Benedictum

Entretien avec Veronica Freeman (chant) - le 28 mai 2008

2
Cosmic Camel Clash

Une interview de




Benedictum_20080528

Veronica Freeman de Benedictum, c'est un peu la classe asbolue. Non seulement Seasons Of Tragedy (chronique ici) est une petite bombe de heavy moderne et burné où la chant de la donzelle fait peur tant il est puissant, mais elle n'a pas hésité à se lever à six heures du matin juste pour pouvoir nous accorder cette interview par téléphone ! Ajoutez à ça une personnalité très douce et attachante ainsi qu'un bon sens de l'humour et vous obtenez une interview extrêmement agréable et décontractée. Jugez plutôt.


Cosmic Camel Clash : Comme c'est notre première interview ensemble, j'ai bien peur qu'il faille en passer par l'habituel et ennuyeux historique du groupe.

Veronica Freeman : Pas de problème. Le noyau dur du groupe est composé de Pete Wells (guitare) et moi, nous écrivons ensemble depuis des années. Nous sommes de San Diego et nous avons fait partie de plusieurs groupes locaux avant de nous décider à tenter d'obtenir au moins un petit contrat avec une maison de disques. Nous avons donc formé Benedictum. En fait Craig Goldie de Dio est un ami proche depuis des années et il est passé, il a écouté nos maquettes... nous avions convenu depuis longtemps que si l'un des deux avait une chance de percer l'autre lui filerait un coup de main. Il avait déjà écouté quelques trucs que j'avais faits et il m'avait donné des conseils mais cette fois-ci ça l'a vraiment impressionné, il s'est investi, nous a présentés à Jeff Pilson (ndCCC : producteur également connu pour avoir tenu la basse chez Dio) et tout est parti de là.

Cosmic Camel Clash : As-tu commencé à écouter du heavy-metal très jeune ?

Veronica Freeman : Pas tant que ça en fait. Je m'y suis mis tôt, mais ce n'est pas le premier style que j'ai écouté. J'avais des goûts très larges et éclectiques en matière de musique, puis Craig et moi sommes devenus amis et il m'a initiée au heavy. Je suis tombée amoureuse du genre instantanément et le fait que ce soit la musique pour laquelle était faite ma voix s'est imposé... j'ai une voix assez à part il faut dire (rires).

Cosmic Camel Clash : Je confirme, elle est à part dans le bon sens du terme.

Veronica Freeman : Oh merci ! En tous cas elle colle vraiment sur du métal, elle ne sonne pas tellement pop et elle a ce côté agressif. Je l'adore, j'aime l'énergie qu'elle dégage... donc je veux continuer à l'utiliser aussi longtemps que possible.
Photo


Cosmic Camel Clash : Ce style de chant t'est-il venu naturellement ou bien t'es-tu inspirée de voix masculines ?

Veronica Freeman : Les deux : c'est venu naturellement et j'ai été influencée par des chanteurs. Dio est une influence évidente pour moi, Rob Halford aussi... mais j'ai aussi des influences féminines, j'adore Tina Turner et le côté âpre de sa voix. Mais d'un autre côté c'est juste sorti comme ça de ma gorge, avec le feeling de la musique ça s'est imposé.

Cosmic Camel Clash : Ce qui est impressionnant avec Seasons Of Tragedy c'est qu'il présente un aspect très moderne (en particulier la production) mais qu'il combine cet aspect avec un feeling très heavy old-school. Cette dualité entre tradition et modernité, c'était votre objectif ?

Veronica Freeman : En fait ça n'a pas été une décision consciente, je pense que c'est une combinaison des influences que nous avons, en particulier Pete et moi. Nous avons entendu ça dès le premier album : ce n'était pas voulu mais quand nous l'avons écouté nous avons réalisé que oui, c'était du métal traditionnel saupoudré de nouveauté. C'est comme ça que nous décrivons notre musique. Nous ne voulons pas perdre cet aspect : nous voulons évoluer en tant que groupe mais garder ce son qui définit Benedictum.

PhotoCosmic Camel Clash : Il y a ces moments où l'album devient subitement plus violent et agressif : l'intro de "Shell Shock", la déferlante de double pédale après le solo de "Burn It Out"... penses-tu que vous pourriez vous diriger vers quelque chose d'encore plus agressif ?

Veronica Freeman : Absolument. Je pense que nous sommes encore en train de nous définir en tant que groupe, en train de nous trouver et de trouver ce que nous allons devenir. Et je sens que nous allons dans cette direction : il y aura probablement des choses plus variées sur le prochain album, de la même manière qu'il y avait des choses plus variées sur cet album que sur celui d'avant. Nous serons probablement plus agressifs à certains moments, plus mélodiques à d'autres... qui sait ce que nous allons sortir cette fois ? Je suis impatiente de le découvrir...


Cosmic Camel Clash : Avez-vous commencé à écrire du nouveau matériel ?

Veronica Freeman : Il y a quelques idées qui ont été jetées çà et là mais pour l'instant nous sommes prêts à partir défendre l'album en Allemagne, etc. Nous avons donc un emploi du temps chargé ces temps-ci, mais nous avons tout de même commencé à écrire, j'ai quelques idées de paroles... Nous ne voulons pas attendre aussi longtemps pour refaire un album que la dernière fois donc nous espérons pouvoir sortir quelque chose l'année prochaine.

Cosmic Camel Clash : Y'a-t-il une raison spécifique expliquant le délai entre Seasons Of Tragedy et son prédécesseur ?

Veronica Freeman : Je n'en ai pas vraiment si ce n'est que l'enregistrement a pris beaucoup de temps, qu'il a fallu nous adapter aux disponibilités de notre producteur Jeff Pilson car il tournait avec Foreigner à l'époque et nous avons dû attendre qu'il rentre. En plus nous avons tous nos propres vies à gérer (rires). Même si la musique était composée il nous a donc fallu pas mal de temps à cause des contraintes d'organisation. De plus nous avons passé beaucoup plus de temps à peaufiner celui-là que le précédent... nous espérons donc que pour le prochain il nous faudra moins de temps. Ce serait cool de pouvoir sortir quelque chose après un an et demi plutôt que deux ans.

Cosmic Camel Clash : Le dernier titre "Seasons of Tragedy" est beaucoup plus long que les autres et il a ce côté métal prog avec les orchestrations, etc. Vu qu'il se détache vraiment des autres chansons, je me demandais s'il avait été composé de la même manière ou par les mêmes personnes dans le groupe.

Veronica Freeman : Écrit par les mêmes personnes, mais pas de la même manière. J'ai écrit les paroles comme d'habitude mais nous avons consciemment décidé d'écrire une chanson longue et épique. Nous voulions qu'elle se détache, qu'elle repose sur des bases différentes que les autres. Nous l'avons travaillée de manière plus collective : tout le groupe s'y est mis alors qu'en général Pete et moi écrivons les chansons avant de les soumettre aux autres. C'était d'ailleurs assez génial de voir plus de personnes investies dans le processus d'écriture, donc c'est une tendance que nous allons probablement suivre à l'avenir également.
Photo


Cosmic Camel Clash : À propos du processus d'écriture, quel est la part du claviériste Chris Morgan si Pete et toi écrivez la majorité des titres ? Les claviers ne sont pas mis en avant mais il varie énormément les sons et les approches d'une chanson sur l'autre... écrit-il ses parties ou bien joue-t-il ce que Pete et toi composez ?

Veronica Freeman : Il y a plusieurs choses qui se combinent. Certaines parties de claviers viennent de Jeff Pilson d'ailleurs qui joue beaucoup de claviers sur l'album. Mais en ce qui concerne Chris, c'est un autre acteur principal du processus d'écriture : il a beaucoup écrit sur "Legacy", sur "Seasons of Tragedy"... l'intro au piano de "Beast in the Field" était quelque chose que Pete et moi avions écrit il y a longtemps, avant de rencontrer Chris par contre. En fait une grande part des subtilités et des arrangements qu'on peut trouver dans notre musique sont du fait de Chris.

Cosmic Camel Clash : Concernant le heavy en général, il fait débat : beaucoup de gens disent que c'est un genre du passé où tout a été dit. C'est ce qui est bon avec Seasons of Tragedy, c'est un album qui permet de dire qu'il reste des choses à dire dans ce genre... Penses-tu qu'il est plus difficile d'amener du sang neuf dans la scène heavy aujourd'hui qu'il y a vingt ans car les albums majeurs n'étaient pas encore sortis à l'époque ?

Veronica Freeman : Ça c'est une très bonne question, voire une excellente question (ndCCC : je la remercie). Ce qui se passe ici, en particulier aux USA où il n'y a pas eu beaucoup de promotion pour le premier album... d'ailleurs j'ai l'impression qu'il y en a eu beaucoup plus en France, ce qui est très cool (rires). Pour le deuxième album j'ai donné beaucoup d'interviews à des radios et beaucoup de Djs m'ont dit qu'ils commencent à rechercher des groupes avec un son similaire au nôtre, avec ce côté classique, traditionnel et moderne à la fois... pour que les gens sachent qu'il y a encore de la musique cool qui sort. Leur idée est qu'il y a beaucoup de stations de radio qui passent du classic rock et qu'au lieu de recycler sans cesse les mêmes vieux groupes (ce qui est cool) ils veulent introduire les nouveaux groupes qui jouent du heavy traditionnel. Et c'est génial. Nous ne sommes pas réellement old-school, il y a des éléments modernes chez nous car c'est ce que nous voulons et il y a d'autres groupes qui font ça : il semble qu'il y ait une demande aujourd'hui, que les gens recherchent ça. Donc j'espère que nous sommes en train de commencer la révolution. (rires)

Photo


Cosmic Camel Clash : C'est ambitieux !

Veronica Freeman : D'un autre côté nous nous disons de temps en temps que ça aurait été génial si l'album avait été sorti il y a dix ou vingt ans. Mais voilà, c'est aujourd'hui que ça se passe : je ne veux pas regarder en arrière, je veux garder mes yeux braqués sur l'avenir et voir ce que nous pouvons apporter. Il y a beaucoup de bonne musique qui sort en ce moment, beaucoup de personnes a qui ça a manqué il fut un temps car durant les dernières années il y a surtout eu du hardcore. Je pense qu'il y a de la place pour tout le monde.

PhotoCosmic Camel Clash : J'ai l'impression qu'il y a un contraste entre le côté très masculin de ta voix et le côté sexy que tu mets en avant sur les photos du groupe. C'est une dualité avec laquelle tu aimes jouer ?

Veronica Freeman : Oui et non. Je ne prends pas ce genre de trucs très au sérieux. C'est vrai que pour le premier album j'ai joué avec ça, j'ai pris des poses sexy et tout... et c'était cool. Pour le deuxième album je crois qu'il n'y a qu'une photo de moi avec le groupe sur tout l'album. Elle est un peu sexy mais c'est une chouette photo, elle n'est pas outrageante ou rien, elle est sur notre site web... Je ne suis pas du tout dans le rejet de ma féminité, je suis très heureuse d'être une femme et tout et c'est sûr que c'est cool d'avoir un petit contraste ici et là, mais au point où j'en suis j'ai vraiment envie de me concentrer sur la musique, il n'y a qu'elle qui compte au final. Tu peux faire tous les posters que tu veux, si ça ne sonne pas ça ne sonne pas (rires)... mais si en plus d'une bonne musique tu peux avoir un bon packaging c'est super.


Cosmic Camel Clash : Quel serait le groupe pour lequel Benedictum rêverait d'ouvrir ?

Veronica Freeman : Oh, il faudrait poser cette question aux garçons et il est impossible qu'ils soient déjà levés à l'heure qu'il est (rires). En fait n'importe quel groupe ferait l'affaire du moment qu'il est composé de gens avec qui nous passerions un bon moment. Bien sûr nous adorerions jouer avec Dio et tout, j'aimerais faire partie d'une affiche de festival de rêve avec Symphony X et d'autres groupes avec qui nous pourrions botter des culs. Mais la chose la plus importante... quand nous avons tourné avec Doro, le truc le plus merveilleux était les membres eux-mêmes. Les gens. Pour nous c'est bien s'entendre qui est le plus important donc nous rêvons surtout d'une tournée avec des gens vraiment cool avec qui nous ferions la fête sans arrêt.

Cosmic Camel Clash : La fin de l'interview approche : si tu as quelque chose à dire en particulier tu peux le faire maintenant, sinon nous pouvons arrêter l'interview ici. Au choix.

Veronica Freeman : Oh chéri, j'ai des tonnes de choses à dire (rires). Je veux avant tout dire merci à nos fans français qui nous ont découverts et soutenus. Nous ne pouvons pas vous remercier assez. Nous en sommes à notre deuxième album, nous n'avons pas encore eu l'occasion de jouer chez vous donc nous espérons que ça arrivera très bientôt et que nous pourrons headbanguer tous ensemble. Merci à vous d'être là, nous vous aimons.



Crédit photos :
www.myspace.com/benedictum


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6