Vintersea

Entretien avec Avienne Low-Kiuttu (chant) et Riley Nix (guitare) - le 27 décembre 2019

100
Merci foule fête

Une interview de




Vintersea_20191227

Avant la parution de leur second LP intitulé Illuminated, les Américains du Pacifique Nord-Ouest de Vintersea jusqu'alors en autoproduction étaient peu connus - euphémisme - sur le Vieux Continent. Mais ça, c'était avant. Avant que ne sorte l'un des albums les plus marquants de l'année 2019. Il fallait impérativement en savoir plus sur cette troupe de jeunes gens ambitieux et réactifs.

MFF: Bonjour et merci d'avoir accepté de répondre à ces quelques questions ! Avant Vintersea, le groupe s'appelait Âsterión. Pourquoi avoir opéré ce changement de nom et que signifie « Vintersea » ?

Riley: Quand nous avons commencé à faire de la musique ensemble, nous avions choisi d'aller dans une direction progressive très moderne, avec beaucoup de synthés atmosphériques et de thèmes cosmiques. Âsterión est le mot grec pour « étoilé », et le premier EP paru sous ce nom s'appelait Constellations. En fin de compte, nous avons réalisé que nous étions attirés par des sonorités black metal mélodiques plus sombres, fortement influencées par la nature. « Vintersea » est un mot-valise composé à partir de « winter » et « sea », représentant le puissant et glacial Océan Pacifique qui borde notre État d'origine [ndlr : l'Oregon].

MFF: Vous brassez plusieurs styles musicaux – metal progressif, black metal, death metal, notamment - avec une aisance de plus en plus affirmée au fil des enregistrements: comment jugez-vous votre évolution entre votre premier LP, The Gravity of Fall et son successeur, l'impressionnant Illuminated ? Avez-vous aujourd’hui la conviction d’avoir trouvé votre propre voie ?

Riley: Nous sommes très fiers de The Gravity of Fall, néanmoins cet album s'apparentait à un exercice visant à trouver notre son. Ce ne fut qu'une fois achevés le processus d'enregistrement et la production que nous avons commencé à réaliser ce qui fonctionnait le mieux avec notre son. Quand nous avons commencé à travailler sur Illuminated, nous avions une idée beaucoup plus claire de ce à quoi devait ressembler le produit fini. Au lieu d'écrire des chansons dans un format linéaire « section prog, section black metal, section death metal », nous les avons toutes empilées les unes sur les autres. Ainsi nous nous répétons moins tout en essayant de resserrer notre style. Nous faisons toujours en sorte de nous améliorer et apprendre de nos erreurs, cependant nous pensons que nous avons atteint un vrai rythme avec Illuminated.

MFF: Sur Illuminated, vous proposez une superbe chanson de metal symphonique - "Fiery Tongue" - dépourvue de grandiloquence : avez-vous conscience d'avoir réalisé un véritable exploit et pensez-vous continuer à écrire d'autres morceaux dans ce style ?

Riley: Merci pour ces paroles sympathiques, il semble que vous ayez compris où nous voulions en venir ! Nous sommes inspirés par quantité de musiciens incroyables issus de tous les horizons musicaux, y compris le metal symphonique et nous aimons incorporer ce que nous préférons de chacun d'entre eux dans notre son unique. Si nous pouvons trouver des moyens d'inclure naturellement des éléments symphoniques dans nos prochaines productions, soyez sûrs que nous le ferons !

MFF: Contrairement à vos concitoyens d’Agalloch, vous ne semblez pas influencés par la scène folk de Portland - Laura Veirs, Blitzen Trapper, Blind Pilot, le regretté Elliot Smith... Pensez-vous inclure davantage de parties acoustiques dans vos compositions à l’avenir ou cet élément musical est-il définitivement incompatible avec Vintersea ?

Riley: La majeure partie de notre musique est constituée de couches épaisses et de murs du son luxuriants et écrasants qui ne laissent que peu de place aux séquences acoustiques. Cela étant dit, nous aimons les nuances et essayons d'inclure toute la gamme du doux à l'intense dans nos albums. Il y a quelques guitares acoustiques sur Illuminated – sur les titres "Crack of Light" et "Spawn Awakening". En fin de compte, nous utilisons les instruments qui servent le mieux la chanson, et nous ne nous interdisons rien.

MFF: Vous venez de Portland, une grande ville du Nord-Ouest des États-Unis située à proximité d’immenses forêts, de nombreux fjords, de hautes montagnes et du plus vaste océan de la planète: dans quelle mesure cet environnement foisonnant a-t-il influencé l’écriture des paroles et l’ambiance si particulière de vos morceaux ?

Riley: Selon nous, il est impossible de vivre ici sans être influencé par la nature qui nous entoure. Notre ville est surplombée par l'une des plus grandes chaînes de montagnes du monde et des centaines de kilomètres de forêts sont accessibles à une heure de route, toutes directions confondues. Toutefois, nos paroles suivent un fil conducteur spécifique, de sorte que l'environnement a un impact probablement plus important sur l'atmosphère et l'instrumentation de notre musique – les samples, notamment - que sur les paroles. En effet, nos deux LP sont des albums conceptuels - Avienne a produit une vidéo en direct sur Facebook dans laquelle elle détaille l'histoire. Essentiellement, celle-ci se déroule dans un avenir lointain, à la suite d'un événement apocalyptique, alors que l'humanité émerge d'un système protecteur et virtuel afin de découvrir le monde réel - pour le meilleur et pour le pire.

Photo_1_h_w

MFF: La scène metal/ hard rock de Portland n'a pas la même « aura », en Europe tout du moins, que celle de Seattle (Queensrÿche, Metal Church, Sanctuary, Alice in Chains et... Jimi Hendrix, bien sûr – ai-je oublié un autre nom fameux ?) : est-il facile de monter un groupe de heavy metal à Portland, de s'y produire en concert, d'y rencontrer des gens importants du business musical ?

Riley: Portland est une ville incroyable pour le metal ! Il y a beaucoup de super groupes avec lesquels nous avons eu l'opportunité de jouer et d'excellents promoteurs s'activent dans le milieu. Bien sûr, il y a toujours des obstacles, quelque soit la scène musicale, mais nous sommes reconnaissants d'avoir le soutien de notre scène locale et d'avoir rencontré des gens formidables sur notre route.

MFF: Comment avez-vous convaincu Xenoyr (Ne Obliviscaris) d'illustrer la pochette d'Illuminated ?

Riley: Il n'a pas fallu le convaincre longtemps ! Nous avons eu l'opportunité d'ouvrir pour Ne Obliviscaris vers la fin de leur tournée nord-américaine en 2018 en support de leur magnifique album Urn. Nous avons rencontré quelques-uns de leurs membres, dont Xenoyr lui-même. Nous avons développé une bonne relation avec lui et lui avons demandé de contribuer à l'artwork de notre album, ce qu'il a facilement accepté ! Nous sommes de grands fans de son style et de sa musique, et nous sommes honorés de l'avoir impliqué dans Illuminated.

Photo_2_h_w

MFF: Avienne, j'ai lu que tu n'avais pas suivi de cours de chant: quand as-tu pris conscience de tes capacités vocales ? Quel est ton secret pour alterner la puissance de tes parties hurlées et la délicatesse de ton registre apaisé ?

Avienne: J'ai toujours chanté, aussi loin que je me souvienne ! J'ai probablement appris à chanter avant de pouvoir parler. J'ai pris la chose plus au sérieux quand j'avais onze ans : je chantais devant mes amis et ma famille ou même en public, et les gens s'arrêtaient pour m'écouter chanter. C’est là que j’ai réalisé que j’avais quelque chose de spécial à partager.
Il y a beaucoup de manières de procéder pour passer du chant saturé au chant clair et vice versa. Mon « secret » est d'être constamment consciente de ma technique tout en gardant à l'esprit le message de chaque chanson. Ce n'est peut-être pas une technique super originale, mais ça marche!

MFF: Vos vidéos les plus récentes sont très sensuelles, Avienne y étant particulièrement mise en avant : ne craignez-vous pas que ce visuel accrocheur, plus habituel chez les formations de metal gothique/ symphonique « à chanteuse », provoque un décalage avec les thèmes assez sombres de vos chansons ?

Avienne: Notre musique et notre esthétique sont faites de contrastes, ce qui éclaire nos choix concernant les clips et la direction artistique. Les idées de lumière, d'espoir et d'humanité face à l'obscurité oppressante nous parlent et nous ne voulons jamais les perdre de vue. La sensualité et la beauté font partie de l'être humain, et nous ne nous limiterons jamais à faire ce que font tous les autres dans notre style.

Photo_3_h_w

MFF: Est-il facile de retranscrire l’apparente complexité de vos morceaux en concert ? Avez-vous besoin de les adapter spécifiquement pour la scène ou ont-ils été conçus dès le départ pour être joués en public ?

Riley: Être en mesure de reproduire fidèlement nos morceaux sur scène est extrêmement important pour nous, et nous avons élaboré notre performance live afin de pouvoir offrir une expérience complète à chaque concert. Cela n'est pas forcément facile, mais c'est important, et nous pensons que cela permet à nos fans de vivre une expérience unique et implacable !

MFF: Vous avez donné peu de concerts hors de l'Oregon jusqu'à présent : avez-vous des projets de tournées et peut-on espérer vous voir en Europe prochainement ?

Riley: Nous prévoyons actuellement une tournée régionale en 2020, mais nous ne pouvons donner aucun détail pour le moment. Tourner en Europe constitue l'une de nos principales priorités pour l'année à venir, et nous avons hâte de rencontrer tous nos incroyables fans à travers l'Europe ! Nous avons reçu un très fort soutien depuis votre continent et cela compte énormément pour nous.

Photo_4_h_w

MFF: Quelle chanson d'Illuminated aimez-vous le plus jouer en live ?

Riley: "Crack of Light". Le public réagit d'une façon incroyable à cette chanson, il y a de superbes sections de chant et elle a une énergie incroyable à laquelle les gens sont sensibles.

MFF: Avec quels groupes souhaiteriez-vous partager la scène ?

Riley: Il y en a tellement ! Les premiers qui me viennent à l'esprit sont Ne Obliviscaris, Devin Townsend, Ihsahn et Rivers of Nihil.

MFF: Y-a-t-il des reprises que vous aimeriez jouer en concert ?

Riley: Nous nous concentrons sur nos propres morceaux et n'avons jamais vraiment envisagé de jouer des reprises.

MFF: Que peut-on attendre de Vintersea en 2020 ?

Riley: 2020 va être une année très excitante pour Vintersea. Comme nous l'avons mentionné, nous allons certainement entreprendre au moins une tournée avec de grands amis - vous serez probablement ravis de nous voir tous ensemble sur la même affiche. En parallèle, nous avons quelques clips musicaux et d'autres surprises en préparation, alors continuez à scruter nos pages en ligne ! Votre soutien signifie tout pour nous et nous l'apprécions plus que vous ne le pensez ! Bonne année !

Photo_6_h_w


Un grand merci à Tabris et Painlesslady, aka The Sistahs of Steel, pour leur aide précieuse dans la préparation de cette interview.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5