Alcest

Entretien avec Neige (chant+guitare), Winterhalter (batterie) - le 16 août 2015

99
Droom

67
Silverbard

Une interview de




Alcest_20150816

Petit retour quelques mois en arrière sous le soleil breton du Motocultor, où nous avons pu nous entretenir avec Neige et Winterhalter, le noyau dur d'Alcest. Les Français reviennent avec nous sur leur dernier album en date, leur prestation du jour et développent un peu le futur du groupe !

Droom: Le Motocultor est un festival très metal. Au vu de votre musique, est-ce que ça s'est bien passé pour vous ?

Winterhalter: Oui c'était excellent ! On était vraiment content de jouer aujourd'hui en Bretagne. En fait, on est toujours très content de jouer en France car on n'a pas souvent l'occasion en dehors de Paris. De plus, le Motocultor est un très bon festival et ça fait vraiment plaisir que constater que des gens se bougent le cul pour ça.

Droom: Comment as-tu trouvé la réaction du public ? A vrai dire, j'étais au premier rang donc pas très bien placé pour constater ? (sourire)

Winterhalter: La réaction du public était très bonne, j'ai été agréablement surpris ! Niveau setlist, on a mixé un peu de tout...

Droom: Oui, pas beaucoup de titres de Shelter d'ailleurs !

Winterhalter: Oui c'est vrai, on n'a gardé qu'un seul morceau, le dernier. Normalement on joue aussi l'"Eveil Des Muses" et "Opale". Mais on n'avait que 45 minutes de jeu et comme les titres sont longs, on a préféré faire un medley de tous les albums pour que les gens qui ne connaissent pas le groupe aient rapidement un bon aperçu de notre discographie.

Droom: Donc un bon concert ?

Winterhalter: Oui un très bon concert aidé par une super équipe. Les bénévoles et l'équipe technique se sont montrés super pros. Il y avait une bonne organisation. Beaucoup de gens qui sont venus... Et qui sont restés surtout, tu sais comment ça marche en festival... (sourire)

Photo_1_337h_600w

Droom: La prochaine est une question que je me pose souvent. Alcest fait de la musique très « lumineuse » mais reste affilié au metal quand même, ce qui n'est pas commun. Il y a peu de groupes de metal qui revendiquent une musique « lumineuse » : Deafheaven un peu, ou encore Anathema, bien qu'ils se sont éloignés du metal aujourd'hui. J'ai en fait une double question: est-ce que ça serait bien d'avoir plus de lumière dans le metal ? Et est-ce que ce n'est pas plus difficile de faire des axes lumineux face à un public et une scène metal ?

Winterhalter: Ça dépend... Tu peux avoir des points de vue différents. Si tu écoutes du heavy metal, les paroles sont en général assez lumineuses. Dans un sens, les thèmes de combat ou de conquête relèvent d'un registre positif. Tu as aussi des groupes qui, comme Sepultura ou Rage Against The Machine à l'époque, avaient des paroles engagées politiquement mais qui étaient en un sens lumineuses car porteuses d'espoir. Mais je trouve que même dans des styles de metal assez durs, tu trouves toujours des parties lumineuses. Si tu fais toujours quelque chose de sombre, fatalement sans contrepoids tu n'as plus de nuances ni de dynamique, et donc plus rien. Plus globalement, je pense que la scène metal commence à s'équilibrer sur ce sujet, car elle est plus ouverte que ce que la plupart des gens pensent. Je pense qu'il y a un vrai public pour des groupes comme Deafheaven ou Alcest, qui sont « metal » dans un sens, sans du tout l'être dans l'autre. Il y a tellement d'incrustation de styles différents aujourd'hui dans le metal : tu peux trouver de l'electro, de l'indus... Le genre est de plus en plus éclectique, tu as de moins en moins de cloisons. Quand tu regardes les genres traditionnels : heavy, thrash, black et death (pour faire court), tu peux constater de nos jours que tout se mélange de plus en plus et que les anciennes frontières sont de moins en moins hermétiques. Et tant mieux, car le style n'aurait pas autant évolué sans ça. Par ailleurs, tu avais autrefois beaucoup de gens en dehors de la scène qui étaient effrayés par l'image du metal extrême, l'image retranscrite par les médias etc, et je pense que les gens sont également plus ouvert par rapport à ça, qu'il peut y avoir des choses intéressantes à écouter. Tu as même des gens du rock qui écoutent du metal maintenant ! Des passerelles se font, quand je vois notre dernier album, tu as des gens du public rock qui ont pu nous découvrir ainsi.

Droom: Je confirme, pour l'avoir offert à quinze personnes ! (rires)

Winterhalter: Oui voilà tu vois...

Photo_2_325h_600w

Droom: Une question plus générique: Alcest était à la base un projet très proche de Neige...

Winterhalter: C'était même solo ! C'est son projet, son bébé.

Droom: Oui voilà, c'est très intime, personnel, fondé sur les visions etc... Je ne reviens pas là dessus, vous en avez déjà beaucoup parlé par le passé. Ma question est : comment se passe Alcest devenu adulte ? Vous n'êtes plus des petits nouveaux sur la scène, loin de là d'ailleurs... Comment garder la flamme ?

Winterhalter : Alors... Je pense que Neige a depuis le début toujours eu la même optique, la même direction (NdlR : One Direction n'est-ce pas ?). On essaie de rester honnêtes et intègres comme tu as pu le constater aujourd'hui sur scène. On n'arrive pas comme si c'était la fête quoi ! On est bien sûr très content d'être là, mais on est avant tout concentrés sur la musique et les émotions. On essaie vraiment de faire partager quelque chose. C'est notre priorité à tous. Le but premier d'Alcest était pour Neige de pouvoir réexprimer des choses qu'il avait vu ou vécu, qu'il avait ressenti en les transcrivant en musique. On essaie toujours de faire ça, peut-être de façon différente selon les albums et en utilisant des outils différents justement pour ne pas se répéter.

Droom : Neige, comme tu nous a rejoins, j'avais une question plus personnelle à te poser. J'ai vu que tu participais à l'album de C R O W N, que je n'ai pas encore écouté...

Neige: En effet, je suis en guest sur deux morceaux.

Droom: Comment ça s'est passé quand tu as découvert, sachant que ça n'est pas très connu.

Neige: En fait c'est notre ingé son. C'est le groupe d'un de nos ingés son. On a joué à Colmar avec eux il y a deux ans et c'est vraiment super ce qu'ils font et ils méritent d'être plus connus.

Droom: Aucun problème pour rallier les deux univers ? Plus lumineux d'Alcest et plus sombre de leur côté ?

Neige: C'est pas vraiment la même chose. Eux, c'est plutôt Neurosis et Godflesh, nous ce n'est rien de tout ça. Mais bon, Stéphane aime aussi beaucoup Alcest...

Droom: Alliance très naturelle donc ?

Neige: Oui, on peut dire ça.

Photo_3_400h_600w

Droom: On va revenir sur Shelter. J'avais noté, mais je n'ai plus la source désolé, que c'était un peu un album « vacances ».

Neige: Oui tout à fait ! C'était quelque chose que j'avais besoin de faire en fait, pas vraiment ce qu'attendait le public... Mais il fallait que ce soit fait et on l'a fait.

Droom: Ça fait maintenant un an qu'il est sorti, les retours ont-ils été bons dans l'ensemble ?

Neige: Ils ont été bons mais mitigés. Mitigés pour les metalleux bien sûr comme il n'y a pas de metal dedans.

Winterhalter: Peut-être une incompréhension...

Neige: Non, mais en même temps si tu écoutes du metal, que tu achètes un disque qui n'est pas du metal et que tu n'es pas très ouvert... Et puis notre style est particulier. Ce n'est pas comme un groupe de metal à la Opeth qui reste technique et tout... C'est un album qui est lumineux, simple et positif. Et ça, ça ne parle pas aux metalleux. C'est surtout un album fragile, où je me mets à nu et ça en général vis-à-vis du public metal, ça ne passe pas. T'as le droit de ne pas faire du metal, prends par exemple Solstafir, ce n'est pas du metal, mais eux ce sont des cowboys, des durs. Mais nous on est pas comme ça, moi je ne suis pas comme ça et je pense que ça s'entend dans la musique.

Tabris: C'était aussi une prise de risque aussi quelque part ?

Neige: Oui c'était une prise de risque, on l'a prise et ça s'est passé comme ça s'est passé.

Photo_4_600h_476w

Droom: Je te cite à nouveau. Dans une interview tu avais évoqué le « prochain prochain album » à l'époque des Voyages de l’Âme. Le « prochain album » est donc sorti, c'est Shelter. Qu'en est-il du « prochain prochain » album ? Celui a venir à présent donc ?

Neige: Il est composé. Il n'y a aucun rapport avec Shelter. Ça revient à quelque chose d'assez dur, voilà...

Droom: Okay ! Il n'y avait pas forcément besoin d'en dire plus...

Neige: Non, mais il y a des côtés qui pourront rappeler Shelter, mais quand je compose un album c'est toujours en réaction au précédent. A l'époque de Souvenirs... j'avais composé Écailles de Lune, en réaction à celui-là, je voulais un album plus lunaire et plus sombre. Puis les Voyages de l’Âme était pour revenir au côté très printanier d'Alcest. Puis Shelter, et je reviens à présent à quelque chose de plus sombre.

Droom: Une question que j'improvise: dans le groupe, il n'y a que toi qui composes ?

Neige: Pour la musique oui, après pour les parties de batterie, on les fait à deux on peut dire.

Winterhalter: Oui ça fluctue quand on joue ensemble en fait. Neige arrive avec le morceau quasiment fini et le reste est un échange d'idées, on essaie des choses.

Droom: Pourquoi pas - mais là c'est juste mon imagination qui rêve - pourquoi pas un album acoustique ?

Neige: Houla non. C'est un truc de papy...

Droom: Vous avez fait des sessions acoustiques pourtant !

Neige: Ah mais là oui... Dans des magasins ou des trucs comme ça, mais un album acoustique... Il y a de suite un côté hyper sérieux, prog et tout ça... Par contre un truc ambiant, encore plus ambiant que Shelter pourquoi pas. Mais un album acoustique... Non.

Droom: J'arrive à la fin de mes questions, c'était un plaisir d'avoir pu vous parler !

Neige: Plaisir partagé !


Interview réalisée par Droom, Tabris et Merci Foule Fête
Questions par Droom
Retranscription par Silverbard



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5