Holyhell

Entretien avec Francisco Palomo (claviers) - le 07 octobre 2009

2
Cosmic Camel Clash

42
Wotan

Une interview de




Holyhell_20091007

Un coup de gueule des Éternels qui se retrouve en interview ? Voilà qui est inhabituel... mais pas incompréhensible. Car au-delà de la médiocrité de leur premier album (chronique ici), HolyHell se tape surtout une réputation nauséabonde, celle d'un groupe monté de toutes pièces par Joey DeMaio de Manowar histoire de se faire de la thune. La seule solution pour y voir plus clair était de leur donner la parole... et de vous laisser juger du résultat. Faites donc...


Cosmic Camel Clash : Vu que HolyHell est votre premier album, j'ai bien peur que vous deviez en passer par l'habituelle et ennuyeuse phase de présentation...

Francisco : Pas de problème. Donc bonjour tout le monde, je m'appelle Francisco et je suis le claviériste. HolyHell s'est formé en 2005 en tant que groupe de scène : nous avons Joe Stump à la guitare, Jay Rigney à la basse, le mondialement célèbre Rhino à la batterie (batteur de Manowar sur The Triumph Of Steel) et Maria Breon au chant. Nous avons commencé à donner des concerts alors que nous n'avions pas encore d'album dans le but de nous prouver à nous-mêmes que l'alchimie était la bonne et que le groupe correspondait à ce que nous voulions être. Nous avons fait la première partie de Manowar lors d'une tournée aux USA, puis nous avons fait les Masters of Rock en République Tchèque, le Earthshaker Festival en Allemagne... Nous sommes entrés en studio pour enregistrer un EP nommé Apocalypse puis nous sommes repartis sur la route en 2007 avant de finalement retourner en studio pour enregistrer notre premier album. Et voilà.

Cosmic Camel Clash : Comment vous étiez-vous rencontrés ?

Francisco : Maria avait commencé ce projet il y a longtemps en fait, quand elle a rencontré Joey DeMaio en 1999. Elle voulait avoir un mentor car elle sortait juste du conservatoire et ce n'est pas là qu'on apprend à monter un groupe, ce n'est pas le trip de la culture classique. Elle s'est donc fait coacher par Joey, et à partir de là tout s'est monté via des amis communs. Joe Stump était en train d'enregistrer pour Jack Star, l'ancien guitariste de Virgin Steele, qui est signé chez Magic Circle Music, donc Maria l'a rencontré dans le studio et ça a immédiatement collé entre eux. Jay avait déjà joué avec Joe dans plusieurs projets solo donc la décision de travailler avec lui a été évidente. Rhino faisait partie de la famille Manowar depuis les années 90, donc il était proche du projet depuis les débuts... et bien évidemment c'est super d'avoir un gros nom comme ça avec nous. En ce qui me concerne je travaillais avec Crystal y Acero au Mexique, qui travaillait par ailleurs avec Magic Circle. Maria a entendu mon travail, j'ai entendu parler de HolyHell en même temps, et... en fait dans cette période de temps assez courte, tous ces gens qui faisaient le lien entre nous ont permis au tout de se construire. Nous nous connaissions tous plus ou moins pour différentes raisons liées à nos carrières passées, mais aujourd'hui j'ai l'impression que c'est comme ça que c'était censé se passer, tous ces membres différents qui finissent ensemble, à cause de toutes ces connections entre nous. Ça a tout de suite très bien fonctionné.
Photo


Cosmic Camel Clash : Maria a donc une formation classique, mais elle ne chante pas toujours en lyrique sur l'album. C'était une volonté de votre part ?

Francisco : Tu sais, elle est allée au conservatoire pour apprendre la technique du chant lyrique, mais ça ne veut pas dire qu'elle voulait devenir chanteuse d'opéra. En fait elle ne voulait pas, elle préfère le côté rock de la musique. Elle voulait acquérir les instruments lui permettant de faire ce qu'elle voulait, à savoir cette combinaison de musique mélodique mais tout de même plus rock que symphonique. Elle peut évidemment chanter en lyrique, elle a reçu une formation pour ça, mais ce n'est pas le cœur de HolyHell. Nous aimons cet aspect mais il n'est pas fondateur chez nous : nous préférons la versatilité d'une voix mélodique standard, c'est plus pratique de travailler autour et ça donne plus de flexibilité dans le choix des paroles que le chant d'opéra.

Cosmic Camel Clash : Au final, quelle est l'importance de la musique classique pour toi et pour le groupe ? Tu sors aussi d'une formation classique, tu en composes de ton côté (ça s'entend sur la chanson "Mephisto")...

Francisco : Elle est très importante, et pas seulement pour Maria et moi mais pour tout le monde, Joe Stump est également très influencé par le classique dans ses projets solo. Je pense qu'il y a un lien très fort entre le heavy-metal et le classique : les harmonies sont très proches, l'essence même de la musique est très proche... C'est très amusant car beaucoup de monde considère la musique classique comme un truc de l'élite, alors qu'historiquement parlant les compositeurs majeurs étaient des mecs plutôt rock'n roll : ils se lançaient des défis entre eux, ils essayaient d'outrepasser les règles établies, beaucoup d'entre eux étaient bien déjantés dans leurs compositions de l'époque. Le lien est donc très fort, et d'autant plus dans HolyHell avec tant de gens provenant du monde du classique. Ça s'entend dans la musique, avec tous ces éléments classiques et mêmes tous ces éléments gothiques vu que ceux-ci viennent du classique à la base de toutes façons. C'est donc extrêmement présent, mais en même temps nous essayons tous de conserver un équilibre, de ne pas laisser ça prendre le dessus sur le côté rock 'n roll. Au final, dans nos cœurs, nous sommes un groupe de métal. Et cette conception de nous-mêmes a pour conséquence que nous ne voulons pas trop d'orchestrations, car sinon le rock en pâtirait. Nous ne voulons pas devenir un tout petit groupe avec un orchestre énorme, ni un groupe énorme avec un orchestre minuscule. Nous recherchons un équilibre, donc il est important pour nous d'utiliser toutes ces influences tout en les maintenant sous contrôle, pour qu'un côté ne se retrouve jamais éclipsé par l'autre.

PhotoCosmic Camel Clash : Qui a eu l'idée de faire une reprise du Fantôme de l'Opéra durant les shows ?

Francisco : C'est quelque chose que Maria avait toujours voulu faire. Ce qui est marrant c'est qu'au moment même où elle a commencé à travailler avec Magic Circle Music pour apprendre à monter un groupe et apprendre les lois de cet univers musical, Nightwish est devenu gros. Ils ont fait cette reprise du Fantôme de l'Opera, et alors que certaines personnes pourraient croire le contraire elle a été très heureuse que quelqu'un appartenant au monde du heavy-metal se soit lancé dans cette entreprise. Pour nous ça n'a rien d'une compétition ou quoi que ce soit du genre, ça nous a fait du bien de voir que d'autres croyaient en ce concept. Quand nous avons commencé les répétitions, il nous a semblé nécessaire de la jouer, et nous avons eu la chance qu'Eric (Adams, chanteur de vous savez qui) veuille bien la faire avec nous, ce qui est un grand honneur. C'était incroyable de pouvoir partager la scène avec un tel chanteur, c'est un des meilleurs du monde, nous étions comme dans un rêve. À chaque fois que nous la jouions sur scène nous nous disions « Wow, c'est vraiment en train d'arriver ? Il est sur scène, il est avec nous !», c'était fou. Je pense que le public a aussi apprécié... c'était super pour les fans et c'était fantastique pour nous. Je dois remercier Maria de ne pas avoir abandonné l'idée même si d'autres groupes l'avaient déjà fait avant.


Cosmic Camel Clash : Toutes les chansons parlent de guerre entre anges et démons. Pourquoi ces thèmes bibliques sont-ils tellement importants pour vous ?

Francisco : HolyHell, le groupe, est un concept en soi, dédié à la lutte éternelle entre les ténèbres et la lumière. Pour nous il est très important de faire apparaître ce thème dans nos paroles. Nous ne sommes pas un groupe religieux : nos références bibliques ne sont pas faites pour être abordées sous un angle religieux mais plus sous un angle philosophique. Je pense que cet angle est évoqué par toutes les religions voire toutes les philosophies. Pour nous c'est plus un sujet ouvert où chacun peut prendre les mots qu'il trouve dans les chansons, tirer ses propres conclusions et avoir sa propre interprétation des paroles. Ce qui est très drôle c'est qu'on nous a demandé très souvent en interview sous nous étions un groupe chrétien, alors que dans d'autres on nous a demandé...

Cosmic Camel Clash : ...si vous étiez des satanistes.

Francisco : Exactement (rires) ! Et ça nous plaît beaucoup en fait. Nous apprécions le fait que les interprétations des uns soient opposées aux interprétations des autres, car l'essence de HolyHell est là. Nous n'appartenons à aucun camp : nous ne traitons pas de sujets religieux, nous traitons de sujets universels. Nous voulions vraiment très fort créer cette ambiguïté, cette liberté... car entre noir et blanc il y a une infinité de nuances de gris. Certains personnes sont plus attirées par le côté philosophique, d'autres prennent les paroles au pied de la lettre et sont touchées par ça... nous aimons beaucoup ça. Nous aimons ce côté bipolaire qui fait également partie de nous.

Cosmic Camel Clash : Était-il évident dès le début que Joey DeMaio allait produire l'album ?

Francisco : Il a aidé le groupe à se développer, donc bien sûr... c'était le début pour nous et... ça a été une très bonne opportunité pour nous qu'il décide de prendre part à la production. Je dois dire que c'est un excellent producteur : il n'est pas intrusif comme d'autres producteurs peuvent l'être, il respecte chacune de nos idées qu'il s'agisse de la musique ou des paroles, il nous a juste guidés pour que nous fassions les choses comme il faut lors des séances d'enregistrement. Il nous a aidés à obtenir un son compact, à rendre les paroles plus compréhensibles tout en restant ouvertes aux interprétations... Il était très respectueux de notre vision de HolyHell, des choses que nous voulions pour le groupe, tout en nous poussant constamment à dépasser nos limites. Je pense qu'avoir ce genre de pression est ce qui peut amener tout le monde à un niveau supérieur : être poussé à toujours mieux jouer, devoir enregistrer cent prises jusqu'au moment où on pose la bonne, celle où la magie est palpable... nous avons eu beaucoup de chance que Joey soit présent à chaque étape de la réalisation du disque : le mix, le mastering, l'ordre des chansons, le maintien de l'équilibre entre les orchestrations et les riffs (ce qui est loin d'être facile), entre les soli et les moments plus sobres... Il nous a appris à nous intéresser avant tout aux besoins d'une chanson et nous avons énormément apprécié ça, car c'est le genre de savoir qu'on acquiert normalement après des années passées dans le business, il a été très généreux à ce niveau-là. Ça a été une énorme opportunité d'avoir un tel producteur pour le disque, et en plus de ça c'est notre ami, comme tout le monde dans l'univers de Manowar en fait. Ils sont tous très proches de nous, ils nous ont laissé jouer avec eux et c'est un sacré honneur vu que nous sommes un jeune groupe. Nous sommes extrêmement reconnaissants.

Photo


Cosmic Camel Clash : J'ai quand même été surpris à la lecture du livret de voir que Joey était crédité dans une bonne moitié des chansons. Comment un jeune groupe comme HolyHell peut-il garder une identité propre quand une personne extérieure devient si importante dans le processus créatif ?

Francisco : Quand il est crédité, c'est principalement pour les paroles. Il a composé la musique d'une chanson, mais 90% de la musique de l'album est le fruit de Joe Stump et/ou moi... il y a deux chansons signées Manuel Staropoli (ndCCC : frère du claviériste de Rhapsody Of Fire qui joue de la flûte sur les albums du groupe en question), mais le reste est de nous. Joey nous a effectivement beaucoup aidés au niveau des paroles : nous voulions que Maria écrive les paroles mais elle n'avait aucune expérience en la matière... donc elle a fait tout ce qu'elle a pu, et il nous a ensuite aidés à finaliser les paroles, les réarranger afin que notre propos soit plus clair. Parfois, quand tu n'as jamais écrit de paroles de chanson, tu as besoin de l'aide de quelqu'un d'expérimenté pour te dire « Tu pourrait peut-être enlever ci, ajouter ça, pour rendre ça plus clair.» « Tu pourrais peut-être dire ça d'une autre façon.». Il nous a beaucoup aidés dans ce processus, mais toujours avec beaucoup de respect à l'égard de ce qu'elle avait écrit. Dans le heavy-metal à chant féminin il est très peu courant que la chanteuse écrive ses paroles, généralement un membre du groupe décide ce qu'il faut jouer, ce qu'il faut chanter et basta (ndCCC : on notera ici une subtile référence à Nightwish). Nous ne voulions pas de ça ; elle est tout à fait capable d'écrire la totalité des paroles des chansons et c'est comme ça que ça se passera pour le prochain album. Que les paroles soient écrites par un autre membre du groupe pourquoi pas, mais nous voulons que ça vienne d'elle car on est toujours meilleur quand on chante des paroles qu'on a écrit soi-même vu qu'on dit ce qu'on a vraiment envie d'exprimer. Joey a guidé Maria dans l'écriture des paroles mais c'était les mots qu'elle voulait dire, il nous a juste aidés au niveau de la manière de les dire.

Cosmic Camel Clash : Je suis sûr que je ne serai pas le premier à te poser la question qui suit : avec Joey aux manettes, Rhino à la batterie, Eric en guest en live, n'as-tu pas peur qu'HolyHell soit perçu comme de simples sidekicks de Manowar ? Que les gens ne vous accordent pas d'existence propre ? Tu as dû entendre ça très souvent...

Francisco : Oui, effectivement. Nous avons passé beaucoup de temps aux côtés de Manowar et nous n'avons pas honte de le dire, mais en même temps nous savons que HolyHell a désormais besoin de son propre espace et de vivre sa propre vie. Et c'est l'idée aujourd'hui : pour nous le futur immédiat de HolyHell sera d'exister par nous-mêmes. Rhino est un membre de HolyHell à part entière aujourd'hui, nous ne le voyons pas comme un ex-Manowar... c'est évidemment le cas, mais pour nous c'est avant tout notre batteur et c'est également sa vision. Nous allons tourner avec d'autres groupes non liés à Magic Circle Music, nous allons tourner en tête d'affiche dans des clubs et faire de plus petits shows... quand on ouvre pour un grand groupe on joue dans des salles immenses, mais quand on se retrouve seul on va dans des salles où on peut vraiment être au contact de la foule et créer les fondations de sa carrière. Et c'est notre plan : retourner dans des clubs, tourner de manière intensive, être au contact de nos fans, des gens qui veulent vraiment écouter HolyHell, avoir un retour de leur part concernant ce qu'ils ont envie d'entendre et leur vision du groupe, jouer partout où ce sera possible... voilà notre futur. Nous allons faire encore une tournée avec Manowar cet hiver et ensuite ce sera fini. Plus de shows en première partie ! Il y aura le Magic Circle Festival bien sûr, mais c'est un festival organisé par le label donc c'est différent... Manowar y sera en tant que groupe signé chez eux, comme Jack Starr, comme MetalForce et comme HolyHell... il y aura plein de groupes, pas que nous, c'est un festival de maison de disques et nous y sommes invités car nous commes chez eux (ndCCC : oui, m'enfin, Manowar possède la maison de disques en question). En mars nous commencerons une nouvelle tournée, soit avec un autre groupe – nous sommes en train d'étudier les possibilités à ce niveau – soit seuls pour une tournée des clubs. Nous sommes impatients de jouer ici en France, nous y avons des créneaux solides, que ce soit au niveau de clubs ou en co-headlining avec un autre groupe. Nous y travaillons en ce moment et pour l'instant ça se présente bien. De toutes façons même le management du groupe chez Magic Circle et les membres de Manowar sont d'accord sur le fait qu'il est temps de couper le cordon. Nous ne voulons pas être des sidekicks, je pense que notre album, notre groupe sont suffisamment solides pour que nous fassions notre truc à nous. Nous ne regrettons pas du tout ce que nous avons fait, c'était une super opportunité... il est juste temps pour nous d'exister par nous-mêmes.

Cosmic Camel Clash : Etant signés chez Magic Circle, peut-être vas-tu pouvoir nous éclairer sur ce qui se passe en ce moment avec Rhapsody Of Fire (ndCCC : le groupe a cessé toute activité et tout contact depuis juin 2008, la seule info disponible étant qu'ils sont en procès avec Magic Circle et plus particulièrement Joey DeMaio).

Francisco : Nous n'avons pas vraiment eu de contacts avec eux via Magic Circle si ce n'est que nous avons joué ensemble en 2007. Nous avons une très bonne relation avec Manuel Staropoli qui a écrit des chansons pour nous... Ils ont leurs problèmes avec le management, je ne sais pas exactement de quelle nature, mais c'est quelque chose dont nous avons toujours voulu nous distancer. La plupart du temps si on commence à se mêler des affaires des autres groupes, on finit par s'approprier leurs problèmes et on perd de vue ce qui compte vraiment, à savoir faire sa propre musique. Nous essayons de garder nos distances, de ne pas nous mêler des histoires de business des groupes de notre label. Nous sommes amis, nous aimons traîner avec eux, Jack est un excellent ami à nous, les mecs de MetalForce... nous sommes très proches, et pareil pour Patrice (Guers), Dominique (Leurquin), Luca (Turilli) et Alex (Staropoli) de Rhapsody Of Fire... mais nous ne voulons pas nous mêler de leurs affaires, nous voulons rester concentrés sur notre carrière. Ça nous a pris tellement de temps de réaliser l'album, de l'enregistrer, le sortir, organiser toute la promo... nous ne voulons pas gaspiller notre énergie dans d'autres choses, nous ne voulons pas être impliqués.
Photo


Cosmic Camel Clash : Fin d'interview traditionnelle pour moi : si tu n'as plus rien à dire on s'arrête là, mais si tu veux rajouter quelque chose tu peux.

Francisco : Okay. Déjà merci beaucoup aux Français, jusqu'ici nous avons pris beaucoup de plaisir et nous sommes très reconnaissants envers les fans français. Après le Hellfest nous avons reçu beaucoup d'e-mails de fans français et nous avons vraiment envie de revenir jouer ici.






Crédits photo : www.myspace.com/holyhellofficial

Questions : Wotan
Traduction / transcription : CCC


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2