pas la même musique, ne jouent pas dans la même cour (le manque d'expérience de Wastefall est flagrant) et au final se ressemblent peu. À aller revoir en espérant que le son sera meilleur la prochaine fois!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3