Dreamer Fest

Entretien avec Nick - le 01 mai 2019

124
Shamash

Une interview de




Dreamer_Fest_20190501

Encore un fest metal dans le Nord de la France ? Eh bien oui! Aujourd'hui, c'est au tour du Dreamer Fest de passer sous le grill et de répondre à nos interrogations. Amateurs de brutalité, voici tout ce que vous devez savoir avant la tenue de l'événement! 

Shamash: Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous nous présenter votre association (nombre de membres, activités, historique, etc.) ? Qui se charge de quoi exactement ?

Nick: L'association Dreamer Fest organise chaque année le Dreamer Fest depuis 2016, un festival Metal basé à Saint-Omer (62). Nous sommes vingt-cinq bénévoles dans l'association. Avec Eddy le président, Lucie notre secrétaire, Vincent responsable technique, Olivier à la comptabilité.  Flo est à la programmation, Emil est responsable sponsors, Axel est responsable VIP et toujours un excellent conseiller et moi (Nick), je suis responsable communication et gestionnaire du Dreamer Village.
Nos autres bénévoles agissent principalement le jour J ou en amont dans l'ombre. Par exemple, Matthieu, cuisinier de métier, va régaler les musiciens dans les coulisses, ou alors Mickaël et Pierre, qui sont respectivement graphiste et Webmaster. Tous ont un poste et un rôle à jouer le jour du festival et c'est grâce à eux qu'il est possible d'accueillir les festivaliers dans de bonnes conditions.

Photo_1_h_w

Shamash: Le Dreamer Fest en est à sa quatrième édition. Pouvez-vous nous faire un historique ?

Nick: On peut dire que l’idée est venue d’une bande d’amis au Dream’s (café de Saint-Omer) qui en avait assez de ne pas être dans la capacité de faire jouer tous les groupes qu’elle souhaitait… Alors, on a décidé d’organiser un festival ! La ville de Saint-Omer a accepté de nous prêter la salle Vauban et l'aventure a commencé.

Photo_2_h_w

La première édition s’est déroulée sur deux jours avec une affiche éclectique et uniquement des groupes de la région. Ça a été un succès et il a été décidé de faire une édition suivante. Pour le Dreamer Fest 2, Benighted a répondu présent, ce qui a donné un rayonnement plus important au festival, qui se tenait toujours sur deux jours. Le public a répondu présent et le Dreamer Fest a commencé à prendre de l’ampleur. Pour la troisième édition, nous avons voulu faire ça sur trois jours : d’abord, des soirées d'ouverture au Dream's de Saint Omer et à Lille avec des concerts, enchainées avec deux autres jours de Dreamer Fest 3. Il y avait Gorod, Carcariass, Mercyless, Atlantis Chronicles ou encore Frakasm, pour ne citer qu'eux. Une affiche ambitieuse mais très coûteuse pour nous. Et n'ayant pas de camping, il était difficile de remplir la salle deux jours de suite. Saint Omer est une petite ville et les gens viennent parfois de loin.

Shamash: Votre festival présente une affiche très brutale cette année. Pouvez-vous nous l’expliquer ? Qui se charge de la programmation ?

Nick: À travers les années, nous avons constaté que c'est le brutal death qui faisait un carton au Dreamer Fest. Encore aujourd'hui, Benighted reste notre plus grand succès. Notre programmateur Flo est justement un véritable spécialiste du style et il a réussi le tour de maître de programmer Cryptopsy, Sinister et Ingested. Dans l'esprit du Dreamer, il a aussi souhaité mettre en valeur des groupes régionaux.

Shamash: Quel est votre meilleur souvenir à ce jour concernant le festival ? Votre plus mauvais ?

Nick: J'en ai deux : la découverte en live de The Lumberjack Feedback, une baffe musicale pour moi. D'ailleurs ils viennent de sortir un nouvel album. Et quand Benighted a fait monter le public sur la scène. Une image impressionnante.

Photo_3_h_w

Le plus mauvais, c'est l'année dernière : malheureusement Seb, chanteur du groupe The Great Divide, s'est blessé au talon d'Achille sur scène ce qui l'a privé de mobilité de nombreux mois. Nous en sommes navrés. Malgré tout, il a continué à chanter quelques-instants ce qui était très courageux. Heureusement il va beaucoup mieux depuis.

Shamash: Quelles sont les formations que vous adoreriez voir apparaitre sur une prochaine édition du Dreamer Fest ?

Nick: De nombreuses formations. Le programmateur me souffle Napalm Death, Cannibal Corpse et Morbid Angel.

Shamash: Comment une association comme la vôtre parvient-elle à organiser un tel événement ? Avez-vous déjà rencontré des difficultés, notamment financières ? Pouvez-vous nous expliquer comment se monte un tel projet ? Qui sont vos collaborateurs/soutiens ?

Nick: C'est avant tout beaucoup de travail pendant une année. L'année se décompose en plusieurs périodes. Une recherche de partenaires et de sponsors, en parallèle de la recherche des groupes. Ensuite la communication et l'organisation générale du jour J. Nos moyens sont plus que modestes et je pense que c'est la détermination et le savoir-faire de chaque personne qui fait la différence. Le festival ayant commencé de zéro il y a quelques années et ne bénéficiant pas de grosses subventions, il a déjà été obligatoire de se serrer la ceinture pour rendre possible la croissance du festival. Heureusement, les choses vont dans le bon sens et nous parvenons à grandir d'année en année.

Photo_4_h_w

Shamash: Les Hauts de France voient de nombreux festivals metal exister. Quels sont les liens que vous entretenez avec les autres associations organisatrices ?

Nick: Nous connaissons d'autres organisateurs et les rapports sont amicaux. Nous souhaitons le meilleur aux festivals de la région, notre but est de faire plaisir aux fans et les autres festivals le font aussi.
Nous échangeons beaucoup avec l'organisation de In Theatrum Denonium, qui sont des amis de longue date.

Shamash: Pouvez-vous nous présenter les formations à l’affiche cette année ?

Nick: Le Dreamer commence cette année avec Lung of Chicken, une jeune formation locale et très prometteuse. Ils nous servent un hardcore plutôt déjanté à travers leurs textes et leurs costumes de cuisiniers.
Ensuite les Calaisiens de Breakhead vont prendre la suite pour une véritable expérience musicale qui ne vous laissera pas indemne mentalement.
Nos sympathiques voisins belges de Putrid Inbred vont mettre à l'honneur le death à l'ancienne.
Il va falloir être en forme car Morpain promet un show extrêmement énergique qui va définitivement faire trembler les murs, avec son hardcore brutal.
Notre groupe star de Saint Omer, Balance of Terror, débarque avec de nouvelles compositions de Brutal Death. J'ai eu la chance d'avoir une avant-première et je peux vous assurer que les morceaux sont aussi bons que ceux du dernier album, voire meilleurs.
Les Lillois de Darkall Slaves vont nous montrer pourquoi ils sont l'un des rares groupes locaux à avoir joué partout dans le monde. Nous sommes fiers de présenter un groupe local de ce calibre.
Ingested va mettre un énorme coup de fouet à la salle pour une ambiance toujours plus folle.
Je pense ne pas avoir besoin de présenter Sinister. Trente ans de carrière et pour ces légendes du death metal.
Enfin Cryptopsy. Un death metal aussi bien brutal que technique. Flo Mounier est par ailleurs considéré par certains comme le meilleur batteur au monde. Venez le constater de vos propres yeux.

Photo_5_h_w


Shamash: Quels sont les disques et concerts les plus marquants de l’année passée ? Quelles sont vos attentes en la matière pour 2019 ?

Nick: C'est difficile de choisir quelques disques, alors je vais essayer de représenter quelques styles :
Amorphis – Queen of Time ; Judas Priest - Firepower et Benighted - Dogs Always Bite Harder Than Their Master. Pour les concerts j'ai fait une bonne découverte avec le groupe Brutus. Ça reste ma belle surprise de l'année. J'attends de voir les fans faire vivre le metal et sortir de chez eux. C'est à mon sens, le plus important pour la scène.

Shamash: Je vous laisse le mot de la fin

Nick: Nous avons la chance d'avoir une région relativement dynamique en termes de concerts. De nombreux festivals commencent à grandir dans la région. Je pense qu'il faut nous soutenir et les soutenir en y participant. La scène locale a besoin de fans pour vivre, alors je demande aux amateurs de jouer le jeu et de participer aux événements de la région pour les voir grandir et s'installer durablement dans le paysage metal en France.

Finalement la plupart des festivals sont à but non lucratif et si les organisateurs se bougent, c'est pour vous faire plaisir à tous. Autant en profiter et VOUS faire plaisir !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4