Believer

Entretien avec Kurt Bachman (guitare+chant) et Joey Daub (batterie) - le 13 juillet 2009

37
Christophe 1974

16
Kroboy

Une interview de




Believer_20090713

S'il y a bien un groupe dont la reformation nous a surpris, c'est Believer. Avec Gabriel (chronique ici), les parrains du techno-thrash chrétien ont remis le couvert avec un album entre tradition et modernité. Les Éternels ont cherché à en savoir plus auprès du tandem de choc Kurt Bachman / Joey Daub.


Christophe1974 : Pourquoi avoir reformé le groupe, et quelles étaient vos attentes musicales ?

Joey : Kurt est revenu dans les parages et nous avons discuté de nous réunir pour jammer. Nous avons répété et l'alchimie était toujours là, donc nous avons décidé de continuer. Kurt et moi avions développé un certain style d'écriture toutes ces années et nous voulions conserver cela tout en progressant. Au niveau de la musique comme des paroles, nous aimons écrire des chansons qui font réfléchir les gens.

Kroboy : Qu'avez-vous fait pendant la période du split ? Aviez-vous complètement coupé les ponts avec le music business ?

Kurt : J'ai repris mes études et j'ai obtenu mon doctorat de physique moléculaire. Ensuite j'ai ouvert mon propre labo de recherche contre le cancer. Pendant ce temps, je suis resté en rapport avec Joey et je l'ai aidé à produire l'album de Fountain Of Tears.

Joey : Rien de plus que le classique famille-travail-bouffe-sommeil. J'ai bossé un peu en studio et joué de la batterie pour Fountain Of Tears. J'ai aussi écrit du matériel avec Jeff King (ndK : claviériste de Fountain Of Tears et Believer) pour un projet fusion, Year Of Plenty. J'ai fait pas mal de cyclisme, j'ai participé à des courses de VTT et j'ai aussi maté un tas de courses de Formule 1 !

Christophe1974 : Comment s'est déroulé le processus de composition ?

Joey : Kurt et moi, on s'est réunis une à deux fois par semaine et on a écrit quelques riffs. Si on le sentait bien, on persévérait et on écrivait toute la structure autour. Comme on a tout fait dans notre propre studio, une fois qu'on commençait à enregistrer, on pouvait se permettre d'expérimenter sans s'inquiéter de gaspiller du temps de studio ou de l'argent. C'est la première fois que nous procédions de cette façon, et ce fut un processus très créatif.
Photo
Christophe1974 : Pourquoi ce retour à un thrash typique des années 90, dynamisé par un son moderne ?

Kurt : C'est tout simplement notre style d'écriture, mais il a un peu évolué car nous avons de nombreuses influences et surtout, nous ne voulions pas que le son soit daté. Nous voulions aussi que cet album soit différent des autres car nous avons toujours aimé offrir quelque chose de nouveau à nos fans.

Christophe1974 : Avant le split, vous alliez dans une direction toujours plus progressive et originale pour du thrash. Vous n'étiez plus intéressés par cette direction ?

Joey : Nous ne voulions pas reproduire ce que nous avions déjà fait. Gabriel a une nouvelle personalité, il a toujours un lien avec nos origines mais sans en faire trop.


Christophe1974 : Quelles nouvelles influences vous ont marqué dans l'élaboration de Gabriel ?

Kurt : Nous écoutons tous les styles de musique, donc ce serait difficile de ressortir une influence en particulier. Nous n'essayons pas de sonner comme les autres groupes, nous écrivons notre propre matériel et parfois une influence peut ressortir pendant le processus d'écriture. Généralement, c'est quelque chose que nous repérons après, quand nous réécoutons les enregistrements.

Christophe1974 : Vos deux derniers albums étaient très mélodiques. Pourquoi avez-vous composé si peu de mélodies cette fois ?

Kurt : Nous n'avions pas de plan établi quand nous avons écrit Gabriel, et nous nous sommes plutôt concentrés sur ce qui sonnait bien pour nous à ce moment-là. Je pense qu'il y a pas mal de sections mélodiques sur Gabriel, elles sont justes interprétées différemment par rapport à nos anciens albums. Nous aimons que nos albums sonnent différemment puisque nous essayons toujours de pousser notre processus créatif en avant.

Kroboy : Il y a plusieurs invités sur cet album, le plus connu étant Howard Jones. Pourquoi, et comment ça s'est décidé ?

Kurt : Les invités ont été super, et l'album sonne beaucoup mieux avec l'addition de leurs talents. Howard avait entendu que nous enregistrions à nouveau, et il a fait part de son excitation dans une interview. Roadrunner nous a mis en relation avec lui et nous lui avons demandé s'il était intéressé pour enregistrer quelque chose sur l'album. Il était à fond dedans et apparemment, c'est un de nos fans depuis pas mal d'années. Ca a été génial de bosser avec lui, c'est un super mec. Nous avons été très honorés de voir autant d'amis talentueux nous prêter leurs services.

Kroboy : Comment envisagez-vous l'avenir de Believer, et quelles sont vos ambitions ?

Joey : Nous voulons continuer à enregistrer de bons albums. Nous allons essayer aussi de trouver un moyen de tourner de façon à ce que tous les membres du groupe y trouvent leur compte.
Photo


Kroboy : L’interview touche à sa fin… s’il y a une chose que vous souhaitez ajouter, c’est le moment !

Joey : Je voudrais simplement remercier tous les fans qui nous accompagnent depuis des années ainsi que nos fans les plus récents. Les mecs, vous déchirez !




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7