Riverside

Entretien avec Mariusz Duda, chanteur - le 26 septembre 2007

1
Blackmore

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Riverside_20070926

Riverside est un groupe de prog qui commence à faire beaucoup parler de lui, et Rapid Eye Movement (chronique ici) est un album solide qui clôt une trilogie ambitieuse. Comme tout musicien de prog à qui on demande de parler de son concept Mariusz Duda ne s'est pas fait prier, et a saisi au vol l'occasion de nous raconter les détails et les subtilités de son oeuvre. Entretien avec un musicien calme et posé, au discours fouillé mais toujours accessible.


Cosmic Camel Clash : L'album précédent Second Life Syndrome a été bien accueilli, mais également critiqué car un peu trop proche d'Out Of Myself stylistiquement parlant. Rapid Eye Movement semble être plus expérimental... est-ce en réaction auxdites critiques ?
Mariusz Duda : Mmmh... Nous sommes assez contents d'avoir réalisé un album différent de Second Life Syndrome et Out Of Myself. Bien sûr il s'agit d'un trilogie donc beaucoup de détails musicaux ou textuels sont similaires... comme les titres composés de trois mots ou le fait qu'il y ait neuf chansons par exemple. La différence principale est que nous avons eu plus de temps à accorder à la production qui est meilleure que celle des deux albums d'avant, et aussi plus de temps pour expérimenter. Nous sommes donc très heureux d'avoir pu nous détacher de nos deux premiers albums tout en restant dans l'humeur propre à la Reality Dream Trilogy, et également de l'avoir finie sans que notre niveau ne baisse en cours de route.
Photo


Cosmic Camel Clash : Peux-tu nous parler plus de cette trilogie et du concept qu'il y a derrière?
Mariusz Duda : Cette Reality Dream Trilogy traite du la qûete de soi via la solitude. L'idée est apparue après Out Of Myself : j'ai eu envie de faire deux albums supplémentaires à propos de ce personnage principal.Nous avons voulu présenter trois aspects musicaux différents, trois humeurs différentes au sein d'une même histoire. Dès le début j'ai voulu écrire des paroles laissant beaucoup de place à l'interprétation de chacun. Je voulais créer un genre de réflexion musicale, un peu comme dans les films de David Lynch. Sur chaque album le personnage principal change et dans cette dernière partie il découvre qu'il a fait quelque chose de mal dans le passé et il décide de créer un être imaginaire dans son esprit et de se réfugier dans l'abri qu'il occupait dans Out Of Myself. Ca parle aussi de notre dualité car comme on peut le voir sur la pochette le héros a deux visages, et l'album est divisée en deux parties : Fearless et Fearland. La partie Fearless est focalisée sur le monde extérieur du héros, la façade qu'il présente au monde : il y est plus fort, il se bat, il crie. La partie Fearland traite de son monde intérieur et est plus calme, plus intime, il y a pus d'espace. Quand on lit les paroles de "Schizophrenic Prayer", la première partie traite du fait que personne n'est jamais comme il donne l'impression d'être, que rien n'est ce qu'il semble. On ne sait jamais si ce qui se passe est réel ou si c'est en train de se produire dans notre esprit durant notre sommeil paradoxal (ndCCC : ou rapid eye movement stage, le moment où l'on rêve).

PhotoCosmic Camel Clash : Il paraît que la chanson "02 Panic Room" est inspirée de la série de jeux vidéo Silent Hill...
Mariusz Duda : Oui, j'ai repris une idée de Silent Hill 4, le chiffre 302 que j'utilise dans le refrain. Dans ce jeu vidéo il y a cette pièce dans laquelle on est enfermé. On ne peut pas en sortir et personne n'entend quand on appelle à l'aide. Donc on est pris au piège, mais cette pièce est aussi un abri : depuis cette pièce on peut accéder à d'autres mondes cauchemardesques peuplés de monstres, mais qui ne viennent pas dans la pièce. C'est donc à la fois une prison et un abri, et cette idée m'a beaucoup plu, d'où le fait que j'utilise le numéro de la chambre 302 dans la chanson.


Cosmic Camel Clash : Pour tous nos lecteurs qui ne connaissent pas du tout Riverside, peux-tu nous préciser quelles sont vos principales influences ?
Mariusz Duda : En général je réponds à cette question en disant que nous jouons une musique de contrastes. Nous alternons les titres courts et longs, violents et calmes... tout dépend de notre humeur du moment. La Reality Dream Trilogy lie joie, tristesse, murmures et cris ; ces quatre mots résument notre musique très bien je trouve. Nous sommes inspirés par tous les types de musique, de l'electro au death metal. Et en plus de la musique il y a beaucoup de livres qui nous inspirent, comme les jeux vidéo d'ailleurs (rires). Nous utilisons tous ce qui renferme ce genre de contrastes qui sont au coeur de notre musique.

Cosmic Camel Clash : Tu as travaillé avec un autre groupe, Indukti. Penses-tu que Riverside et Indukti vont collaborer à l'avenir, et penses-tu organiser des tournées communes un jour ?
Mariusz Duda : Je ne suis pas sûr. Il y a une différence entre les deux groupes : déjà Indukti fait de la musique plus joyeuse, mais surtout les membres du groupe ont tous une famille donc je ne sais pas si une tournée serait possible. Dans Riverside nous sommes devenus des musiciens professionnels : nous avons quitté nos jobs pour nous concentrer sur Riverside, ce qui est un risque certain. Mais je me souviens à quel point ça a été cool d'être sur le premier album d'Indukti, et j'espère nous aurons la chance de collaborer à nouveau. Ce sera sûrement différent car je compte sortir mon album solo avant, et je pense travailler avec le batteur d'Indukti dessus. D'une certaine manière nous serons toujours ensemble.

Cosmic Camel Clash : Tu as Indukti pour exprimer le côté plus joyeux, Riverside pour exprimer les contrastes que tu as mentionné... que veux-tu exprimer dans ton album solo qui n'aurait pas sa place dans les deux projets susnommés ?

Mariusz Duda : Disons que je me considère comme un artiste, pas comme quelqu'un qui fait un travail dans son bureau... et j'ai plusieurs idées concernant des atmosphères qui ne colleraient pas avec Riverside. Je ne veux pas faire la même chose qu'avec eux, sinon Riverside serait mon projet solo. Je pense que quand un artiste sort un album solo il doit faire quelque chose d'autre que dans son groupe d'origine, sinon c'est stupide. Ca sera sûrement plus axé sur mon intimité, et probablement plus oriental, plus trance voire plus psychédélique. Je n'ai pas encore décidé, nous verrons.

Cosmic Camel Clash : Parlons de la Pologne en général : ce pays a toujours été actif au niveau de la musique progressive, avec des groupes établis comme Abraxas ou Satellite. Aujourd'hui la scène semble encore plus active, avec Riverside, Indukti ou Believe. D'où vient ce goût polonais pour le prog d'après toi?
Mariusz Duda : Je pense que nous aimons juste ce genre de trucs (rires). Il y a beaucoup de gens qui ont pu voir Genesis ou Peter Gabriel en concert, et nous avons eu de grands artistes dans le passé. Aujourd'hui beaucoup de choses ont bougé grâce à Riverside, car quand nous avons commencé il y a cinq ans nous étions face à un vide... les groupes comme Abraxa ou Quidam étaient actifs il y a dix ans. Ils étaient célèbres, mais surtout en Europe, dans des pays qui aimaient déjà le prog à la base. Quelque chose est arrivé dans la scène progressive suite à notre succès - si j'ose dire - car nous avons ouvert plus de portes que prévu. Nous n'avons pas participé qu'à des festivals réservés à la musique progressive : nous l'avons fait, mais pas seulement. Nous avons tourné cette année avec Dream Theater qui est effectivement un groupe de prog, mais nous avons aussi joué aux Monsters Of Rock en Espagne le même jour que Slayer et Motörhead. Pour répondre à ta question les gens aiment ce genre de musique chez nous et il y a de bonnes chances que d'autres groupes deviennent connus bientôt. Nous ouvrons des portes, et peut-être que la scène prog polonaise sera encore meilleure dans quelques années. Qui sait ?
Photo


Cosmic Camel Clash : Vous avez maintenant sorti trois albums, et vos pochettes ont toujours été superbes. Combien de temps cela vous prend-il de concevoir une pochette ?
Mariusz Duda : Toutes nos pochettes ont été réalisées par Travis Smith, qui a réalisé des pochettes pour Opeth, Anathema, Katatonia et Devin Townsend, etc. Quand nous avons décroché une distribution étrangère pour Out Of Myself c'était à une condition : nous devions changer notre artwork car le visuel polonais est assez différent. Nous avons vu le travail de Travis Smith et nous lui avons dit «Nous faisons une trilogie et il faut que tu en illustres chaque volet.», c'est comme ça que nous avons eu ces pochettes pour Second Life Syndrome et Rapid Eye Movement. C'est un grand artiste : je lui ai envoyé quelques détails concernant ce qui devait apparaître et il en a tiré ça. Et maintenant notre trilogie est finie et c'est cool (rires).

Cosmic Camel Clash : A-t-il pu écouter votre musique et s'en inspirer pour le visuel ?
Mariusz Duda : J'espère (rires) !! Je ne sais pas, car je lui ai effectivement envoyé quelques mp3 mais nous étions en studio alors quil réalisait la pochette, donc tout s'est passé plus ou moins en même temps.

PhotoCosmic Camel Clash : Imaginons que tu aies une minute pour convaincre quelqu'un d'acheter Rapid Eye Movement. A toi !
Mariusz Duda : Ok. Rapid Eye Movement est la fin d'un trilogie, mais c'est aussi la meilleure carte de visite pour définir notre style. Il est très difficile de trouver son propre style quand on est un jeune groupe. Nous avions déjà des idées sur nos deux premiers albums, mais sur le troisième nous avons vraiment trouvé notre propre style. La production est également la meilleure, et je suis très content des paroles. Il s'agit de ce genre de musique progressive qui n'est pas seulement prog mais ouvre aussi des portes et je sais qu'on n'a pas besoin d'être fan de rock prog pour aimer Rapid Eye Movement. Et sur l'édition limitée il y a un deuxième cd avec trente-cinq minutes de musique en plus, les b-sides du single 02 Panic Room qui est sorti en Pologne.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6