TesseracT

Entretien avec James Monteith (guitare) - le 26 octobre 2014

67
Silverbard

Une interview de




TesseracT_20141026

C'est quelques heures avant le set de TesseracT au Damage Festival 2014 que nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec James, le guitariste géant du groupe britannique. L'occasion de revenir avec lui avant tout sur le retour de Daniel Tompkins derrière le micro, et de discuter à ce propos des plans pour le futur du groupe...

Silverbard : Salut ! Et bien tout d'abord, depuis votre arrivée à Paris, quelles sont tes premières impressions sur le festival ?

James : Le festival est vraiment cool, il y a plein de groupes avec lesquels nous sommes de bons amis, donc c'est sympa de tous se retrouver là ensemble à partager la scène. Par ailleurs, il y a des gars qu'on n'avait pas vu depuis une éternité ! Par exemple, les gars de Circles, ça fait un bout de temps que je ne les avais pas vus et surtout je n'avais jamais eu l'occasion de les voir en live jusqu'à présent ! Devil Sold His Soul et Monuments, je ne les avais pas vus non plus depuis plusieurs années, c'est cool. J'attends de voir After The Burial, un des meilleurs groupes de metal actuel et évidemment Textures, nous sommes tous d'énormes fans du groupe donc nous sommes tous très excités. Donc oui, c'est une bonne journée jusqu'à présent ! (sourire)

Silverbard : Nous pensons tous que Meshuggah manque aujourd'hui à l'affiche pour faire le line-up parfait !

James : Je pense que le groupe demanderait dix fois la capacité de la salle, mais oui ça aurait été très joli ! (Ndlr : ironie grossière du sort, il se produira que Meshuggah jouera effectivement au même Cabaret Sauvage deux mois plus tard !!)

Silverbard : J'ai à présent quelques questions au sujet du retour de Daniel dans le groupe. Combien de shows avez-vous fait à nouveau avec lui jusqu'à présent ?

James : On a fait ensemble trois festivals cet été, le Sonisphere et deux autres. Et là, nous sommes en tournée pour vingt-cinq dates.

Silverbard : Comment ça se passe avec Daniel à présent ?

James : Super. Les choses sont à présent bien différentes de quand il était parti il y a quelques années. Mais tout se passe très bien et très facilement, il apprend très vite les nouveaux morceaux pour lesquels il n'a pas participé. En fait, ça se passe très naturellement.

Silverbard : A-t-il eu besoin de beaucoup travailler pour passer les notes les plus hautes perchées des nouvelles chansons d'Altered State et coller au timbre de Ashe ?

James : Oui, il a dû effectivement s'adapter sur quelques points car naturellement son champ de notes est plus limité dans les aigus. En ce qui concerne le falsetto par exemple, Dan a du s'adapter pour apposer son propre style. Mais je pense que oui, il a travaillé très dur pour cela et qu'il maîtrise aujourd'hui parfaitement tout.

Photo_1_400h_600w

Silverbard : Je ne sais pas si vous planchez dès à présent sur le prochain album, qui sera donc avec Daniel... ?

James : Oui.

Silverbard : Sommes-nous en mesure d'attendre des parties en growl comme auparavant, ou ce nouvel album continuera dans la direction d'Altered State avec plus de passages aériens ?

James : C'est assez dur à dire, le son va évoluer à nouveau. Je pense que la partie progressive et atmosphérique va continuer à être de plus en plus explorée. Mais il y aura toujours des guitares puissantes, même si les tonalités peuvent sembler différentes, de même que les riffs peuvent sonner différemment, plus clair, mais ce n'est qu'une logique évolution.

Silverbard : Vous avez récemment signé sur Kscope, alors que vous étiez sur Century Media jusqu'alors. Kscope est un label clairement spécialisé dans le rock progressif, accueillant parmi les noms les plus connus - Steven Wilson ou Anathema - sans doute des groupes que vous aimez beaucoup. Mais quelle est la raison principale de ce changement ?

James : Nous étions en fin de contrat avec Century Media. Nous étions très contents d'eux et de notre collaboration. Mais quand Kscope nous a démarché nous avons été très séduits car ce label gère très peu d'artistes et ils sont très attachés aux groupes qu'ils signent, en travaillant dur pour eux, en leur proposant plein d'idées géniales. Et après avoir un peu discuté avec eux, c'est vite devenu évident qu'il s'agissait du bon choix. Ils comprennent très bien le groupe et notre vision. Century Media est un super label mais c'est avant tout un label « metal » alors que nous nous éloignons peu à peu de cela.

Silverbard : Cela serait donc dans la logique du changement de style effectué et à venir ?

James : Pas vraiment, ce choix a fait consensus parmi nous. Je pense simplement que Kscope sont les plus à même de faire ce qui est de mieux pour le futur du groupe.

Photo_2_600h_600w

Silverbard : TesseracT développe un format de chanson assez particulier. Par exemple sur One, "Concealing Fate" proposait un découpage en six parties d'un long titre qu'on se doit d'écouter d'une traite pour être pleinement immergé. Sur Altered State, on retrouve le même esprit avec quatre blocs cohérents subdivisés en plusieurs chansons. Penses-tu que le prochain album et les suivants proposeront le même format de développement de longues structures ?

James : C'est assez dur de répondre en fait. En termes de composition, on en est actuellement à sept ou huit chansons, qui ne sont pas encore finies, mais elles sont là et plutôt courtes pour l'instant. Pas vraiment de longues structures justement. Mais ça peut complètement changer, car parfois certains titres s'allongent, s'allongent... Et on ne voit jamais jusqu'où ils nous mèneront ! Et on se retrouve à les couper après coup. Je ne sais pas du tout comment cela va se passer pour le moment. Je suis sûr qu'il y a aura quelques longs titres, peut-être divisés de la même façon mais ça peut changer.

Silverbard : Vous avez peut-être déjà une idée de concept qui relierait les chansons entre elles ?

James : A cet instant présent, non, nous n'en avons aucune idée. Ce sont juste des éléments instrumentaux et non finalisés. Donc rien ne peut se passer pour le moment ! (rires)

Silverbard : J'ai une question au sujet des paroles dans TesseracT, à quel point leur signification ont de l'importance pour vous dans la composition ? Personnellement, je ne prête que rarement attention aux paroles, mais dans TesseracT, je tends à penser que leur signification sont aussi importante que la musique en elle-même.

James : Concernant les paroles, nous laissons toujours le vocaliste - peu importe de qui il s'agit (sourire) - carte blanche concernant l'écriture des paroles. Dans le cas de Dan comme de Ashe, ils écrivent des expériences très personnelles. Tout cela est très personnel pour eux. Et parfois, il y a dedans une analogie avec le concept de l'album et tout le groupe vient apporter sa contribution. Mais la signification propre des paroles est exclusivement du ressort du chanteur, bien qu'il arrive qu'on travaille à l'écriture ensemble.

Photo_3_337h_600w

Silverbard : La question suivante pourrait être posée à pas mal d'autres groupes que TesseracT : techniquement, il est difficile de comprendre toutes les subtilités de ce que vous jouez. Dès lors, penses-tu que quelqu'un qui n'a pas de connaissance très profonde du solfège ou de la musique en général puisse apprécier votre musique tout autant qu'un musicien très doué par exemple ?

James : Je pense que ça dépend. Ce que nous essayons de garder le plus à l'esprit dans le groupe, c'est qu'on puisse apprécier notre musique sans avoir besoin de l'analyser. Je crois qu'il y a toujours de bonnes parties mélodiques et de nombreuses structures qu'il est possible d'apprécier sans se prendre la tête. Certains groupes, comme Animals As Leaders, sont dans une démarche complètement inverse, tout est super-technique et nécessite de retenir son attention en permanence. En quelque sorte, ce que nous essayons de faire est de proposer des façons intéressantes d'appréhender la musique mais nous voulons que cela reste compréhensible pour n'importe qui. Il se peut que ça ne fonctionne pas tout le temps, mais c'est notre volonté en tout ça et nous travaillons à cela.

Silverbard : Et pour continuer sur ce point, comment te sens-tu quand tu es sur scène ? Es-tu concentré sur ce que tu joues et le rythme à suivre ou...

James : Je suis complètement libéré de ça et entièrement dans l'instant présent. Je joue tous les morceaux depuis longtemps et je n'y réfléchis plus. Mais les morceaux ne sont pas si compliqués à jouer. La composition peut être compliquée mais le jeu en lui-même n'est généralement pas si dur. Quand tu comprends comment ça fonctionne, il n'y a pas de pièges. C'est si tu ne comprends pas comment ça fonctionne que ça a l'air très compliqué, oui je l'admets. C'est simplement une autre façon de regarder. mais en prenant quelques cours pour comprendre comment un riff est construit, on se rend vite compte que c'est en vérité assez facile (rires) .

Silverbard : Merci à toi pour cette entrevue !

James : C'est moi qui vous remercie !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2