AqME

Entretien avec Étienne (batterie), Julien (guitare), Vincent (chant) - le 23 avril 2012

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




AqME_20120423

AqME a sorti une bombe nucléaire nommée Epithète, Dominion, Epitaphe (chronique ici). AqME a aussi changé de chanteur depuis, Thomas ayant annoncé son départ à ses camarades éberlués juste après la fin de l'enregistrement. Ce dernier point ayant été traité en long, en large et en travers dans d'autres interviews parues depuis (genre celle de notre coupain Struck de Music Waves), votre serviteur a décidé de se consacrer à ce qui rend réellement AqME remarquable aujourd'hui... l'excellente musique qu'ils proposent désormais. Action.

Cosmic Camel Clash : Pour commencer je vous propose un thème pour l'entretien: vu que ça a déjà été traité dans beaucoup d'autres interviews, et si on ne parlait pas du départ de Thomas ?

Tout le monde : On fait comme tu veux ! (rires)

CCC : Bien. L'album est sorti depuis deux petites semaines et les retours sont très majoritairement positifs. Vous êtes surpris ? Vous êtes heureux ?

Étienne (batterie) : (rires) Nous sommes heureux ! Nous avions déjà eu un très bon accueil sur l'album précédent... comme nous sommes un groupe qui prend des risques à chaque fois, nous ne savons pas trop à quoi nous attendre, et concernant En l'honneur de Jupiter les retours ont été excellents. Y compris de la part des webzines qui ont souvent eu la dent dure, mais qui aime bien châtie bien !! (rires). Mais là, franchement, nous n'avons eu que de bons retours ! J'ai lu une chronique moyenne et tout le reste ce sont de très, très bonnes chroniques.

CCC : Concernant votre fanbase historique, avez-vous eu des retours de gens qui ont trouvé que ça devenait trop violent et trop métal pour eux ? Y'en a-t-il eu qui se sont sentis largués ?

Étienne : Oh oui oui oui, ça c'est sûr. Les choses se sont fait petit à petit aussi, chaque album a évolué en faisant un pas en avant, un pas de côté, un pas en avant, un pas de côté... il y a beaucoup de gens qui nous ont suivi et dont les goûts musicaux ont finalement évolué avec nous, se sont durcis avec nous. Des gens qui désormais écoutent des groupes qui nous inspirent et nous nourrissent, des trucs assez underground, un peu compliqués, qu'on ne trouve pas partout... il y a pas mal de gens qui nous disent avoir découvert Totalt Jävla Mörker un groupe de punk crust suédois que nous adorons. Tu connais ?

CCC : Pas du tout !

Étienne : Eh ben voilà, tu vas pouvoir t'y mettre (rires). Il y a aussi le groupe suédois Breach dont on parle régulièrement, et sans doute qu'il y a des fans qui ont découvert ces groupes-là... après notre musique était plus mélodique au début, donc forcément les gens qui aimaient quand Thomas chantait de manière plus claire sont peut-être frustrés aujourd'hui.

Julien (guitare) :
Ils peuvent se repasser "Tout à un détail près" ou "A chaque seconde"...

Étienne : Voilà. Nous assumons aussi bien notre passé que notre présent et nous préférons avoir marqué des gens d'une manière claire et nette même si ce n'était qu'avec nos premiers albums. C'est la vie (rires).

CCC : Comme tu viens de le dire le virage métal avait clairement commencé avec Hérésie (Etienne acquiesce), Jupiter était plus ou moins dans la même veine et Epithète est carrément brutal. Vous vous arrêtez où, là ? Vous allez faire du Grymt  (rire général) ? (ndCCC: sympathique groupe de grind où jouaient Etienne et Julien, chroniqué sur nos Terres ici (cliquez pour lire la chronique)

Étienne : Non, on l'a déjà fait (rires) !! Le mélange d'AqME est très subtil, même quand nous faisons du métal il y a toujours un élément un peu étrange qui va se greffer là-dessus, un truc un peu à rebrousse-poil pour ne pas être que dans les clichés du genre. Bon, c'est vrai, sur cet album il y a du blast-beat... mais d'un seul coup il y a une accalmie bizarre au milieu, un truc qu'aucun autre groupe n'aurait sorti dans ce genre de morceau. Ça énerve plein de gens, ça continue à énerver plein de métalleux qui aimeraient bien nous ranger dans une case précise : un groupe de rock de merde, un groupe de métal, un groupe de ci, de çà... on est bien casse-couilles pour ça (rires) ! Avoir une identité qui surprend les gens nous permet aussi de nous surprendre nous-mêmes et d'éviter de copier nos idoles de jeunesse. Ça n'aurait aucun intérêt de refaire un énième Metallica ou un énième Slayer : ce sont des groupes qui nous influencent mais qu'on ne retrouve pas immédiatement dans notre musique car ce serait trop convenu. Nous aimons bien faire des choses un peu différentes, ça nous rend parfois difficiles à identifier mais c'est aussi cet aspect qui fait AqME...

Photo_aqmenew1_648h_300w

CCC : ... ça devient votre signature. 

Étienne :
Voilà, notre patte, pour le meilleur ou pour le pire ! Chacun verra midi à sa porte, en tous cas c'est comme ça que nous sommes et nous nous épanouissons vraiment bien dans ce groupe car il nous permet de faire plein de choses. Nous ne pouvons pas faire tout et n'importe quoi, il faut que ça sonne comme du AqME... mais ce côté varié nous permet d'exprimer plein de choses différentes, ce que nous ne pourrions pas faire si nous étions un groupe de death. Ça m'éclate en faire, hein, mais ça serait...

CCC : … un carcan ?

Étienne : Voilà, ça m'éclate ponctuellement, ce serait un peu un carcan. Ce sont des styles qui sont un peu difficiles à renouveler,donc ça nous éclate plus de mélanger un peu tout ça.

CCC : Depuis le début, la composition dans AqME se fait en tandem entre le guitariste et toi (Etienne confirme). Donc quand Ben est parti après Hérésie il ne s'agissait pas seulement de remplacer un guitariste mais également la moitié de l'équipe de compo !

Étienne : Absolument.

CCC : Est-ce que ce changement vous a fait peur à l'époque ? Et comment as-tu pu évaluer les qualités de compositeur de Julien ? C'est facile de connaître le niveau de quelqu'un à la gratte, mais de là à ce qu'il puisse écrire de bonnes chansons d'AqME... tu étais sûr de toi suite à l'expérience Grymt ?

Étienne : Julien ne composait pas dans Grymt...

Julien : Je connais Étienne depuis de nombreuses années, nous avons commencé à peu près au même moment... donc il connaissait mes capacités techniques mais aussi ma capacité à composer.

Étienne : C'était quand même une sorte de pari, ça c'est sûr... Ben était quelqu'un de très important pour la composition des morceaux, mais je savais aussi que nous étions limités par ses capacités techniques. Et il y avait certaines choses dans ses goûts musicaux qui ne nous correspondaient plus... je savais qu'en tant que compositeur je pourrais aller beaucoup plus loin et proposer des idées plus compliquées car Julien serait parfaitement capable de les jouer. Je savais aussi sans en être sûr que Julien avait un vrai potentiel de composition et qu'il suffisait de canaliser tout ça et lui mettre un peu le feu aux fesses.

CCC : Tu es d'accord Julien ? Tu avais besoin d'être boosté ?

Julien : Ouais ! Ça faisait sept-huit ans que j'errais de groupe en groupe, notamment dans Lazy où c'était le chanteur qui amenait la plupart des morceaux et donc prenait beaucoup de place en terme de composition. J'avais besoin de trouver une équipe où on me permettrait de m'exprimer... et où on me pousserait aussi car je suis d'une nature feignante (rire général). J'étais un peu stand-by à ce niveau-là, je jouais les morceaux des autres...

CCC : Mais tu composais quand même des chansons dans ta chambre, non ?

Julien : Oh oui, j'en ai plein mes placards mais je n'y croyais pas vraiment parce que j'étais tout seul. J'avais besoin d'une équipe,de gens qui croient en moi.

CCC : Et on dirait que ça a marché... l'impression générale qui se dégage du disque est qu'on t'a donné carte blanche et que tu t'es totalement lâché.

Étienne : Nous avons des personnalités très différentes et complémentaires et je pense que ça ressort sur le disque. Je suis quelqu'un de très organisé, très carré alors que Julien est plus éparpillé et va sortir des trucs plus fous. C'est ce mélange entre nos deux univers qu'on retrouve vraiment, entre un côté métal très carré et dur et en même temps des choses plus étranges, qui partent à droite à gauche et qui demandent à être saisies dans l'instant, sur le moment.

Photo_aqmenew2_610h_300w CCC : Il n'y avait jamais eu autant de parties de guitares différentes sur un album d'AqME... le nombre de plans est hallucinant.

Julien : J'ai ce tic quand je compose de vouloir faire à chaque fois quelque chose de différent. Sans pour autant faire quelque chose de technique, surchargé ou complexe pour être complexe... juste un truc riche. Que chaque compo, chaque idée soit pertinente, nouvelle et originale par rapport à la précédente. C'est une volonté permanente chez moi.

Étienne : Un autre truc, c'est que Julien a parfois du mal à s'arrêter, à dire stop ! Le mieux étant parfois l'ennemi du bien,quand il a une super idée il a du mal à arrêter de la travailler. C'est en ça que nous sommes complémentaire.

CCC : Ça fait un regard extérieur.

Julien : Exactement, comme les bons producteurs. Ceux qui savent canaliser les groupes pour aller là où il faut aller.

CCC : On trouve sur l'album des riffs black metal, des plans death, des plans postcore... ça reflète un éclectisme musical chez toi, Julien ?

Julien : C'est un peu les influences d'Etienne et moi. Il a voulu exploiter du black-metal sur quelques morceaux...

Étienne : Peu de personnes l'ont noté d'ailleurs !

CCC : Pourtant sur "Luxe Assassin" ça saute à la gueule !

Étienne : Quand je compose avec Julien c'est à la guitare, la batterie vient après. Ce qui est important pour moi dans n'importe quel style de musique c'est la guitare. Quant au black metal... ça va te paraître un peu bizarre, mais globalement je n'aime pas le black ! Par contre il y a plein d'éléments liés à ce style qui me fascinent depuis que je le connais, soit très longtemps. Je n'arrive jamais à aimer un disque en entier ou un groupe dans son ensemble... le seul groupe que j'aime vraiment c'est Immortal, ils ont sorti des disques de fou. Mais ce n'est pas un vrai groupe de black, il pratique un black metal très thrash depuis, euh... (cherche le nom du disque)

CCC : At The Heart Of Winter.

Étienne : Oui, depuis la fin des années 90, et ce sont plus ces albums là que je préfère même si j'aime bien aussi Pure Holocaust. C'est le seul groupe que j'aime vraiment bien, dans tous les autres il y a toujours quelque chose qui me dérange au niveau de l'écriture des morceaux.Mais j'aime l'atmosphère, le côté froid, les accords bizarres, etc... J'attends avec impatience qu'un groupe de black-metal réussisse à combiner tous les aspects que j'aime dans le black et deviennent un genre de super groupe de black ! J'aime aussi les dérivés de black metal comme le dernier Shining... dans l'atmosphère je trouve de vrais points communs avec ce que nous faisons. Je m'y retrouve.

CCC : Vincent, c'est le moment de l'interview où tu arrêtes de te faire chier ! Tu viens de groupes que je ne connais pas, comme The Butcher's Rodeo et Noswad. Donc qui es-tu, quel est ton parcours et étais-tu fan d'AqME à la base ?

Vincent (chant) : Oui ! Je ne viens pas de Paris, j'ai toujours fait de la musique et j'avais déjà fait des concerts avec AqME en tant que public ou comme groupe de première partie. Je suis monté sur Paris avec Noswad pour essayer de faire quelque chose, nous essayons toujours d'ailleurs... ensuite il y a eu The Butcher's Rodeo.

CCC : AqME présente en gros trois visages : rock,métal et chanson à texte. Lequel de ces trois aspects te parle le plus en tant que chanteur ?

Vincent : Les trois! Je suis sur la même lignée que Thomas, j'ai toujours apprécié ce qu'il... (petit aparté : comme Vincent parle très doucement je lui colle le micro à cinq centimètres du visage, ce qui fait rire tout le monde)... oui donc les trois !

CCC : Tu as toujours dit que tu n'aurais pas de problème à te réapproprier les textes de Thomas car tu te sentais proche de ses thématiques (Vincent acquiesce). Cela signifie-t-il que toi aussi tu es torturé par les femmes et le monde ? (gros rire général)

Vincent : Franchement ouais ! Les femmes et le monde... très bon résumé.

Étienne : Chaque homme est comme ça je pense ! (rires)

Vincent : Torturé par soi-même aussi ! 

Julien : On savait qu'il avait une vie sentimentale de merde quand on l'a engagé.

CCC : Forcément, le mec qui va trop bien dans sa vie, il ne peut pas être chanteur d'AqME...

Étienne : On les recrute uniquement sur leur mal-être !

Vincent : Ils sont venus me voir à une soirée... on a commencé par rigoler et en fin de soirée j'avais vomi et j'étais en train de pleurer « POURQUOIII » ? donc ils se sont dit que c'était bon. Ils m'ont demandé comment je criais quand j'étais énervé et ils m'ont pris. De toutes façons il faut crier maintenant dans AqME, il ne faut plus chanter.

CCC : Il reste les anciens titres... d'ailleurs en parlant de registres de voix, quelles sont les chansons qui te paraissent les plus casse-gueule à reprendre sur scène ?

Vincent : Euh... déjà il n'y a aucune sur les anciens albums. Et sur le nouveau il y en a une, quand je loupe un coup de caisse claire je suis dedans (Vincent essaye de se rappeler avec les autres de quel titre il s'agit, sans succès). C'est sur un plan black là, j'ai du mal rythmiquement...

CCC : Tu n'as pas le groove du glacier en toi.

Vincent : Voilà (rires). Quand je vois Étienne à fond là, avec le diable en lui, il me fait peur et après je l'ai dans le cul.

Étienne : Tu manques de maquillage, c'est pour ça.

Vincent : J'ai pas les cheveux assez longs... mais sinon non, au niveau des titres difficiles à placer il n'y a plus rien qui me vient.

Étienne : C'est pas pour lui faire de la lèche et lui dire qu'il est super, mais il est super ! Il n'a aucune difficulté à reprendre les chansons, celles d'avant comme celles de maintenant. Même les grandes envolées de chanteur de heavy-metal ! Il sait chanter, il sait gueuler...

CCC : ...que demande le peuple ?

Étienne : C'est comme toutes les générations qui viennent après, ils savent tout faire mieux que nous, c'est énervant ! Le mec il apprend en six ans ce qu'on a mis dix ans à faire...

CCC : Dave McClain m'avait tenu le même discours (cliquez ici pour l'interview) concernant le break de double grosse caisse dans "Angel of Death" de Slayer : à l'époque les gens hallucinaient et maintenant n'importe quel gamin de 14 ans le passe...

Étienne : Exactement... mais Lombardo reste quand même le meilleur ! (rire général) Bref, Vincent fait partie de cette génération qui sait tout faire aussi bien que nous (voire mieux) mais a appris beaucoup plus vite.

CCC : A contrario Vincent, y a-t-il des choses que tu sais faire avec ta voix qui ne font pas partie du registre d'AqME et que tu aimerais tenter un jour ?

Vincent : La violence vocale que je produis d'habitude ce n'est pas du tout celle d'AqME... dans mes autres groupes ce n'est déjà pas le même accordage donc je pousse des cris un peu plus aigus. La première fois que j'ai entendu "Idiologie" j'avais peur ! Mais c'est venu au fur et à mesure et c'est cool. Pour le prochain album je ne sais pas... au contraire, j'aimerais ne pas trop dévier du style AqME même si je mets ma touche. On verra.

Étienne : Sur la fin, les gueulantes de Thomas...c'était hallucinant pendant l'enregistrement de l'album. Nos producteurs Lindberg et Bergstrand trouvaient qu'il sonnait comme LG Petrov d'Entombed...mais nous demanderons jamais à Vincent d'être un clone car nous profitons des gens nouveaux qui arrivent dans le groupe pour nous ressourcer. Nous étions probablement arrivés au bout de ce que nous pouvions faire avec Thomas et Ben musicalement, donc autant profiter... je ne sais pas de quoi demain sera fait mais ce sera hyper intéressant d'avoir une nouvelle touche et de profiter de cet élément-là pour encore se renouveler. Garder notre identité tout en se renouvelant c'est quand même un challenge super intéressant.

CCC : Tu m'amènes directement à ma question suivante, c'est merveilleux... lors de gros renouvellement de line-up, pas mal de musiciens fondateurs disent que les nouvelles recrues amènent une nouvelle source d'énergie. Je ne parle pas de composition ou de jeu mais d'envie, de la niaque du mec qui arrive dans un groupe établi, a des choses à prouver et du coup rebooste tout le monde. C'est ce qui se passe en ce moment ?

Étienne : Ouais, clairement, et c'est ce qui s'est passé aussi quand Julien est arrivé. Ça m'a permis de gagner en confiance entant que compositeur, lui aussi a pris de l'assurance en tant que songwriter sur le dernier album notamment (Julien acquiesce). Quant à l'avenir avec Vincent, c'est clair qu'aujourd'hui il nous insuffle une énergie que nous avons en nous, mais avec le coup dur que représente le départ de Thomas... tu sais,nous sommes vraiment des colériques sentimentaux et son départ a forcément été hyper dur à vivre émotionnellement parlant. Le fait d'avoir une boule d'énergie comme Vincent à nos côtés fait ressortir celle qu'il y a en nous et nous permet d'être au maximum. L'avenir nous paraît fort intéressant.

Vincent : Reste à savoir si les gens vont venir aux concerts...
Photo_aqmenew3_1058h_300w

CCC : Oh, ils viendront au moins au premier car ils vous attendent au tournant ! Après la merveille des réseaux sociaux fera que si c'est bon tout le monde le saura... et si c'est mauvais aussi.

Julien : Je trouve ça bien, que les gens puissent dire tout de suite ce que ça donne. Tu ne peux pas tromper le public.

Vincent : Il y a déjà pas mal de vidéos en ligne du concert de Montbéliard (ndCCC : seul concert donné par la nouvelle formation au moment où l'interview a lieu) et j'ai été surpris pas le nombre de vues. Ça intéresse les gens...

Étienne : Non mais ça c'est toi, tu l'as regardée des dizaines de fois (rires) ! Après c'est sûr que ça attise la curiosité...(à moi) mais tu sais ce qu'on dit : il n'y a pas de mauvaise pub, que de la pub. Concernant le départ de Thomas ce qui ne te tue pas te rend plus fort on va dire... en tous cas ça te fait évoluer. Il faudra que nous en profitions pour continuer à évoluer justement, et comme nous sommes déjà en perpétuelle évolution si ça se trouve ça nous fera faire des pas en avant.

CCC : Après toutes ces années de carrière ça doit être très plaisant de se dire qu'on a encore un avenir... ne pas être en train de se dire qu'on va refaire huit fois le même album pour payer les factures...

Étienne : Ouais, exactement.

Julien : Ce qui est dingue c'est l'évolution en trois mois. Au début nous étions en pleine interrogation, à nous demander ce qu'il allait advenir du groupe voire comment nous allions l'arrêter... et tout a changé en une semaine. C'est cool. La vie te réserve des surprises auxquelles tu ne t'attends jamais.

Étienne : Un groupe c'est une alchimie fragile donc le moindre petit truc peut partir en sucette gravement, mais ça peut repartir aussi sec si tu rencontres les bonnes personnes et si tu gardes confiance en ce que tu fais.

Julien : L'essentiel c'est de rester passionné par ce qu'on fait...

Vincent : …et de ne pas perdre son objectif de vue,c'est-à-dire faire de la musique. Ne pas se dire qu'on est là pour la thune parce que si tu t'enfermes là-dedans alors que tu fais de la musique en France...

CCC : Ah ben c'est un mauvais plan ! Surtout si on fait du métal !

Vincent : C'est ça. Un mec comme Étienne qui ne fait que ça,je ne pense pas que sa première idée c'est de faire de l'argent. Il veut faire de la musique et s'il est encore là aujourd'hui c'est qu'il a encore la niaque. 

CCC : Et qu'il mange des pâtes.

Vincent : Et qu'il mange des pâtes (rires) !

Étienne : Non mais moi j'ai la chance d'être avec une femme riche ! Je suis très moderne comme garçon, je suis homme au foyer et c'est ma femme qui amène le pognon (rires) ! C'est moi qui torcherai le cul des mômes quand je ne serai pas en train de faire du métal à droite à gauche. C'est ça mec, c'est la musique, c'est la vie, c'est beau.

Photo_aqmenew4_546h_300w CCC : Vous êtes signés chez At(h)ome depuis un sacré paquet de temps, et ce label a pris un statut particulier récemment en devenant celui du métal français historique : on y retrouve Lofofora, Black Bomb A et Mass Hysteria. Quelle est la perception de ce phénomène par les groupes ?

Étienne : Nous sommes super privilégiés d'être sur ce label.

Julien : C'est un peu la famille...

Étienne : Un petit label comme ça qui se bouge au jour le jour, qui continue à mettre de l'argent dans nos albums pour enregistrer le disque et nous permettre de bosser avec de super ingés-son... des gens qui restent abordables mais qui coûtent du pognon, les gens ne travaillent pas gratuitement et c'est normal. Nous sommes les premiers artistes à avoir signé chez eux, c'était en fin 2001 juste après l'enregistrement du premier album,donc nous avons des rapports assez privilégiés avec eux, assez spéciaux. Ce ne sont pas seulement des gens qui nous produisent, ce sont des gens que nous voyons en dehors, avec qui nous passons du temps et que nous connaissons assez intimement. Il y a vraiment un grand respect entre nous. Même si nous ne passons pas toutes nos vacances ensemble nous prenons des nouvelles et tout, il y a un vrai rapport humain.

CCC : De ce que vous en savez, est-ce une volonté consciente de leur part de signer les groupes fondateurs du métal français moderne ?

Julien : Je ne pense même pas, non.

Étienne : Ça s'est fait comme ça je crois. Je crois que tout simplement que comme à l'époque ils faisaient du bon boulot pour BlackBomb A et AqME, Lofofora et Mass Hysteria ont trouvé intéressant d'aller là-bas. Et comme ça a fonctionné pour eux aussi...

Julien : Je pense que c'est aussi parce que c'est un label qui respecte énormément les musiciens au niveau créatif. Nous avons carte blanche : ils donnent leur avis si on le leur demande mais ils n'ontaucune volonté de changer notre musique. Ils ne nous demanderont jamais de modifier ci ou ça...

Étienne : ...de faire un single pour passer à la radio ! Sérieusement, il y a des albums où nous ne leur avions même pas donné de maquettes, ils n'avaient pas écouté les titres et ont bossé directement le produit fini. Ils nous font confiance et ils savent que nous ne leur demanderons jamais n'importe quoi : nous essayons toujours de rester dans la clous de ce qu'ils nous proposent comme budget. Du coup nous essayons de trouver un moyen pour nos envies, leurs moyens financiers et leurs objectifs convergent. C'est vraiment une super relation de travail... pouvoir bosser pendant dix ans dans des conditions pareilles, c'est une chance que je souhaite à tout le monde. En plus nous sommes des gens fidèles donc nous n'allons pas aller voir à droite à gauche en suivant le sens du vent.

CCC : Fin d'interview classique : le mot de la fin est possible mais il n'est pas obligatoire. So ?

Vincent : AQME EST BIEN VIVANT !!

CCC : ...et bien ce sera dit.


Crédit photos :
- Nicolas Gaire
- Facebook du groupe



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6